Que se passe-t-il lorsque nous jugeons les autres?

10 octobre 2015 dans Psychologie 0 Partagés

“L’âme a toujours tendance à juger les autres en fonction de ce qu’elle pense d’elle-même”

(Giacomo Leopardi)

Même si cela peut vous surprendre, le fait de juger les autres est quelque chose de très fréquent. 

Cela semble contradictoire puisque nous exigeons souvent que l’on arrête de juger nos actes, alors que nous jugeons nous-même et que l’on nous juge en permanence, sans que l’on puisse l’éviter.

Les dommages que causent le jugement sont des choses auxquelles nous devons penser et sur lesquelles nous devons réfléchir.

Nous devons regarder dans notre intérieur et arrêter de passer notre temps à penser à ce que les autres font, comment ils font, car ils font les choses comme tout le monde.

juzgar

Combien de fois vous a-t-on jugé de manière erronée ? Respectez ce que les autres font et décident, car peut-être que ce que vous critiquez maintenant, vous le ferez bientôt.

Votre perspective n’est pas la seule !

Souvent, nous pensons que notre vision est la seule valide et cela nous empêche de voir au-delà et de comprendre d’autres perspectives différentes des nôtres.

Qui vous dit que votre façon de voir est la bonne ? Donnez-vous le luxe de douter, d’accepter que les deux postures peuvent être correctes et que cela ne rend ni meilleur ni pire.

Quand nous jugeons les autres, nous ne connaissons pas toute l’histoire qui se trouve derrière cette personne.

Il suffit seulement de vous regarder vous-même. Combien de personnes connaissent tous les moments par lesquels vous êtes passés ?

N’essayez pas de chercher les meilleures et les pires visions, elles sont toutes valides ! Car ce qui génère du rejet chez vous aujourd’hui, peut vous plaire demain.

Ouvrez votre esprit et permettez-vous de découvrir de nouvelles perspectives avec lesquelles vous pourrez élargir votre vision du monde. Commencez à être une personne ouverte et tolérante. Cela vous rendra meilleur et vous permettra de mieux comprendre les autres.

Vos actes vous définissent

Quand vous jugez quelqu’un, vous vous définissez vous-même. Vous pouvez donner votre opinion, mais le fait de critiquer cette personne ne va pas l’aider. Faites-vous quelque chose de bien pour elle ? Que prétendez-vous faire exactement ?

Quand nous jugeons, nous n’avons pas d’autre motif que celui de vouloir que les autres voient le monde comme nous le voyons. Est-ce vraiment la réalité ?

Les différentes perspectives peuvent nous aider à nous ouvrir face à des situations diverses. Vous ne pouvez pas prétendre que quelqu’un pense ou agisse comme vous. 

Le fait de juger quelqu’un peut lui faire beaucoup de mal. Pensez à une situation où l’on vous a jugé. Le chemin que l’on vous a indiqué vous a-t-il rendu plus heureux ?

Lorsque nous jugeons, nous croyons que nous aidons mais en réalité, nous faisons du mal. Nous croyons que nous orientons alors que nous désorientons la personne.

difference-shutterstock_163223417

Les apparences sont trompeuses

Chaque personne est un monde. Vous-même vivez des situations et des expériences qui vous ont fait souffrir et grandir. Mais vous seul les connaissez et les comprenez.

Les autres ont également leurs raisons et même si nous ne sommes pas d’accord, nous devons les respecter. Peut-être que demain, vous ferez ce que vous remettez tant en question aujourd’hui.

“Les gens prennent des chemins différents dans la recherche du bonheur et de la réalisation.

Qu’ils ne marchent pas sur le même chemin ne signifie pas qu’ils se sont perdus. »

(Dalai Lama)

Si vous avez tendance à juger les autres, pensez tout d’abord à la manière dont vous vous sentez quand on vous juge.

Ce que nous vivons tout au long de notre vie, change notre manière de voir les choses. Ce que nous voyions auparavant comme quelque chose d’incorrect peut aujourd’hui nous parler davantage.

principal

Soyez flexible et ne jugez jamais. Vous pouvez donner votre opinion mais sans essayer de convaincre les personnes afin qu’elles voient la vie comme vous.

“Nous ne pouvons jamais juger la vie des autres,

Car chacun de nous connaît ses propres douleurs et ses propres renoncements.

C’est une chose de supposer qu’untel est sur un certain chemin ;

C’en est une autre de supposer que ce chemin est le seul”

(Paulo Coelho

A découvrir aussi