Le droit à la vie privée et à l'intimité

26 février, 2020
Le droit à la vie privée et à l'intimité est un des domaines qui ont le plus souffert des avancées de la technologie. Ainsi, à l'heure où nos données personnelles se monnayent si cher, il est grand temps de mettre à jour les lois qui l'encadrent.
 

Qu’est-ce que le droit à la vie privée et à l’intimité ? Le besoin d’intimité fait partie intégrante des besoins de l’être humain. En effet, pour être en mesure de construire puis de contrôler notre identité et notre personnalité, nous devons comprendre certains aspects de notre vie intérieure.

La vie privée est donc essentielle à tout être humain. Il s’agit de cette dimension séparée de la sphère publique et à laquelle les autres ne doivent pas avoir accès.

Il est clair qu’avec l’évolution des nouvelles technologies, certains droits de la personne semblent plus menacés que d’autres. Par exemple, il peut s’agir du droit à la vie privée et à l’intimité. Mais on peut aussi citer le droit à la liberté d’information que le développement des réseaux sociaux et d’Internet a mis en péril.

Cet article se consacre particulièrement au droit à la vie privée et à l’intimité. Nous allons notamment aborder ses limites et sa relation avec les nouvelles technologies.

Le droit à la vie privée et à l'intimité est essentiel

Le droit à la vie privée et au respect de la vie privée

Tout d’abord, le respect de la vie privée et de l’intimité, aussi bien personnelle que familiale, est une valeur fondamentale pour l’être humain.

 

Ainsi, le droit à la protection de la vie privée ou à l’intimité apparaît comme un droit humain primordial. Il permet en effet de protéger ou de préserver certains aspects de la vie de chacun vis à vis des autres. Cela comprend le droit à :

  • l’inviolabilité du domicile
  • l’inviolabilité de la correspondance
  • sa propre image
  • l’inviolabilité des communications privées
  • l’honneur
  • la non-participation à la vie collective et de s’isoler volontairement
  • la tranquillité, sans être dérangé

En outre, ces droits sont associés à de nombreux autres droits. Par exemple, le droit de ne pas exprimer ses pensées (qui fait partie de la liberté d’expression), le droit à la liberté de procréation ou encore le droit à la préférence sexuelle.

Ces droits sont considérés comme des droits de l’Homme fondamentaux et sont établis par divers instruments internationaux.

Par exemple, la Déclaration universelle des droits de l’Homme stipule dans son article 12 que nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, sa correspondance ou son domicile, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Elle stipule également que toute personne a le droit d’être protégée par la loi contre de telles attaques ou interférences.

Quelles sont les limites de ce droit ?

Les gouvernements se confrontent à un dilemme lorsqu’il s’agit de protéger le droit des individus à la vie privée. En effet, trouver un équilibre entre le droit à la vie privée des citoyens et la protection de ces derniers par exemple contre le vol, l’enlèvement, les attaques terroristes est une tâche difficile.

 

Ainsi, nous constatons que, si on interprétait le droit à la vie privée de manière stricte, certaines poursuites pénales s’en verraient alors entravées. Certains facteurs délimitent le droit à la vie privée. Il s’agit des protections :

  • De l’ordre public, de la santé et de la moralité
  • De la santé publique
  • Des droits et des libertés d’autrui

Certaines constitutions mentionnent expressément le droit à la vie privée. D’autres le font implicitement par le biais de lois qui protègent les citoyens contre les atteintes illégales à la vie privée. L’exposition aux nouvelles techniques d’espionnage rendues possibles par le progrès technologique menace particulièrement le respect de la vie privée.

Internet et le droit à la vie privée

La vie privée et le développement d’Internet

Il ne fait aucun doute qu’Internet a été une véritable révolution dans de nombreux domaines de notre vie. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui créent du contenu pour le Web grâce aux outils de publication et d’édition en ligne. Ce phénomène se vérifie à travers la quantité de blogs, de forums d’opinion ou encore sur les réseaux sociaux.

Cette situation a éveillé le débat concernant le droit à la vie privée. Mais, qu’entendons-nous par vie privée ? Et, comment protéger ces droits sur le Web ?

 

Il nous semble parfois que la plupart des services du Net sont gratuits, mais, en fait, nous les payons avec nos propres données. Même s’il est vrai que la publicité finance les entreprises du Web, ce revenu reste souvent insuffisant. Ainsi, nos profils, nos goûts et nos habitudes de consommation sont autant de données collectées sur Internet à des fins commerciales, économiques, politiques ou sécuritaires. On parle alors de publicité sélective.

Un exemple de ce transfert d’informations est celui des cookies. Il s’agit en effet d’un fichier envoyé sur votre ordinateur pour identifier votre navigateur. Ainsi, de nombreux sites web utilisent les cookies pour améliorer la qualité du service en stockant les préférences et les tendances comportementales de leurs visiteurs.

 

  • Monografías, https://www.monografias.com/trabajos32/derecho-intimidad/derecho-intimidad2.shtml
  • Unla, http://www.unla.mx/iusunla3/reflexion/derecho%20a%20la%20intimidad.htm
  • Fundación Telefónica, https://telos.fundaciontelefonica.com/archivo/numero085/intimidad-privacidad-y-honor-en-internet/
  • Declaración Universal de los Derechos Humanos, https://www.un.org/es/universal-declaration-human-rights/