L'impuissance informationnelle apprise : une forme de manipulation

Parfois, il est si difficile de différencier les nouvelles fausses (ou biaisées) des vraies, que les gens finissent par souffrir d'impuissance à l'égard de l'information apprise. C'est-à-dire d'une forme d'impuissance face à tout ce qui leur vient des médias.
L'impuissance informationnelle apprise : une forme de manipulation

Dernière mise à jour : 11 janvier, 2022

L’impuissance informationnelle acquise est une forme d’épuisement cognitif et émotionnel qui survient lorsque nous sommes submergés par un excès de données contradictoires. On pourrait dire que c’est un pas au-delà de l’infoxication classique, c’est-à-dire lorsque l’on souffre d’une surcharge d’informations. La phase suivante dans cet état d’esprit est l’impuissance et l’abandon.

C’est un type d’épuisement cognitif qui conduit à l’anxiété, à l’apathie et au fait de ne pas savoir à quoi s’attendre lorsque nous lisons une actualité, lorsqu’on nous envoie un lien vers un article ou lorsque nous entendons l’opinion de quelqu’un dans les médias. Ce phénomène est particulièrement fréquent dans les pays autoritaires ou dans ceux où l’information est clairement contrôlée ou biaisée, comme c’est le cas en Russie.

Ce sont des situations dans lesquelles les gens sont d’abord obligés de vérifier tout ce qu’ils lisent ou tout ce qui leur parvient. Plus tard, cette suspicion, cette méfiance continue envers les médias dérive tôt ou tard en impuissance. Au point que beaucoup peuvent simplement choisir d’arrêter d’utiliser les réseaux sociaux.

« Si vous ne savez pas ce que vous cherchez, si vous n’avez aucune idée de ce qui est pertinent, si vous n’êtes pas prêt à remettre en question cette idée, si vous n’avez pas cela, explorer Internet, c’est juste prendre au hasard des faits invérifiables qui ne veulent rien dire ».

-Noam Chomsky-

Homme recherchant l'internet symbolisant l'impuissance de l'information apprise

L’impuissance informationnelle apprise : en quoi consiste-t-elle ?

Le terme actuel découle de la pandémie. C’est dans une étude de la Northwestern University que deux chercheurs, Erik C. Nisbet et Olga Kamenchuk, ont inventé l’idée. L’impuissance informationnelle apprise découle de l’infodémie (abondance d’informations) et de la désinformation elle-même.

Lorsque ces deux variables deviennent une constante, les gens ne savent déjà plus à quoi s’en tenir, à quoi donner de l’authenticité. Peu à peu, l’épuisement apparaît et des croyances encore plus inexactes. Vous pouvez atteindre un tel point de vulnérabilité que deux réactions apparaissent : une déconnexion totale des médias ou finir par croire n’importe quoi étant donné cet état mental d’épuisement.

Par conséquent, cette forme d’impuissance apprise est aussi une forme de manipulation. Lorsque certains médias et pays ont pour ligne directrice de contrôler ce qui est publié ou de donner des informations biaisées ou fausses, l’épuisement cognitif apparaît. Et avec elle, la difficulté (ou le manque d’envie) de remettre en question ce qui nous parvient.

La désinformation, une constante ces dernières années

Si on revoit un peu la trajectoire de l’information dans les médias, on comprendra l’origine de l’impuissance informationnelle apprise. Avec l’arrivée d’internet et des réseaux sociaux, la génération de données, d’articles, d’actualités…

Et avec elle, la désinformation, la manipulation et le clickbait (créer des titres sensationnels pour que les utilisateurs ouvrent le lien) sont rapidement apparus. De même, une autre réalité a émergé. Si la population a accès à toutes sortes d’informations, elle peut découvrir certaines réalités, apprendre et relativiser ce qui était considéré comme valable jusqu’à il n’y a pas si longtemps.

Ce dernier point n’est pas quelque chose de favorable pour des pays comme la Chine ou la Russie. L’objectif sera donc de contrôler ce qui est publié et de l’orienter dans une direction plus conforme aux idéaux de ces pouvoirs.

Ces dernières années, la désinformation a été une constante. Il y a eu tellement de données reçues, tellement de contradictions lues et la science a été tellement remise en question que beaucoup de gens sont tombés dans un épuisement évident. Et également dans l’impuissance apprise.

Impuissance informationnelle apprise et épuisement cognitif

Lorsque la seule chose que nous lisons, ce sont des informations sur le complot, et que nous découvrons qu’une grande partie des informations qu’on nous offre sont fausses, deux processus apparaissent. Le premier est l’épuisement cognitif, qui découle de l’excès évident d’information.

De son côté, l’impuissance informationnelle apprise surgit avec apathie et découragement face à des médias qui ne cherchent qu’à nous manipuler.

Cet épuisement cognitif et émotionnel nous prive même de ressources pour juger et être prudent sur les informations qui nous parviennent. Il n’y a plus le désir de remettre en question ce qui nous vient. Tout est remis en doute, ou tout ce qui vient de l’épuisement qui stoppe l’esprit critique finit par être considéré comme valable.

L’impuissance de l’information apprise peut nous faire cesser de vérifier les informations que nous lisons quotidiennement sur les réseaux sociaux.

Homme triste regardant les notifications mobiles symbolisant l'effet de l'impuissance de l'information apprise

Le burn-out et l’infodémie sont aussi des formes de manipulation

En effet, c’est une variable que nous devons considérer. L’infodémie ou l’excès d’informations que nous recevons quotidiennement nous épuise. Elle peut nous faire tomber dans ce type d’impuissance à travers laquelle on ne se soucie plus de rien. Il s’agit d’une forme de manipulation médiatique qui aboutit soit à ce que nous arrêtions de nous informer, soit à ce que nous acceptions tout ce qui nous parvient.

Ce n’est pas une bonne stratégie, et plus encore à l’heure actuelle. La seule façon de survivre dans cette jungle d’hyper-information et d’informations biaisées est d’appliquer une série de stratégies simples. L’une consiste à réglementer l’utilisation des réseaux sociaux. Nous ne pouvons pas être au courant, à chaque seconde, de chaque notification.

L’autre consiste à maintenir notre regard critique, de contraster chaque information et de découvrir quelles sources elles utilisent. Connaître la vérité sur quelque chose prend du temps et un engagement ferme envers nous-mêmes. L’actualité n’est pas un produit à consommer, c’est une arme pour éveiller les consciences et les vérités.

Cela pourrait vous intéresser ...
Plus d’informations, mais moins intelligents
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Plus d’informations, mais moins intelligents

La quantité d'informations que nous avons à ntre portée est immense. Une inondation qui nous rend souvent moins intelligents et plus vulnérables.



  • Hu Z, Yang Z, Li Q, Zhang A. The COVID-19 Infodemic: Infodemiology Study Analyzing Stigmatizing Search Terms. J Med Internet Res. 2020 Nov 16;22(11):e22639. doi: 10.2196/22639. PMID: 33156807; PMCID: PMC7674145.
  • Nisbet, EC y Kamenchuk, O. (2021). Medios de comunicación rusos, medios digitales, indefensión informativa aprendida y creencia en la desinformación de COVID-19. Revista Internacional de Investigación en Opinión Pública, 33 (3), 571-590. https://doi.org/10.1093/ijpor/edab011
  • Sedek G, Kofta M. When cognitive exertion does not yield cognitive gain: toward an informational explanation of learned helplessness. J Pers Soc Psychol. 1990 Apr;58(4):729-43. doi: 10.1037//0022-3514.58.4.729. PMID: 2348367.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.