The Undoing : la perfection n'existe pas

"The Undoing" est la dernière mini-série qui balaya le portail HBO. Son apparence conservatrice, son rythme lent et ses personnages froids parviennent à susciter l'intérêt dans le développement de l'intrigue. Tout environnement, aussi parfait et riche soit-il, peut être ébranlé par le crime.
The Undoing : la perfection n'existe pas
Cristina Roda Rivera

Rédigé et vérifié par Psychologue Cristina Roda Rivera.

Dernière mise à jour : 06 novembre, 2022

The Undoing est la dernière mini-série fictive de la plateforme de contenus audiovisuels de HBO. Elle eut un impact inattendu sur les téléspectateurs. Derrière cette proposition sobre et naïve se cache la démarche sordide de sauver à tout prix les apparences.

Cette approche montre une Nicole Kidman plus énigmatique que jamais, projetant magistralement le suspense dont son personnage a besoin. The Undoing s’attache dès le début à exposer une intrigue simple qui gagne progressivement en complexité.

Sans plans d’action, et sans renoncer à la sobriété, il parvient à maintenir l’intérêt. Jusqu’au dernier moment on a envie de découvrir ce que font les personnages, même si on les a jugés et condamnés dès la première minute.

The Undoing : la perfection qui est écrasante

Ces dernières années, nous nous sommes habitués aux séries à fort contenu litigieux. Les minorités qui sont majoritaires dans la vraie vie occupèrent le devant de la scène à l’écran. Leur apparition n’y est plus anecdotique, décorative et hors de propos. Des histoires sont écrites et fabriquées pour dénoncer le statu quo.

Dans ce contexte, The Undoing apparaît comme une série conservatrice. Les Blancs sont milliardaires et ont des emplois d’influence. La série refuse d’introduire tout élément rédempteur de cette réalité auquel nous puissions nous identifier.

Laissons tout cela de côté pour nous concentrer sur l’intrigue dès le premier instant. Nicole Kidman et Hugh Grant sont chargés de s’occuper de ce suspense qui tourne autour du dilemme : « À qui puis-je faire confiance ? Ce qui est transgressif ici, c’est de montrer la brutalité d’un meurtre dans un contexte où ces situations ne devraient pas se produire.

Une psychologue avec une vie parfaite

Dans ce thriller, Nicole Kidman incarne Grace Fraser, une psychologue spécialisée dans la thérapie de couple haut de gamme. Son mari, Jonathan (Hugh Grant), est un oncologue pédiatrique à succès. Ils ont un fils nommé Henry (Noah Jupe) et leur vie semble idéale.

Le travail ne semble pas trop affecter leur mariage et l’éducation de leur fils unique, Henry (Noah Jupe). Grace fait tout habillé dans un arrière-plan de garde-robe enviable. Manteaux longs en velours, chemises et sous-vêtements en mousseline aux couleurs sobres dans des tons bijoux.

Si une partie de cette vie semble déséquilibrée, c’est son cercle social quelque peu ridicule et cloîtré, centré sur Reardon, l’école privée d’élite que fréquente son fils Henry. Grace est membre du puissant comité de parents de l’école. Elle est épargnée de l’indignité d’avoir à se battre trop fort pour ce poste non pertinent, car son riche père (Donald Sutherland) est un important donateur d’argent de cette école.

Grace montre une certaine distance dans ce faux décor. Lorsque vous faites partie de l’élite dès le berceau et que vous possédez du caractère et de l’intelligence, les manières de classe, plutôt que la stabilité, procurent de l’ennui. C’est elle-même qui exprime son désir de quitter la ville, peut-être fatiguée d’un contexte qui ne lui apporte pas grand-chose.

Un personnage inattendu et maladroit

Cette vie idyllique sera brisée par une apparition inattendue. Une femme nommée Elena Alves (Matilda De Angelis) entre dans la vie de Grace Fraser. Elle est la “maman de la bourse”, qui fait inévitablement éclater la bulle de vie des Frasers.

Elena est plus jeune que les autres femmes du comité de vente aux enchères et n’a pas leurs avantages matériels ou sociaux. Elle est irrévérencieuse et sa présence se démarque des autres. Lors de la collecte de fonds de l’école, elle allaite son bébé, ce que les autres mères considèrent comme un acte “hostile” et ” passif-agressif “.

Elena semble étrangement intéressée par Grace, ce qui la met mal à l’aise. Grace essaie d’être gentille et serviable. Plus tard, ce malaise devient palpable. Une Elena complètement nue accoste Grace dans son vestiaire de gym, voulant discuter de ce qu’elle peut faire d’autre pour aider à l’école Reardon.

The Undoing : l’apparence comme garantie de survie

Le moment clé de la série est la collecte de fonds pour l’école. Un événement plein de clichés associés aux classes de pouvoir et d’argent. Des gens qui parlent et écoutent, alors qu’en réalité ils n’ont aucun intérêt à ce qu’ils disent ou à ce qui leur parvient.

Le lendemain, Elena est retrouvée brutalement battue dans son atelier d’art. Il est révélé que la jeune mère était fascinée par Grace pour des raisons qui auront un impact sur le bonheur domestique des Frasers. À partir de ce début prometteur, The Undoing devient un polar, alors que Grace tente de déterminer à quel point sa vie a été un mensonge.

Son mari Jonathan est injoignable. Grace commence à penser que, peut-être, nous ne pourrons jamais vraiment connaître nos proches, même lorsque nous sommes des psychologues hautement qualifiés dans l’analyse du comportement humain.

The Undoing

A qui faire confiance ?

Le mystère dépend de la mesure dans laquelle nous lisons dans le maniérisme de Grant et ce sourire narquois. Vous ne voulez pas croire comme Grace qu’il est essentiellement un type bien ? N’avons-nous pas, au fond de nous, l’espoir que certaines apparences soient vraies ?

The Undoing traite finalement de cela. Du pouvoir des apparences non seulement dans la façon dont nous agissons au quotidien, mais dans le désir que rien de tout cela ne change. Autour des apparences, de nombreuses identités sont conservées. Pas seulement une famille, mais toute une communauté.

Au final la transgression est présente dans The Undoing, avec la vision d’une femme brutalement battue. Avec les pensées de Grace et ses promenades dans un New York pré-pandémique qui nous semble irréel aujourd’hui. La série expose le mode de vie fragile et hors de propos, ce qui signifie beaucoup plus pour ce qu’il apparaît que pour ce qu’il a réellement. Est-ce vraiment la perfection à laquelle nous voulons aspirer ?

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Le jeu de la dame : bien plus que les échecs
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le jeu de la dame : bien plus que les échecs

Le jeu de la dame place les échecs au centre de la scène. A travers ses épisodes, un mythe s'effondre à propos de ce jeu.