Sabrina Spellman, une actualisation des valeurs

· 21 mars 2019
Apprenez-en donc davantage sur ce personnage !

Sabrina est un personnage de la série Archie d’Archie Comics. Il en existe plusieurs versions et la plus connue de toutes est peut-être l’adaptation télévisée du nom de Sabrina, the teenage witch (1996). Dans les années 90, Sabrina, interprétée par Melissa Joan Hart, a joui d’une énorme popularité. Actuellement, une nouvelle version de la jeune sorcière s’est emparée de nos écrans. Netflix en est aux commandes.

Dans les Chilling Adventures of Sabrina (2018), les temps ont changé et le ton humoristique et innocent des années 90 s’est estompé pour laisser place à une série plus obscure, plus inquiétante. Sabrina Spellman (Kiernan Shipka) devra choisir entre deux chemins, deux mondes: celui des mortels et celui des sorcières.

La série est pleine d’allusions au monde du comic, à la culture populaire et au satanisme. L’atmosphère y est plus ténébreuse, avec un certain côté rétro. Des éléments nous rappellent les époques passées et les costumes, plus caractéristiques des années 60 que de l’actualité, nous empêchent de réellement savoir à quelle époque nous nous trouvons.

Chilling Adventures of Sabrina met de côté le ton joyeux et insouciant des années 90. Ce n’est plus une comédie pour toute la famille. En-dehors du côté magique et fantastique de la série, on nous parle aussi de sujets d’actualité, comme par exemple le bullyingCependant, le point central de la série est bien le personnage de Sabrina et la dualité qu’elle incarne: moitié sorcière, moitié mortelle.

L’enfance disparue

Nous vivons à une époque où les séries télévisées sont plus qu’abondantes. La façon de les consommer a changé et nous ne recherchons plus de série à regarder après le dîner avec des rires enregistrés. Nous voulons quelque chose de plus profond. Ici, le ton comique des années 90 est conservé mais avec des touches d’humour noir. La mort devient une raison de rire et la religion des sorcières nous conduira à des situations plus que rocambolesques.

L’un des éléments que nous regrettons avec cette nouvelle Sabrina est Salemun magicien qui avait été condamné à vivre dans le corps d’un chat. Il pouvait parler, était égocentrique et jouait le rôle de conseiller de la jeune sorcière, en apportant une bonne dose d’humour à la série.

Avec cette nouvelle adaptation, l’essence du personnage a été perdue; il ne s’agit plus d’un chat qui parle mais d’un chat plus ou moins normal. Les sorcières possèdent une sorte d’aide, un animal protecteur qui les aide sur leur chemin. Et c’est précisément la fonction du nouveau Salem.

Les personnages

Ambrose, le cousin de Sabrina, est le personnage qui, d’une certaine façon, remplace Salem. Il devient le nouveau conseiller de Sabrina. L’une des innovations de la série de Netflix est qu’elle s’adapte parfaitement à notre temps, aux nouveaux besoins du public.

Au lieu de nous présenter des personnages totalement normatifs, archétypiques et irréels, elle nous apporte des personnes de tout type et nous rapproche un peu plus de la réalité. Sabrina est une protagoniste imparfaite, elle se trompe souvent et fait face à de nombreux dilemmes moraux.

Par ailleurs, deux personnages emblématiques et inoubliables font toujours acte de présence: Zelda et Hilda. Toutes deux incarnent encore les valeurs qu’elles prônaient dans les années 90. Hilda est l’innocente, la gentille, tandis que Zelda est plus sérieuse et responsable. Cette dernière représente cependant des valeurs extrêmement conservatrices et montre une grande dévotion pour l’Eglise de la Nuit. Malgré les similitudes avec les personnages que nous avons connus dans les années 90, les deux femmes ne vivent plus dans une maison blanche et joyeuse. Elles habitent maintenant dans une maison obscure et gothique et s’occupent de pompes funèbres.

