Techniques d’expression dans l’évaluation psychologique

· 3 février 2019
L'interprétation psychologique des dessins, dans le cadre des techniques d'expression, peut être une ressource très intéressante.

L’interprétation et l’évaluation psychologique des dessins, dans le cadre des techniques d’expression, peuvent être une ressource très intéressante. Les tests basés sur le dessin peuvent être une source précieuse d’informations sur les caractéristiques personnelles d’un individu, comme l’intelligence, la coordination motrice, les capacités d’apprentissage et le niveau de développement cognitif.

Les critiques de ces techniques ont toujours été nombreuses, et souvent légitimes. Par conséquent, bien qu’il s’agisse d’un outil utile, elles ne sont pas les seules techniques d’évaluation psychologique.

« Tout acte d’expression ou de réponse d’un individu porte, d’une certaine façon, l’empreinte de sa personnalité. »

-Hammer (1978)-

 Les aspects formels des techniques d’expression dans l’évaluation psychologique

Il existe beaucoup d’informations précieuses sur la façon de commencer, sur l’humeur initiale et sur les difficultés que cela représente pour la personne. Dans le cadre du processus de ces techniques, il serait bon de tenir compte de :

  • La taille du dessin : cela peut renseigner sur le regard que porte la personne sur son environnement, son estime d’elle-même, son énergie vitale ou sa tendance au repli sur soi. Si le dessin occupe environ 50% de l’étendue de la feuille, cela traduira un équilibre entre extraversion et introversion. Si, par contre, le dessin occupe toute l’étendue de la surface de la feuille, on pourra y voir un excès d’estime de soi, voire une certaine agressivité. Enfin, si le dessin occupe moins de 20% de la feuille, cela peut être le signe d’un symptôme d’insécurité et d’inhibition des impulsions.
  • La projection et l’emplacement du dessin : un dessin orienté vers la gauche indiquerait l’introversion, tandis que s’il est orienté vers la droite, cela traduirait l’extraversion. Les dessins situés dans la partie supérieure indiqueraient une tendance au monde des idées avec des problèmes d’adaptation à la réalité. C’est le domaine de l’imagination. Lorsque nous étions enfants, nous avions tendance à commencer à dessiner dans cet espace supérieur. À mesure que nous grandissons, nous avons plutôt tendance à centrer nos dessins. En revanche, si c’est un adulte qui commence à dessiner en haut de la feuille, on peut soupçonner qu’il n’a pas le sens des réalités dans sa quête de satisfaction.
  • Les traits : ils peuvent être une autre source importante d’information : les traits forts correspondraient à des personnes impulsives, mais aussi assertives. Par ailleurs, un trait faible serait un signe de timidité et de faible niveau d’énergie. Les lignes droites peuvent indiquer un manque de contrôle émotionnel et les lignes courbes, cependant, seraient liées aux émotions.
  • Des ombres et des bavures : elles dénoteraient une certaine anxiété ainsi qu’un excès d’incertitude.
  • L’asymétrie : elle traduirait l’insécurité dans les relations et dans le vie émotionnelle de la personne.

L’analyse des techniques d’expression fournit des informations précieuses dès le début du test.

dessin de famille et évaluation psychologique des techniques d'expression

Le test du dessin de famille

C’est un test très populaire, surtout pour les enfants. Il nous permet de connaître les relations que l’individu entretient avec les autres membres de sa famille. On valorise dans le cadre de ce test : qui la personne a dessiné en premier, la taille, les proportions, qui a t-elle placé au centre du dessin, etc.

La distance entre les figures est une échelle qui indique le degré de distance émotionnelle que nous avons avec le reste des personnes représentées dans le dessin. Plus on s’éloigne, plus la distance émotionnelle est grande. Des figures à hauteurs différentes peuvent également indiquer des problèmes de communication.

La figure humaine

Nous pouvons recueillir beaucoup d’informations à travers l’analyse de la représentation de la figure humaine et des relations avec le symbolisme des organes du corps et de la tenue vestimentaire. Ce test s’applique chez les enfants, les adolescents et les adultes, bien que son efficacité n’ait pas été vérifiée expérimentalement.

  • Tête : plus la tête est grosse, plus elle vise les frustrations intellectuelles.
  • Visage : il est lié aux besoins sociaux. Lorsqu’il est omis, il nous informe des tendances évasives dans nos relations.
  • Yeux : ils représentent la communication sociale. S’ils sont très petits, ils peuvent être un indicateur de culpabilité. S’ils sont exagérément grands, ils peuvent alors cacher des tendances dominantes et agressives. Les yeux fermés dénotent des désirs d’isolement et si toutefois, il y a des lacunes ou des vides, ils en disent long sur l’égocentrisme de la personne.
  • Nez : si ombragé, omis ou anormalement agréable, il symboliserait des conflits de nature sexuelle.
  • Cheveux : ils représentent l’énergie vitale.
  • Vêtements : si l’on dessine des boutons, on peut interpréter qu’il y a une recherche d’affection et de protection, voire une mauvaise adaptation. Les grandes poches sont un indice des conflits internes. Enfin, les cravates et les chapeaux ont tendance à renforcer les rôles sexuels. Alors que chez les adultes, on les interprète comme des mécanismes de surcompensation.

Le test de l’arbre

Le test de l’arbre est un parallélisme symbolique avec l’individu qui le dessine. Il s’agit d’une des techniques projectives qui nous aident à évaluer le développement de celui qui dessine. Et de toute évidence, cette technique nous permet aussi d’examiner ses handicaps cognitifs, les traumatismes possibles et le contenu de l’inconscient.

Le symbolisme spatial de ce test est donc le suivant :

  • Racines : elles représenteraient l’instinct et le contenu inconscient.
  • Tronc : il représenterait le personnage (le Moi).
  • Taille : c’est la vie mentale. Si l’arbre est grand, cela implique sécurité et ambition. S’il est couché à terre, alors c’est un manque de volonté. S’il penche vers la gauche, ce serait un signe d’introversion ; vers la droite, un signe de confiance en soi.
  • Autres éléments : ici nous allons tout analyser. Ausi bien les feuilles, les fruits, les fleurs que les branches.
test de l'arbre permettant l'évaluation psychologique du dessinateur

Dessiner une maison

Lorsque nous dessinons une maison, nous façonnons en quelque sorte nos relations intrafamiliales. La cheminée symboliserait le contact social : si de la fumée s’en échappe, on pourrait dire que nous sommes des gens affectueux. Si nous traçons un chemin arrivant à la maison, nous révélerions un besoin d’approcher les autres. Par contre, si nous dessinons une clôture autour de celle-ci, nous manifesterions alors un état dans lequel nous sommes particulièrement préoccupés par la protection de notre vie privée.

Dérivés de ces dessins de base, nous trouverons donc plus de tests dans les techniques d’expression et l’évaluation psychologique, mais fondamentalement les éléments seraient analysés de la même manière que ceux expliqués ici. Il faut se rappeler que les techniques d’expression, bien que très créatives et amusantes à utiliser, doivent toujours être combinées avec d’autres instruments d’évaluation psychologique.