Selon une étude, 1 jeune sur 4 est raciste : pourquoi ?

Selon un sondage, 25 % des jeunes affichent des idées et des attitudes clairement racistes. Ce rejet s'adresse avant tout à la population tsigane et subsaharienne, mais aussi au collectif LGTBI. Quelle est la cause de cette mentalité ?
Selon une étude, 1 jeune sur 4 est raciste : pourquoi ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 17 novembre, 2022

S’il y a quelque chose à quoi nous aspirons en tant que société, c’est que les nouvelles générations soient meilleures que les précédentes. Nous souhaitons avant tout progresser en termes de justice sociale pour créer un monde plus respectueux, responsabilisé et capable de favoriser la cohésion et la coexistence. Peut-être que ce but n’est rien de plus qu’une chimère et que nous sommes condamnés à faire les mêmes erreurs que nos ancêtres.

Nous disons cela pour un fait que nous avons appris il y a quelques semaines à peine. Le Centre Reina Sofía sur l’adolescence et la jeunesse de la Fondation FAD, en Espagne, a réalisé une étude dans laquelle il a été révélé qu’un jeune sur 4 est raciste. Penser que 25% de notre population entre 15 et 29 ans manifeste des attitudes xénophobes envers certains groupes, effraie et invite à la réflexion.

Il est vrai que la majorité des jeunes ont une vision plus inclusive, et n’hésitent pas à se défendre contre toutes sortes d’attitudes racistes et discriminatoires. Cependant, cette proportion qui continue de perpétuer les inégalités et même les idées chargées de violence envers ceux qui ne leur sont pas égaux, nous oblige sans doute à repenser beaucoup de choses.

Les nouvelles générations devraient être plus ouvertes et tolérantes que les précédentes. Cependant, cet idéal moins raciste n’est pas toujours atteint.

Adolescent ayant du mal à symboliser qu'1 jeune sur 4 est raciste
Selon les recherches, les garçons montrent des attitudes plus racistes que les filles.

L’étude : 1 jeune sur 4 est raciste

Le travail de recherche a été réalisé sur un échantillon de 1 200 jeunes âgés de 15 à 29 ans dans la population espagnole. Les auteurs indiquent que la variable qui domine parmi les 25 % qui ont montré des réponses et des attitudes ouvertement racistes est l’idéologie. Tous ces types défendent des idées et des postulats d’extrême droite.

Pour mieux comprendre l’anatomie de ce phénomène, il est important d’analyser les données qui ont été obtenues :

  • La majorité de cette proportion de jeunes racistes sont des hommes. De leur côté, les filles font preuve d’une personnalité antiraciste et se soucient de la défense des migrants.
  • Le rejet est manifesté, spécifiquement, envers la communauté rom, les migrants du Maroc et d’Afrique sub-saharienne.
  • De même, ce groupe de jeunes n’a pas seulement un discours discriminatoire envers les groupes ethniques. Ils manifestent également un comportement haineux envers le groupe LGTBI.
  • Ces hommes d’idéologie d’extrême droite rejettent l’idée que tout gitan, marocain ou subsaharien puisse avoir une position de pouvoir dans la société.

Savoir qu’1 jeune sur 4 est raciste attire évidemment notre attention. Cependant, une autre variable notable est que 32,6 % des adolescents ont été victimes d’agressions physiques à la suite de violences racistes. Tout cela marque un profil de notre société qui nécessite des analyses, des réflexions et plus d’un changement.

Dès les premières années de leur vie, les enfants sont bombardés de messages de leur environnement qui façonnent leurs croyances et leurs jugements sur les autres. C’est là où commence le problème.

Pourquoi ne sommes-nous pas moins racistes que nos grands-parents ?

Sommes-nous en train de devenir plus racistes en tant que société ? La vérité est qu’il suffit de jeter un coup d’œil à de nombreux comptes sur Facebook ou Twitter ou à la montée de l’ultra-droite dans certains pays pour se douter que c’est effectivement le cas. Cependant, ce n’est pas que le racisme et la discrimination soient en hausse.

Ce qui se passe, c’est que le monde devient de plus en plus polarisé. Les affrontements pour presque toutes les réalités sont une constante et les groupes les plus extrêmes sont ceux qui ont tendance à faire le plus de « bruit ». De même, cela vaut la peine de lancer une perche bien nécessaire en faveur de la génération Z et de ces jeunes qui sont clairement engagés pour la société et la planète.

