Comment utiliser la psychologie inversée?

15 novembre 2015 dans Curiosités 8 Partagés

Vous avez déjà certainement utilisé la psychologie inversée, même si vous ne l’avez pas remarqué, ou peut-être que vous étiez conscient du pouvoir qu’elle a.

Fondamentalement, il s’agit de prendre une position pour que l’autre adopte la position contraire.

Habituellement, les experts en opposition sont les adolescents. En plein processus d’établissement de leur identité, s’il y a quelque chose qu’ils détestent c’est bien que quelqu’un essaie de les diriger ou de les conditionner.

Ainsi, dans le but d’éviter cette sensation, ils choisissent souvent de ne pas faire ce qu’on leur suggère, bien qu’au fond, ils savent que c’est la meilleure option.

Cependant, ceci n’est pas seulement quelque chose de spécifique aux adolescents. A l’âge adulte, il reste souvent des traces de cette propension à s’opposer, mais avec moins d’intensité.

Captura11-420x268

Comment pouvons-nous commencer la psychologie inversée?

Imaginez qu’un enfant de 5 ans refuse de manger des légumes. Vous insistez en l’obligeant à terminer tout ce qu’il y a dans l’assiette, mais il semble qu’il n’y ait aucun moyen: il ne veut pas manger les carottes ou les courgettes.

Si vous continuez à dire qu’il doit manger, tout finira mal. Vous baisserez les bras et lui sera heureux d’aller jouer.

Une meilleure façon: pourquoi ne pas profiter de la psychologie inversée?

La chose n’est pas aussi simple que de dire à l’enfant de ne pas manger. Il va s’en aller en courant et nous allons rester avec les légumes.

Nous devons faire un travail au préalable, en donnant aux légumes un aspect attrayant: cela ne doit pas ressembler à un plat terne et ennuyeux, mais tout le contraire.

C’est à ce moment que nous pouvons commencer la psychologie inversée pour augmenter encore plus l’attrait du plat.

Si quelque chose éveille notre curiosité, cette curiosité sera encore plus augmentée si elle est interdite.

Durant l’enfance, ceci est particulièrement vrai parce que les parents interdisent souvent à leurs enfants des choses qui à un moment donné, leur ont semblé amusantes.


Quel plaisir de sauter dans une flaque d’eau et nous leur interdisons …


Captura12-420x260

Une autre raison pour laquelle nous avons tendance à faire ou dire le contraire peut avoir un rapport avec la sécurité que nous ressentons dans une situation donnée.

Si nous nous sentons en insécurité et que quelqu’un nous invite à prendre un risque, nous allons probablement opter pour le comportement le plus commun ou le moins divergent à celui de la majorité.

Au contraire, accompagnés d’un sentiment de sécurité, nous préférerons l’option risquée avec encore plus de détermination si quelqu’un essaie de nous inciter à opter pour le choix le plus sûr.

Dans ce cas, le fait de faire le contraire ne détermine pas le côté où la balance va pencher, mais cela va provoquer un basculement définitif ou ce basculement sera fait avec plus de force, d’un côté ou l’autre de la balance.

La psychologie inversée chez les adultes

Peut-être que l’exemple de l’enfant qui ne voulait pas manger ses légumes est quelque chose de basique et nous le comprenons parce qu’  » il s’agit d’un petit qui peut être manipulé plus facilement ».

Cependant, vous devez savoir que la psychologie inversée est largement utilisée dans les entreprises.

Par exemple: une entreprise propose des cours facultatifs de formation à ses employés, mais comme ils ont lieu après les heures de travail, personne ne s’inscrit.

Par conséquent, les responsables signalent que dès le mois prochain, les heures de cours seront réduites de moitié et que ces ressources seront perdues.

Avec ce mouvement stratégique, la société ne veut pas arrêter les cours, mais souhaite que le travailleur se rende compte que ces cours ont de la valeur.

Objectivement personne n’aime perdre quelque chose qui a de la valeur, même si cette chose n’a pas été vraiment donnée à cette personne jusqu’à présent.

Comment appliquer la psychologie inversée?

Il ne s’agit pas de passer sa vie à « refuser les choses » pour que l’autre fasse ce que nous voulons. Il y a quelques « conditions » pour que l’habitude de manipuler ne devienne pas une coutume:

1-  A qui allez-vous l’appliquer et pourquoi? Répondez à cette question avant d’utiliser la technique de la psychologie inversée.

Si c’est pour que votre enfant s’habille pour aller à l’école ou pour qu’il arrête de regarder autant la télévision, bienvenue soit-elle.

Toutefois, si vous voulez convaincre vos clients d’acheter un nouveau produit, vous devriez le penser un peu mieux.

2- Quels sont les effets que vous pouvez obtenir? Si vous refusez à votre enfant qu’il fasse ses devoirs et qu’il finit par les faire, parfait. Cependant, il se peut que cette stratégie ne fonctionne pas et qu’il vous réponde le plus heureux du monde, « génial, je peux alors allumer la console vidéo ».

3- A quel point cette personne veut se sentir libre? Plus ses besoins d’affirmation de soi seront grands, plus elle suivra un chemin différent à celui que nous indiquons.

Par exemple, une personne qui n’aime pas du tout recevoir des ordres sera une très bonne candidate pour utiliser la psychologie inversée.

A découvrir aussi