Traumatisme relationnel complexe : en quoi consiste-t-il ?

Les êtres humains peuvent subir différents types de traumatismes. L'un des plus choquants trouve son origine dans les abus physiques ou émotionnels que nos parents, camarades de classe ou partenaires exercent sur nous depuis des années.
Traumatisme relationnel complexe : en quoi consiste-t-il ?

Dernière mise à jour : 24 mars, 2022

Vous est-il difficile de maintenir une relation stable et satisfaisante ? Vous ne faites pas trop confiance aux autres ? Craignez-vous qu’ils finissent par vous abandonner ou vous faire du mal comme cela vous est arrivé par le passé ? Ensuite, il est possible que vous souffriez d’un traumatisme relationnel complexe. Lorsque les gens subissent continuellement divers événements indésirables, le cerveau change.

Personne (ou presque) ne sort indemne d’une enfance de violence physique ou émotionnelle. Rares sont ceux qui sont à l’abri d’une parentalité négligente, d’années d’intimidation ou d’un partenaire violent. Ce sont des faits d’une grande profondeur psychologique qui survivent dans l’esprit pendant des décennies. Les êtres humains vivent différents types de traumatismes, et il est important de savoir que tous ne sont pas identiques.

Le complexe relationnel concerne exclusivement une forme d’abus, de harcèlement ou de souffrance qu’un ou plusieurs individus exercent sur quelqu’un. Ce type de violence se produit de manière continue pendant des années et, en général, les dommages psychologiques générés seront d’autant plus importants que la victime est vulnérable. Cela explique pourquoi tout ce qui se passe dans l’enfance détermine notre maturité…

Lorsqu’un enfant est maltraité, il y a une forte probabilité qu’à l’âge adulte, il établisse des relations dans lesquelles il finit également par être victime de violence physique et/ou émotionnelle.

Ombre d'un enfant au sol symbolisant un traumatisme relationnel complexe

Caractéristiques du traumatisme relationnel complexe

Le traumatisme relationnel complexe est lié à l’exposition précoce des enfants à des événements indésirables. Or, la principale caractéristique de ces réalités est que le déclencheur est le facteur « relationnel ». Autrement dit, le traumatisme ne découle pas d’un événement précis, comme un accident, une agression, la perte d’un parent ou le fait d’être témoin d’un événement dramatique.

Il s’agit de l’action néfaste et soutenue dans le temps d’une ou plusieurs personnes sur une victime. Ce fait, celui de la pérennité et de la douleur exercée par une figure proche et familière, fait souvent « assumer » l’abus par cet enfant ou ce jeune. Ils ne voient aucune issue et tombent dans un état d’impuissance qui, souvent, dure même au-delà de cette situation en tant que telle, ne se produit plus.

Par exemple, si un enfant a été maltraité dans son enfance et son adolescence, cette vulnérabilité émotionnelle persiste à l’âge adulte. Cela fait que leurs relations amoureuses sont toujours dysfonctionnelles. L’attachement est anxieux ou peu sûr, il y a la peur de l’abandon, la peur d’être blessé et une incapacité à apprécier l’affection, et même la sexualité.

Dans un traumatisme complexe, le facteur de stress traumatique est un autre être humain qui blesse continuellement et intentionnellement une victime, et la victime n’a aucun moyen ou capacité d’arrêter ce comportement.

Symptômes associés

Le traumatisme relationnel complexe se manifeste de multiples façons. Cependant, si, comme cela arrive presque toujours, cet événement stressant a son origine dans l’enfance, l’impact sera plus important. En moyenne, il apparaît généralement à travers les comportements ou situations suivants :

  • La personne est toujours hypersensible et hypervigilante.
  • Leurs relations amoureuses durent rarement.
  • Peur constante d’être abandonné et d’être blessé. La méfiance est une constante.
  • Ils font passer les besoins de l’autre avant les leurs.
  • Des travaux comme ceux menés à l’Université de l’Illinois, à Chicago, mettent en évidence les déficiences de la régulation des émotions chez ces personnes.
  • Faible estime de soi.
  • Problèmes de régulation des impulsions.
  • Altérations de l’attention, flashbacks…
  • Ils appliquent la dissociation (séparation de la conscience de certaines pensées et souvenirs) comme mécanisme de défense.

