Traitements efficaces contre l'anxiété chez l'enfant

L'enfance d'aujourd'hui est remplie d'activités parascolaires, d'examens et de parents absents. Ces phénomènes, et d'autres, peuvent générer du stress chez les plus petits. Ainsi, dans cet article, nous présentons les traitements psychologiques les plus efficaces pour les problèmes d'anxiété pendant l'enfance.
Traitements efficaces  contre l'anxiété chez l'enfant

Dernière mise à jour : 25 septembre, 2021

La peur est une émotion qui fait partie du développement normal de tout individu. Elle est généralement d’intensité modérée et tend à s’estomper avec le temps. Cependant, ces réactions de peur peuvent parfois, chez certains enfants, être inadaptées et conduire à différents problèmes d’anxiété chez l’enfant.

Les troubles anxieux de l’enfance ont par ailleurs une prévalence non négligeable. Environ 18%. Les troubles les plus fréquents sont : l’anxiété de séparation, notamment chez les enfants de moins de 12 ans ; phobie spécifique et anxiété généralisée. Les troubles anxieux infantiles sont par ailleurs plus fréquents chez le sexe féminin. Ils vont généralement de pair avec la dépression.

L’anxiété provoque des symptômes qui interfèrent avec le fonctionnement quotidien de l’enfant. Cela affecte alors négativement différents contextes : scolaire, familial ou social. Les symptômes physiques les plus fréquents sont des palpitations, des maux de tête, une gêne gastrique, des nausées et des troubles du sommeil.

Les symptômes d’anxiété s’accompagnent par ailleurs d’une forte préoccupation pour différentes situations qui provoquent souvent des comportements d’évitement et d’évasion. Ces comportements sont très difficiles à gérer pour les parents car ils génèrent des renforcements négatifs. Les parents cèdent souvent à l’évitement de l’enfant, aggravant ainsi le problème.

anxiété chez l'enfant

Traitements efficaces contre l’anxiété chez l’enfant

Actuellement, il existe plusieurs traitements pour traiter l’anxiété chez l’enfant. Le plus recommandable, surtout dans le cas des enfants, est de proposer une thérapie psychologique. Elle est en effet très efficace et ne présente pas d’effets secondaires.

Une thérapie médicamenteuse doit se proposer si la thérapie psychologique est un échec ou si l’anxiété est trop invalidante. En ce sens, l’utilisation d’antidépresseurs est privilégiée car ils affectent moins les processus cognitifs comme la mémoire et l’apprentissage que les anxiolytiques. Les benzodiazépines s’utilisent également. Ils sont en effet utiles pour réduire l’anxiété pendant la mise en œuvre des mesures comportementales.

Concernant le traitement cognitivo-comportemental, il convient de recourir aux traitements multi-composants. En d’autres termes, aux traitements qui incluent plusieurs stratégies. Voici donc les plus utiles :

  • Stage de relaxation pour les enfants. Ils sont le traitement de choix de l’anxiété généralisée et de séparation. Ils se composent de deux phases : dans la première, on vérifie que l’enfant a les capacités minimales pour effectuer l’exercice. Il s’agit de : rester immobile pendant 5 secondes, maintenir le contact visuel pendant 5 secondes, posséder des compétences d’imitation et suivre des instructions simples. Une fois cela vérifié, on expliquera alors à l’enfant le fonctionnement de l’anxiété et lui enseignerons des techniques de relaxation. Ces dernières peuvent s’expliquer de différentes manières : massage infantile, jeux de relaxation (“robot-poupée de chiffon”) et techniques reposant sur l’imaginaire dans lesquelles des histoires se racontent et, à un moment donné, l’enfant tend une zone du corps, pour ensuite la détendre.
  • Auto-instructions. L’enfant apprend à remplacer les composantes cognitives qui génèrent l’anxiété par des verbalisations d’adaptation.
  • Le programme Coping Cat de Kendall (“Le chat qui s’arrange”). C’est une thérapie cognitivo-comportementale qui se compose de deux parties. Dans la première phase, l’enfant apprend à reconnaître les symptômes d’anxiété, les pensées et développe un plan d’adaptation (Plan « FEAR »). Les parents apprennent à renforcer les comportements d’adaptation et à éliminer les plaintes et les reproches. Dans la deuxième phase, les compétences acquises sont mises en action par une exposition imaginative et directe à des situations redoutées.
  • Coping Koala Program (Barret et al.). Il est très similaire à la version précédente. Il comprend toutefois un livre pour les parents intitulé « Faire face à l’anxiété dans la famille ».
  • Programme AMIS (Barret). Il s’agit d’une thérapie cognitivo-comportementale familiale pour les problèmes d’anxiété chez l’enfant. Deux versions sont disponibles : pour les enfants de 6 à 11 ans et de 12 à 16 ans. Chaque initiale du programme correspond à une technique. Par exemple, le « F » dans Friends signifie : Feeling Worried ? (analysez et détectez les signaux d’anxiété de l’enfant).
  • Programme FORTIUS. C’est une thérapie destinée aux enfants entre 8 et 12 ans. L’objectif est de développer la force psychologique et de prévenir les difficultés émotionnelles. Il se base sur la devise olympique “Citius, altius, fortius” (plus vite, plus haut, plus fort). Ce programme enseigne comment faire face aux situations difficiles et contrôler les émotions négatives, en particulier l’anxiété. Il a été appliqué avec succès en milieu scolaire et clinique.
anxiété chez l'enfant

Conclusion

Les traitements psychologiques se s’avérèrent donc très efficaces pour traiter l’anxiété chez les enfants et les adolescents. Cependant, la chose la plus pertinente à cet égard est la prévention. Les enfants sont parfois soumis à un stress qui les accable. Les hauts et les bas familiaux, le manque de disponibilité des parents, les tâches scolaires ou parascolaires sont quelques facteurs qui peuvent contribuer au développement d’un trouble anxieux.

Il est donc essentiel que les parents apprennent à baisser les exigences, tout en fixant des limites reposant sur des ordres simples, réalistes et correctement formulés.

Tant la baisse des attentes à leur égard que l’établissement de limites concrètes et fermes sont des éléments qui sécurisent l’enfant. Consacrer un temps substantiel et de qualité à l’enfant pour jouer, s’occuper de lui ou l’écouter est également essentiel. Il convient donc que les parents rangent leur téléphone portable, les soucis professionnels et de couple en présence de leurs enfants.

Cet article pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
5 clés pour réduire l’anxiété chez les enfants
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
5 clés pour réduire l’anxiété chez les enfants

L'anxiété chez les enfants peut être très intense. C'est la raison pour laquelle, dans bien des cas, ils ont besoin de notre aide.



  • American Psychiatric Association (APA) (2014): Manual de Diagnóstico y Estadísitico de los Trastornos Mentales, DSM5. Editorial Médica Panamericana. Madrid.
  • Comeche, M y Vallejo, P, M (2016). Manual de Terapia de Conducta en la infancia. 3º edición. Editorial: Dykinson-Psicología