Cependant, le fait que 25 % d’entre eux affichent des pensées et des attitudes racistes nous oblige à nous arrêter et à réfléchir. Parce que ce n’est pas un phénomène exclusif de la société espagnole, mais plutôt un phénomène mondial. Il est donc décisif de savoir ce qui peut se passer.

Apathie raciale, préjugés passifs

Tyrone Forman est un sociologue qui a inventé le terme « apathie raciale » pour définir un manque d’engagement envers les problèmes sociaux liés au racisme. On pourrait dire qu’une partie des jeunes manifeste tout un ensemble de préjugés par pur désintérêt, car on ne leur a jamais appris à respecter, à s’intéresser ou à comprendre la réalité des autres groupes.

Le Dr Forman lui-même a mené une étude en 2015 dans laquelle il a analysé ce type de “racisme daltonien”, celui dans lequel de nombreux jeunes ne sont même pas capables d’identifier quand un comportement discriminatoire est commis. Ne pas reconnaître les dynamiques agressives, xénophobes et racistes les perpétue inévitablement.

L’importance du contexte psychosocial des jeunes

Très probablement, en lisant les données selon lesquelles 1 jeune sur 4 est raciste, nous supposons que c’est un effet direct de l’éducation reçue. Il est vrai que de nombreux récits racistes sont le produit de ce que l’on entend chez soi. Cependant, l’idéologie raciste et discriminatoire est souvent plus déterminée par les environnements sociaux dans lesquels les enfants grandissent que par l’idéologie des parents.

Le contexte racial d’un adolescent est construit par l’endroit où il vit, les amis qu’il a, les activités parascolaires qu’il fait et les informations qu’il consomme. La façon dont vous interprétez ce que vous voyez et les messages que vous recevez de ce contexte façonnent votre perception (souvent limitée) du monde.

Il est également important d’influencer la façon dont les réseaux sociaux agissent souvent comme un renforcement de la discrimination. Souvent, les discours de haine et l’intimidation du “différent” ou de “celui qui vient de l’extérieur” sont consolidés dans ces médias si proches des jeunes.

Adolescent avec le mobile pour symboliser qu'1 jeune sur 4 est raciste
Les messages sur la discrimination peuvent atteindre des jeunes de tous horizons, pas seulement de leur famille. Les médias et les divertissements, les pairs et les interactions communautaires sont également essentiels.

Quand pouvons-nous démanteler complètement le racisme ?

Le fait d’être raciste peut-il être démantelé dans notre société ? Pour y parvenir, il faut y aller morceau par morceau, et le plus important est celui pédagogique. S’il est vrai qu’une partie des jeunes sont des militants pour la justice sociale, l’égalité et le respect de toutes les communautés et groupes sociaux, il y en a une partie qui ne le sont pas.

Pour créer une société plus cohésive, cela ne vaut pas la peine de lever de simples bannières ou de renforcer l’espoir passif. Des moyens et des mécanismes actifs doivent être mis en place pour répondre aux messages et aux interactions auxquels un enfant est exposé depuis son enfance. De cette façon, voici les domaines dont nous devrions nous occuper :

  • Assister à la socialisation culturelle de la personne (les messages qu’elle reçoit de son environnement).
  • Préparez-les à lutter contre les biais et les préjugés.
  • Favoriser la confiance et l’ouverture aux autres collectifs et groupes sociaux.
  • Sensibiliser afin qu’ils pratiquent un militantisme sain pour les droits de l’homme.

Pour conclure, nous sommes conscients que cet objectif n’est pas facile à atteindre. Le substrat de la discrimination, du racisme et de la haine de ceux qui sont différents de soi, constitue ce fléau si profondément enraciné dans notre monde. Cependant, ce n’est qu’avec des volontés et un engagement clair de toutes les institutions que nous pourrons y parvenir.

Cela pourrait vous intéresser ...
Leadership et discrimination à l’égard des femmes
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Leadership et discrimination à l’égard des femmes

Les liens entre leadership et discrimination envers les femmes ont été mis en évidence par de nombreuses études scientifiques.



  • Andújar, A.; Sánchez, N.; Pradillo, S. & Sabín, F. (2022) Jóvenes y racismo. Estudio sobre las percepciones y actitudes racistas y xenófobas entre la población joven de España. Madrid: Centro Reina Sofía sobre Adolescencia y Juventud, Fundación Fad Juventud. DOI: 10.5281/zenodo.7268038
  • Forman, T. A., & Lewis, A. E. (2015). Beyond Prejudice? Young Whites’ Racial Attitudes in Post–Civil Rights America, 1976 to 2000. American Behavioral Scientist59(11), 1394–1428. https://doi.org/10.1177/0002764215588811