S'il contrôle votre smartphone, il vous contrôle : comment éviter le cybercontrôle ?

S'il contrôle votre smartphone, il vous contrôle. Le cybercontrôle chez les adolescents est une forme de violence qui s'installe dans notre société et qui est, dans de nombreux cas, le premier pas vers la violence physique.
S'il contrôle votre smartphone, il vous contrôle : comment éviter le cybercontrôle ?

Dernière mise à jour : 27 mai, 2021

Il existe une forme de violence qui est en augmentation de 40 % ces derniers temps. Elle se manifeste surtout chez les adolescents à travers leur smartphone. Il s’agit d’un mécanisme de violence psychologique. Comment éviter le cybercontrôle ? Quelles orientations éducatives et préventives pouvons-nous mettre en place pour réduire l’impact de ce phénomène inquiétant ?

En réalité, nous sommes confrontés à un phénomène relativement nouveau qui nécessite la collaboration de nombreux acteurs sociaux. Famille et école comprises. La cyberviolence chez les jeunes couples nous montre une fois de plus comment la maltraitance est ancrée dans notre société. Elle trouve ainsi sa place dans toute forme de communication ou de relation.

Les nouvelles technologies sont désormais un mécanisme de plus pour exercer une domination sur l’autre. Ce qui est problématique, c’est que les recherches menées ces dernières années montrent que la violence psychologique est présente chez 9 jeunes couples sur 10. C’est en tout cas ce que souligne le rapport Violence dans le couple : Réalité et prévention publié en 2015.

Les adolescents, notamment, continuent de céder à certaines croyances très néfastes. Par exemple, celle selon laquelle la jalousie est un signe d’amour indiscutable. Ainsi les partenaires se sentent en droit de franchir les limites de la vie privée et de l’intimité de l’autre.

C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit de l’utilisation du téléphone portable. Tout cela peint un scénario aussi problématique qu’inquiétant.

Adolescents en ligne.

4 astuces pour éviter le cybercontrôle

“A qui parles-tu ? Qui c’est sur la photo ? Laisse-moi lire tes messages. Donne-moi tes mots de passe de tes réseaux sociaux…” Éviter le cybercontrôle est plus compliqué que nous le pensons pour une raison assez surprenante. Un jeune sur trois considère que ce type de comportement au sein du couple est inévitable, voire acceptable.

La cyberpsychologie est un nouveau domaine d’étude qui analyse la relation entre les personnes et les nouvelles technologies. Selon cette discipline, une chose est claire. La cyber-violence contre son partenaire est le type de violence le plus courant chez les adolescents.

Il semble que la permissivité et la tolérance à l’égard de ce type de comportement, que tout le monde ne considère pas comme une forme de violence psychologique, soient en augmentation. Ainsi, lorsque ce type d’intimidation dure dans le temps, l’usure est dévastatrice.

La victime présente de graves problèmes à tous les niveaux. Qu’ils soient sociaux, émotionnels, ou même physiques… Une bonne partie de ces adolescents sont complètement sous l’emprise du concept de l’amour romantique.

Ce schéma justifie donc dans de nombreux cas des comportements de domination. De plus, dans ce cadre, le couple ne laisse aucune place à la vie privée, à l’intimité et encore moins à l’individualité. Le contrôle exercé sur le smartphone de l’autre ne s’arrête pas là. En effet, la domination étend ses tentacules à tous les domaines de la vie du partenaire.

Quelles dimensions nos jeunes doivent-ils prendre en compte ? Voyons ça de plus près…

1. Éviter le cybercontrôle : l’amour n’est pas une question de contrôle, c’est une question de confiance

Les adolescents doivent reformuler un grand nombre des schémas qu’ils ont intégrés concernant les relations amoureuses. Les collèges et les lycées doivent donc élaborer des programmes éducatifs permettant de préciser les fondements d’un amour sain et salutaire.

Il faut se débarrasser de ces schémas qui leur laissent croire qu’être en couple leur donne le droit de contrôler l’autre. Ce que nos jeunes et nos adolescents doivent comprendre dès le plus jeune âge, c’est qu’être en couple signifie pouvoir faire confiance à l’autre. Toute forme de contrôle est une répression et une souffrance. Aucune de ces situations n’est admissible.

2. L’utilisation de mon smartphone n’engage que moi

Si l’on veut éviter le cybercontrôle, il ne faut pas lui donner de moyens. Par exemple, il ne faut pas confier ses mots de passe à son partenaire. Aimer quelqu’un très fort et être aimé en retour ne justifie pas de lui donner l’usage absolu de notre portable.

L’autre personne n’a ainsi pas le droit de lire nos conversations WhatsApp. Pas plus qu’il a le droit de nous demander de bloquer certaines personnes ou de supprimer certaines publications.

Le téléphone portable et ce qu’on en fait chaque jour n’appartiennent qu’à nous même. Il s’agit d’un usage est privé, intime et personnel. Cela ne doit pas être laissé entre les mains d’une autre personne. Et ce, même s’il s’agit de votre partenaire.

3. Sans respect, il n’y a pas d’amour

Exiger une réponse en moins de deux secondes. Se mettre en colère et vous insulter lorsqu’il ou elle vous voit en ligne sans que vous lui parliez. Se faire traiter avec mépris ou bien être raillé pour une photo postée sur Instagram.

Ou encore, se voir interdit de parler à certaines personnes. Devoir lui donner votre téléphone portable quand il le demande. Vous demander où vous êtes et ce que vous faites toutes les 2 minutes… Si vous ne vous sentez pas respecté, ce n’est pas de l’amour.

Une adolescentre triste.

4. Tout peut s’améliorer : il ne faut pas hésiter à demander de l’aide

Nous l’avons signalé au début. De nombreux adolescents normalisent la violence psychologique et la cyberintimidation. Ils tiennent pour acquis que ces pratiques de domination et de contrôle sont normales dans une relation de couple. C’est pourquoi ils peuvent laisser passé des mois sans rien dire.

La tolérance et plus encore l’incapacité de comprendre qu’il s’agit de cas de violence, font qu’il est souvent difficile pour eux de demander de l’aide. C’est pourquoi, l’environnement le plus proche doit pouvoir détecter certains signaux. Il peut s’agir de la famille, de l’école, du groupe d’amis…

Éduquer à avoir des relations saines et savoir identifier les comportements de violence psychologique est quelque chose que nos enfants et adolescents devraient apprendre le plus tôt possible. Ils pourront ainsi se rendre compte de cette réalité si eux-mêmes ou des amis proches la vivent.

Enfin, ils doivent également se rappeler qu’ils peuvent sortir de cette situation douloureuse. Tout peut en effet s’améliorer et être résolu. Tout ce qu’ils ont à faire est de demander de l’aide à un adulte. La seule façon d’éviter le cybercontrôle est d’éduquer les enfants sur le sujet et de travailler avec eux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sex Education : une série qui brise les tabous
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Sex Education : une série qui brise les tabous

Sex Education est une série qui ose parler ouvertement des préoccupations des jeunes - et des moins jeunes - en matière de sexualité.



  • Borrajo E, Gámez-Guadix M, Calvete E. Cyber Dating Abuse: Prevalence, Context, and Relationship with Offline Dating Aggression. Psychological Reports. 2015;116(2):565-585. doi:10.2466/21.16.PR0.116k22w4
  • Muñoz, Riva, Marina (2015).  Violencia en el noviazgo: realidad y prevención. (Pirámide)
  • Wiederhold, Brenda. (2014). The Role of Psychology in Enhancing Cybersecurity. Cyberpsychology, behavior and social networking. 17. 131-2. 10.1089/cyber.2014.1502.