Trois phrases qui font réfléchir

2 septembre 2016 dans Emotions 314 Partagés

Ce ne sont pas des phrases qui pourront changer notre vie, certes, mais peut-être que le simple fait de les entendre pourra provoquer un déclic en nous, et qu’elles entreront dans notre esprit et notre coeur comme une balle sincère et directe.

Certaines phrases décrivent tellement bien ce que l’on vit qu’au-delà de la réflexion, elles semblent se révéler comme étant une invitation au changement.

Peut-être que nous ne sommes pas habitués à lire de grandes réflexions, un livre de philosophie, ou à regarder un film défiant tous nos dogmes et autres préjugés, mais la plupart des gens se souviennent néanmoins de certaines de ces phrases ayant eu un impact sur eux et les ayant fait réfléchir.

1. “Nous avons tous un plan, jusqu’à ce qu’on reçoive un premier coup de poing dans la figure”

La première des phrases que nous voulions vous proposer dans cet article n’est pas signée de la plume d’un philosophe.

Le boxeur qui en est l’auteur n’a jamais prétendu en être un, mais parfois, les choses les plus directes sont aussi les plus sincères, celles qui renferment le plus profond des messages.

Cette phrase a été prononcée par le boxeur Mike Tyson et délivre un message très puissant puisqu’alors qu’elle concerne le domaine de la boxe, elle peut aussi s’appliquer à la vie en général.

En effet, nous avons tous un plan pour notre vie, un plan que l’on croit pouvoir suivre facilement, le vent en poupe…jusqu’à ce que la première difficulté fasse son apparition, et avec elle les pleurs et les doutes.

ojo-reflejo-naranja-verde

Vous pouvez être convaincu de faire quelque chose quand soudain la vie peut vous donner un coup : le diagnostic d’une maladie, une agression ou la trahison d’une des personnes qui comptent le plus pour vous.

Votre chemin est tout tracé, mais vous ne serez plus jamais le même.


Il faut redéfinir ce plan et intégrer ce coup dans votre vie pour réussir à avancer malgré tout.


2. “Est-ce qu’au moins une part des choses que tu as faites jusque là t’ont permis d’avoir une vie meilleure ?”

American History X, un film très dur mais inoubliable, raconte, dans toute sa cruauté, l’impact de l’idéologie nazie auprès de jeunes nord-américains.

La cohabitation entre personnes noires et personnes blanches commence à devenir dangereuse et tendue à cause des idées racistes prônées par Cameron Alexander, leader du mouvement qui manipule les jeunes qui l’entourent, et plus particulièrement Derek Vinyard (Edward Norton), personnage principal du film.

Derek est un jeune garçon intelligent et sensible qui se met alors à intérioriser les idées racistes prônées par son père.

D’un autre côté, son amitié avec Cameron, le leader du groupe néo-nazi, le mène à se radicaliser, et ce face au regard impuissant du directeur de son lycée, l’afroaméricain Bob Sweeney (Avery Brooks).

Finalement, Derek abat deux afro-américains sur le seuil de leur maison, à la vue de toute leur famille.

Il est incarcéré, et c’est en prison que tous ses préjugés sur les noirs vont changer, puisqu’il se liera d’amitié avec l’un d’eux.

Un jour, Derek se fait violer dans la douche de la prison par un groupe de néo-nazis qui se méfient de son attitude et de son amitié avec un homme noir.

Ils l’agressent pour l’humilier et parce qu’il le considèrent comme un traître. Une fois à l’infirmerie, il reçoit la visite de son ami et directeur de lycée qui lui pose la question suivante : “Est-ce qu’au moins une part des choses que tu as faites jusque là t’ont permis d’avoir une vie meilleure ?”

Derek s’effondre, car il est conscient que tout ce qu’il a fait pour l’idéologie nazie a fini par détruire tout ce qui était précieux dans sa vie.

S’il nous arrive dans notre vie de nous retrouver au fond d’un puits très obscur et qu’on ne sait pas comment on a fait pour en arriver là, on ferait mieux de se poser cette question.

On pourra alors reconnaître tous les schémas toxiques qui nous ont conduit jusque là, ce qui n’empêche pas que l’on ait pu passer par des moments difficiles et avoir peu de chance.

On a toujours une part de responsabilité, plus ou moins importante selon les cas. Se servir de ce type de question comme d’une catharsis émotionnelle peut nous aider à changer.

3. “On ne peut pas trouver la paix en évitant la vie”

Actuellement, nous évoluons dans un monde où le mal-être doit être évité à tout prix, les religions traditionnelles dans le monde occidental ayant de moins en moins d’impact puisque la plupart d’entre elles ne parviennent pas à nous apaiser.

Le monde est resté sans référents alternatifs pouvant les aider à supporter la douleur. On a honte et on vit notre mal-être en silence, en prenant des médicaments et en étant de plus en plus confrontés à la solitude.

Cette phrase est signée Virgina Woolf, et certains courants actuels de la psychologie tels que l’ACT semblent lui donner raison.

Le fait d’éviter pour ne pas souffrir, couplé au stress excessif, est l’un des principaux maux de notre temps : on évite, et ce du fait de la culpabilité inhérente face à l’impossibilité d’atteindre les modèles du succès et du bien-être.

Mujer-triste-mirando-por-la-ventana-de-su-coche-llena-de-gotas


Aujourd’hui, on dit que de nombreuses personnes courent le risque de l’exclusion sociale, mais beaucoup d’autres courent déjà celui de l’exclusion émotionnelle.


Ces mots, parmi les nombreuses phrases que nous a laissées Virginia Woolf, nous motivent à faire face à la vie et aux situations qui ne nous conviennent pas.

Nous sommes des êtres sociaux, et nous en avons besoin. En optant pour l’évitement, tout ce que vous trouverez sera la souffrance et l’isolement, jamais la paix.

La solitude est merveilleuse lorsqu’elle est choisie, et non pas imposée par peur du monde.

A découvrir aussi