Traumatisme relationnel complexe : plus la relation entre l’agresseur et la victime est étroite, plus le pronostic est mauvais

Un déclencheur courant de traumatisme relationnel complexe est la maltraitance par un soignant principal. Dans ces situations, la victime atteint généralement l’âge adulte sans avoir eu l’occasion de faire face à cette souffrance, à ce traumatisme latent. Et d’une manière ou d’une autre, cet inconfort les amène à façonner une vie d’échecs émotionnels, de faible confiance en soi, de peurs persistantes et de soucis chroniques.

Ainsi, plus la relation entre la victime et l’agresseur est intime ou étroite, plus l’impact psychologique est important. Nous savons également que la neurobiologie de ce type de traumatisme fait que l’hippocampe (lié à la mémoire) est plus petit que la moyenne et que l’amygdale (associée au traitement des émotions) est inondée d’hormones de stress.

Cela amènera la personne à développer des troubles de l’humeur tels que l’anxiété, le stress jusqu’à ce qu’elle souffre de problèmes de santé, tels que des problèmes digestifs, des allergies, des maux de tête… Les affections somatiques sont fréquentes dans ces cas.

Il est nécessaire d’entraîner le patient à développer un schéma de pensée sain, à gérer les émotions de ce passé traumatique et à appliquer des habiletés d’adaptation à la douleur psychologique.

fille soignant son traumatisme relationnel complexe :

Comment est-il traité ?

Il existe de nombreuses approches pour gérer les traumatismes relationnels complexes. L’une d’elles est la technique EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing therapy) reconnue par l’OMS comme une ressource valable pour surmonter le stress post-traumatique.

Maintenant, ces dernières années, la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) a été de plus en plus appliquée. Il guide le patient à trouver de nouveaux objectifs et des comportements plus sains en accord avec ses valeurs et ses objectifs. C’est la seule façon de façonner une existence dans laquelle accepter la douleur et la souffrance d’hier comme une partie indéniable de la vie. Être résilient implique de développer un esprit plus flexible, de s’engager pour notre rétablissement et notre bien-être. C’est la clé.

This might interest you...
L’écriture peut nous aider à surmonter les traumatismes, selon la science
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’écriture peut nous aider à surmonter les traumatismes, selon la science

Selon diverses études, l'écriture peut nous aider à surmonter un traumatisme. Refléter nos sentiments sur papier change son pouvoir.



  • Berenz, E. C., Vujanovic, A., Rappaport, L. M., Kevorkian, S., Gonzalez, R. E., Chowdhury, N., Dutcher, C., Dick, D. M., Kendler, K. S., & Amstadter, A. (2018). A Multimodal Study of Childhood Trauma and Distress Tolerance in Young Adulthood. Journal of aggression, maltreatment & trauma27(7), 795–810. https://doi.org/10.1080/10926771.2017.1382636
  • Giourou, E., Skokou, M., Andrew, S. P., Alexopoulou, K., Gourzis, P., & Jelastopulu, E. (2018). Complex posttraumatic stress disorder: The need to consolidate a distinct clinical syndrome or to reevaluate features of psychiatric disorders following interpersonal trauma?. World journal of psychiatry8(1), 12–19. https://doi.org/10.5498/wjp.v8.i1.12
  • Rosada, C., Bauer, M., Golde, S., Metz, S., Roepke, S., Otte, C., Wolf, O. T., Buss, C., & Wingenfeld, K. (2021). Association between childhood trauma and brain anatomy in women with post-traumatic stress disorder, women with borderline personality disorder, and healthy women. European journal of psychotraumatology12(1), 1959706. https://doi.org/10.1080/20008198.2021.1959706