Sabrina, une jeune lutteuse

L’adolescence est une étape pleine de questions, de changements, d’incertitude, de décisions… Sabrina, comme n’importe quelle adolescente, commence à se poser des questions à propos du monde qui l’entoure. Elle doit aussi lutter pour essayer d’unir ses deux cultures. En raison de sa double nature (sorcière et mortelle), Sabrina se rend dans deux centres distincts: un lycée et une académie de sorcières. Même si ces cultures sont très différentes, elle rencontrera des problèmes extrêmement similaires dans les deux centres, comme le bullying et l’exclusion des minorités.

Au lycée, nous voyons que l’entourage de Sabrina est assez hétéroclite. Ses meilleures amies sont Roz, une jeune fille noire qui, tout comme Sabrina, doit faire face au système, et Susie, une victime de bullying. Nous nous trouvons donc face à un groupe minoritaire qui cherche sa place et fait face à des problèmes dérivant d’une « altérité ».

Ces personnages sont vraiment bien dessinés. Leur vie est approfondie, tout comme leur passé. Avec le personnage d’Ambrose, qui s’identifie comme étant pansexuel, ils supposent une révélation dans l’univers télévisé. Face aux injustices et au sentiment d’infériorité que ressentent les jeunes femmes de son lycée, Sabrina fonde, avec ses amies, une organisation qui porte le nom de WICCA (une allusion à la religion païenne liée à la sorcellerie).

Grâce à cette association, les femmes auront un endroit où se réunir. Elles pourront y lire des livres, les commenter, se défendre face aux injustices et faire face au patriarcat. Cette image d’une Sabrina lutteuse et revendicative se retrouve aussi dans le monde des sorcières; à l’académie, elle devra faire face à sa condition de minorité (conséquence de sa double nature) et aux abus des Sœurs. Sabrina devra aussi choisir entre remettre son âme à Satan, appartenir pour toujours à l’Eglise de la Nuit ou renoncer à ses pouvoirs.

La dualité de Sabrina

La nouvelle adaptation de Sabrina nous présente une métaphore de notre propre monde, où les chocs culturels et générationnels se chargent de créer des conflitsMême si les deux mondes sont opposés, les problèmes restent les mêmes. Dans le monde des sorcières, le Grand Prêtre et la tante Zelda incarnent les valeurs les plus archaïques de l’Eglise de la Nuit; ils ne remettent jamais rien en question et s’irritent face au moindre changement.

Dans le monde des mortels, une grande partie des habitants de Greendale viennent de familles qui ont été favorables aux condamnations de sorcières. Les amis de Sabrina, et surtout son petit ami Harvey, ont un lourd passé de persécution de sorcières. Cependant, il semblerait que les personnages les plus jeunes n’aient pas de préjugés et ne se laissent pas diriger par les normes socio-culturelles. Nous le voyons par exemple dans la relation de Sabrina avec sa famille et dans celle d’Harvey avec son père.

Sabrina Spellman

Concilier deux mondes

Les nouvelles générations ont grandi dans un environnement différent. Les valeurs ont changé. Sabrina ne veut pas renoncer à ses pouvoirs et veut continuer à être mortelle. Elle représente une nouvelle réalité et essaye tant bien que mal de concilier les deux traditions. Unir deux cultures n’est jamais simple, et encore moins au moment de l’adolescence.

La série nous met face à une infinité de questions morales; Sabrina ne fait pas toujours les bons choix et se laisse parfois porter, sans se soucier des conséquences. Elle a grandi en connaissant sa double nature et ne veut pas renoncer à son identité. Pourquoi choisir? Pourquoi une chose en exclurait-elle une autre? Et pourquoi ne pas concilier les deux identités? Pourquoi suivre une tradition qui, dans l’actualité, n’a plus le moindre sens? Des questions liées au libre-arbitre et au destin de la jeune sorcière seront aussi posées.

Sabrina dénoncera quelques-unes des traditions les plus ancestrales de l’Eglise de la Nuit, comme les sacrifices humains. Elle démontrera que les jeunes générations ont grandi d’une autre façon et sont ouvertes au changement. En définitive, nous sommes face à la réinvention d’un personnage classique qui, sans avoir perdu son essence, a su s’adapter aux nouvelles exigences de notre contemporanéité. 

« Je veux ces deux choses: la liberté et le pouvoir. »

-Sabrina-