La tristesse s’en va lorsque vous acceptez ce qu’elle veut vous dire

9 novembre 2017 dans Psychologie 2 Partagés

Ressentir la manière dont la tristesse traverse notre corps entier est une sensation naturelle tout comme cette sensation de chagrin qui brouille notre esprit et qui lutte pour en sortir. En revanche, nous sommes nombreux-ses à nous embuer l’esprit en réprimant et en cachant ce que nous ressentons et en ayant l’espoir inutile que ces sentiments disparaissent sans ne laisser aucune trace. Agir ainsi ne contribue pas uniquement à empirer la situation. En fait cela donne petit à petit à notre tristesse la possibilité de s’enraciner dans nos pensées, grâce auxquelles elle se nourrit.

La société nous a appris à agir de manière « idéale ». D’une manière tellement idéale, que nous pouvons la qualifier comme étant artificielle. Nous cherchons à évoluer dans le champ émotionnel entre des limites très étroites. Le rire, par exemple, est un bon signal de joie. En revanche, il peut devenir dérangeant et indésirable lorsqu’il atteint des notes stridentes ou démontre un manque de retenue : que cela soit volontaire ou par manque d’autocontrôle.

Si le rire est mis en avant de cette manière, avec une émotion positive ; toutes les émotions qui sont négatives, comme les pleurs ou la déprime, sont directement évitées. Cette retenue se mène d’une telle manière que même dans la chaleur de notre foyer, dans la solitude la plus absolue, nous ne nous permettons pas de dévoiler cette émotion qui nous tourmente. Nous avons peur que l’expression utilisée par nos parents lorsque nous étions petit-e-s : « répéter à l’extérieur ce que nous faisions à la maison », ne devienne réelle.

« Il est possible d’être triste parfois, d’être brisé de temps à autres. Il est possible de ne pas être constamment la personne joyeuse que tout le monde souhaite voir en toi. Il est possible de ne parler à personne. Il est possible de laisser le cœur pleurer jusqu’à ce qu’il sèche ses larmes. Il est possible d’être humain. »

-Anonyme-

émotions positives

Pourquoi la tristesse a-t-elle réussi à trouver sa place dans votre vie ?

La tristesse peut apparaître pour des raisons variées : un renvoi professionnel, une rupture amoureuse, une perte d’argent importante, voire même une maladie inattendue. Ce sont des situations normales et plus habituelles que ce que nous voulons le croire. Le problème apparaît lorsque nous ne sommes pas dans une optique de gestion de l’émotion – que cela soit par maladresse, parce-que nous ne savons pas, ou encore parce-que nous renonçons de manière volontaire à la gérer – et lorsque nous sentons que l’émotion cesse de n’être qu’une simple émotion et se transforme en un état révélant des racines profondes et fortes.

Si la tristesse est parvenue à se faire une place dans votre vie, c’est pour cette raison. Elle peut même parvenir à s’installer en nous pour toujours et si nous ne sommes pas capables de la regarder en face, d’observer et d’analyser et le message qu’elle souhaite nous transmettre. Voici ci-dessous quelques exemples :

  • La tristesse qui apparaît après une rupture est une émotion naturelle au cours du processus de la douleur par laquelle nous devrons probablement passer. La ressentir et l’expérimenter nous aidera à tourner la page et à aller de l’avant.
  • Si elle surgit en raison d’une maladie, la tristesse peut nous permettre de prendre conscience de notre vulnérabilité à cet instant précis de notre vie. Cette prise de conscience peut être une stimulation nous donnant la force de ne plus regarder vers l’extérieur mais de regarder vers l’intérieur.
  • Face à une perte d’argent, être tristes peut nous aider à faire une pause le temps d’un instant afin de penser à d’autres possibilités de l’obtenir. En effet, nous n’avons probablement pas exploiter toutes nos capacités au maximum.

Etre triste peut être l’opportunité de nous arrêter un instant afin de réfléchir sur ce qui nous arrive. Mais, surtout de pouvoir valoriser ce qu’auparavant, nous n’appréciions pas. Néanmoins, si la tristesse nous a entièrement bloqué-e-s, si nous sommes à un pas de la dépression car nous ne parvenons pas à nous en défaire, alors il est nécessaire de faire un pas en avant et de passer à l’action.

« La tristesse de l’âme peut te tuer beaucoup plus rapidement qu’une bactérie. »

-John Steinbeck-

place de la tristesse dans la vie

Stratégies intelligentes qui nous permettraient de nous défaire de la tristesse

Afin de nous défaire de toute cette tristesse qui nous démotive, qui fait que nous nous levions chaque jour avec une moue de désillusion plutôt qu’avec un véritable sourire, et qui fait que notre vie nous semble dénuée de sens ; il est nécessaire de mettre en pratique certaines stratégies.

Les principales stratégies sont d’accepter la tristesse et d’éviter de fuir ses manifestations les plus propres, comme le peuvent être les larmes et l’introspection. Cela ne sert à rien de la nier, de l’enfouir ou de la bannir. Il est nécessaire d’accepter le fait que nous soyons tristes, et surtout, de nous donner la permission d’exprimer cette tristesse. Ce n’est pas un problème si nous avons besoin de pleurnicher, de beaucoup pleurer, ou bien d’exploser en sanglots. Ces moments dans lesquels l’image que nous renvoyons passe en second plan sont nécessaires : la catharsis émotionnelle perd toute sa fonction lorsqu’elle fait face à des murs forts et rigides qui l’empêchent d’évoluer.

Les larmes nous rendent la paix, au point de nous rappeler l’importance de prendre soin de nous. Faire du sport, manger sain, établir des horaires de repas et de coucher, sortir avec nos amis… En définitif, bien que rien de tout cela ne nous donne envie, bien que nous ayons envie d’abandonner complètement, tout n’est pas permis. Petit à petit, nous pouvons introduire des légers changements qui nous rendent actif-ve-s et commencent à nous motiver.

Enfin, il est important d’être à la recherche d’une motivation intrinsèque dans nos activités, un goût pour les réaliser au-delà du résultat qu’elles peuvent offrir. Ainsi, lorsqu’elles ne nous plaisent pas, nous n’aurons jamais une impression de perte de temps. De plus, nous pouvons nous appuyer sur le Mindfulness, une activité très agréable qui nous aidera à gagner de la hauteur face à ce que nous paraît à première vue insurmontable.

Mais, sans doute, la clé de tout cela est d’avoir recours à un-e professionnel-le lorsque les situations auxquelles nous devons faire face dépassent notre capacité à surmonter la douleur ou lorsque nous nous sentons chargés d’un poids si lourd que nous ne trouvons pas la force de le soulever. Car bien que nous croyons qu’à un moment, notre situation ne peut pas s’améliorer, toute tempête finit par laisser sa place au soleil.

« La pluie tombe car le nuage ne peut plus supporter le poids. Les larmes coulent car le cœur ne peut plus supporter la douleur. »

-Anonyme-

Images de Brooke Shaden

A découvrir aussi