Steven Pinker : biographie du père de la psychologie évolutionniste

9 octobre 2019
Steven Pinker est une personnalité aux multiples facettes qui a apporté d'importantes contributions en psychologie et en linguistique. Cela lui a valu le surnom de père de la psychologie évolutionnaire.

Steven Pinker est né en 1954 à Montréal et a maintenant 65 ans. On lui a donné le surnom de père de la psychologie évolutionniste. Pourtant, il a également développé d’autres facettes telles que scientifique, linguiste et écrivain.

Il a apporté une contribution significative aux branches d’étude de la perception et du développement du langage chez les enfants. Pour ces raisons, nous allons aujourd’hui découvrir à quoi ressemblait la vie de Steven Pinker et certaines de ses publications les plus intéressantes.

Une main tenant un cerveau

La vie de Steven Pinker

Steven Pinker est né dans une famille juive. Son père était avocat et sa mère conseillère et vice-rectrice d’un institut. Il a également une sœur, une pédopsychologue et actuellement journaliste, et un frère analyste politique.

En 1979, Steven Pinker a obtenu son doctorat en psychologie expérimentale de l’Université Harvard. Il est ensuite devenu chercheur et professeur à l’Université de Stanford et au Massachusetts Institute of Technology.

Dans sa vie amoureuse, Steven Pinker s’est marié trois fois. La première avec la psychologue clinicienne Nancy Etcoff. La seconde avec lapsychologue cognitive Illavenin Subbiah. Le troisième avec la professeure de philosophie Rebeca Goldstein, avec qui il est encore marié aujourd’hui.

Pinker a été codirecteur du Center for Cognitive Neuroscience de 1994 à 1999. Il est actuellement professeur à Harvard et continue de cultiver sa facette d’écrivain et de chercheur. De plus, il participe fréquemment à des débats et conférences sur des sujets liés à la science et à l’être humain.

Contributions et publications

Au début de sa carrière professionnelle, Steven Pinker s’est concentré sur la recherche des caractéristiques et du développement du langage chez les enfants. Ce qu’il voulait, c’était soutenir la théorie de Chomsky qui disait, comme le dit l’article Noam Chomsky’s Linguistic Theory : From Beginning to Present, que la langue est un « mécanisme formel, universel et inné, non pragmatique ou sémantique ».

Contrairement à Chomsky, bien qu’il appuie sa théorie selon laquelle le langage est inné, il considère qu’il dépend de processus cognitifs tels que la mémorisation des mots et leur utilisation à travers les règles grammaticales qui doivent être appris.

À ce stade, l’un de ses livres les plus remarquables est The Language Instinct : How the Mind Creates Language (L’instinct du langage). Cependant, il existe aussi un autre livre intéressant dont le titre est Words and Rules : The Ingredients of Language (Mots et règles : les ingrédients du langage).

En plus de cet intérêt pour la linguistique, Steven Pinker s’est toujours penché sur le comportement des gens. En effet, l’un de ses livres les plus connus s’intitule The Decline of Violence and Its Implications (Le déclin de la violence et ses implications). Cependant, il s’est aussi beaucoup concentré sur la théorie de l’esprit. Ses livres mis en évidence à ce stade sont How the Mind Works (Comment fonctionne l’esprit) et The Blank Slate : The Modern Denial of Human Nature (La table rase : le déni moderne de la nature humaine).

Néanmoins, Steven Pinker a écrit plusieurs articles et essais sur l’esprit et la langue. Par exemple, Les règles du langageLe langage en tant qu’adaptation à la niche cognitive, Et alors, comment fonctionne l’esprit, etc. Autant de publications très intéressantes et pertinentes.

Steven Pinker, une personne influente

Tout ce qu’il a fait et continue de faire n’est pas passé inaperçu. En 2004, le magazine Time l’a classé parmi les 100 personnes les plus influentes au monde. Par ailleurs, Prospect and Foreign Policy lui a décerné en 2005 le titre d’un des 100 intellectuels les plus remarquables.

En plus de tout cela, nous ne pouvons pas oublier que Steven Pinker n’a reçu ni plus ni moins que 9 doctorats honorifiques. De plus, il est actuellement président du Committee on the Use of the American Heritage Dictionary et écrit pour des médias aussi connus que The New York Times, Time et The Atlantic.

En conclusion, Steven Pinker a été et est toujours une personne qui continue à rechercher l’esprit, le langage et le comportement humains. Les articles qu’il écrit pour les médias ci-dessus sont très intéressants et à jour.

 

  • Díaz Gómez, José Luis. (2015). La naturaleza de la lengua. Salud mental38(1), 5-14. Recuperado en 29 de julio de 2019, de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0185-33252015000100002&lng=es&tlng=es.
  • EGUREN, LUIS. (2014). LA GRAMÁTICA UNIVERSAL EN EL PROGRAMA MINIMISTA. RLA. Revista de lingüística teórica y aplicada52(1), 35-58. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-48832014000100003
  • Pardo, H. G. (2004). Reseña de » La tabla rasa: la negación moderna de la naturaleza humana » de Steven Pinker. Psicothema16(3), 526-528.