Trois points essentiels pour promouvoir la créativité chez les enfants

La créativité est une qualité aussi valorisée que rare. Aussi difficile et magique qu'inconfortable puisqu'elle rompt avec le cadre. Nous voulons évoquer dans cet article la manière de l'encourager chez l'enfant face à la dynamique d'un système éducatif qui prime l'homogénéité (la même réponse pour tous les problèmes).
 

La plupart des parents souhaitent que leurs enfants soient obéissants, attentifs, intelligents et agréables en société. Ils veulent le meilleur pour eux. C’est avec cette volonté qu’ils travaillent de nombreuses heures et souffrent des contretemps qui se présentent à eux. En outre, parmi ces qualités qu’ils voudraient atteindre s’ils avaient une baguette magique, se trouve la créativité.

Or, comment stimuler cette compétence chez les enfants ? Comment faire qu’ils reproduisent ces moments magiques dans lesquels on crée du neuf grâce à la seule inventivité ?

Certes, il existe différentes stratégies. Elles sont toutes logiques, conséquentes et ont fait leurs preuves. En outre, elles se démarquent parce que leur application exige des parents ou des tuteurs actifs et impliqués. On est loin du « Tu ne peux pas rester tranquille ? » ou du « Je n’ai pas le temps pour tes histoires ».

En effet, si nous voulons des enfants créatifs, face à un système éducatif qui tend à l’homogénéité (Ferrándiz, 2011), nous devons faire un effort pour rompre l’inertie.

La créativité chez une fillette

L’organisation du temps, un défi pour la créativité

 

Anglais, natation, mathématiques, football, échecs, atelier d’écriture, etc. L’offre des activités proposées aux enfants est conséquente. Nous pourrions dire qu’ils sont privilégiés parce qu’ils n’ont pas besoin de vivre dans une grande ville pour trouver un panel d’activités qui s’ajustent à leurs intérêts ou à ceux de leurs parents.

La menace d’un monde adulte très compétitif a fait que de nombreux parents font un effort économique pour que leurs enfants suivent des activités extrascolaires.

Néanmoins, ce changement d’orientation a un coût. Les enfants ne s’ennuient pas. Ils n’ont pas à inventer de jeux. Enfin, ils n’ont pas besoin de s’efforcer à transformer un lieu avec peu de stimulation en un environnement où ils peuvent s’amuser. Oui, la créativité commence avec les bêtises, les jeux, le contrôle sur le temps. C’est une étape difficile à atteindre quand on est tout le temps sous contrôle.

Ainsi, la première stratégie pour promouvoir la créativité est de leur donner du temps et de l’espace pour qu’ils prennent des décisions loin de la pression de devoir répondre à des demandes externes. Autrement, la pensée divergente, sans une conquête de l’autonomie, ne fait pas suffisamment sens. La créativité est renforcée en soi-même quand elle sert à résoudre de réels problèmes.

 

La difficulté des défis

Oui, les enfants peuvent également développer leur créativité dans des activités dirigées. Ce phénomène se produit, de manière spéciale, quand il existe une régulation intelligente des défis. Ainsi, nous parlerons de deux types intéressants de défis.

Le premier groupe sera formé des défis que l’enfant -en s’efforçant- peut résoudre seul. Dans cette situation, les adultes peuvent aider avec des phrases d’encouragement, en affrontant un défi parallèle et en ne cédant pas à la tentation de fournir une aide instrumentale. Les enfants en sont capables et y parvenir renforcera leur confiance en eux.

Le deuxième groupe sera formé des défis pour lesquels l’enfant aura besoin d’une petite aide. Une opération qu’il ne sait pas encore faire, un mot dont il ne connaît pas le sens, la bibliothèque qui est loin pour qu’il y aille seul.

Dans ces cas, la tentation à éviter est celle de vouloir prendre le contrôle. Nous calculons, mais c’est eux résolvent le problème. Nous leur servons de dictionnaire cette fois, mais c’est eux qui répondent aux questions d’histoire. Enfin, nous les accompagnons, mais c’est eux qui nous guident sur le chemin qu’ils ont appris.

Une mère tentant de développer la créativité chez son fils

Technologie et réunions en société

« Qu’il est mignon ! » De nombreux parents aiment que leurs enfants fassent l’exposition des compétences qu’ils viennent d’apprendre. Néanmoins, dans beaucoup de cas, l’enfant n’a aucune envie de mettre ses compétences à l’épreuve dans un environnement dans lequel il se sent évalué, en insécurité. Cela peut faire qu’il échoue, qu’il se sente angoissé et qu’il ne veuille plus continuer.

Par ailleurs, les réunions en société sont également un bon endroit pour développer la créativité. Il s’y produit des changements naturels, imprévus, auxquels on doit répondre. Penser et répondre.

C’est pourquoi il est important que la technologie fasse partie de la vie de l’enfant, mais pas tout le temps. Il faut faire en sorte que l’enfant affronte les défis de la réalité, les défis que leur donnent les autres, et pas un jeu sur un écran.

La créativité possède plusieurs composantes : la personne, le processus, le produit et l’environnement. Kaufman et Sternberg (2007) font référence à cela comme le modèle des four P’s (person, process, product and press).

 

 

 

Ferrándiz, C. (2011) Estrategias metodológicas de aprendizaje activo para el alumnado con altas habilidades: Documento general desarrollo de la creatividad. [Apuntes académicos].
Universidad de Murcia.