Scarlett O'Hara : une femme indestructible

26 juillet, 2020
Scarlett O'Hara est l'un de ces personnages de l'histoire du cinéma qui ont été gravés sur notre rétine. Malgré le temps qui passe, le personnage ne pourrait pas être plus actuel. Dans cet article, nous abordons certains des aspects les plus intéressants de l'éternel protagoniste d'Autant en emporte le vent.
 

La première de Autant en emporte le vent (Victor Fleming, 1939) a été un événement historique et culturel. À une époque où la télévision n’en était qu’à ses débuts, le cinéma était en train de conquérir le peuple.

Ajoutez à cela une production très coûteuse, un visage aussi familier que celui de Clark Gable, les costumes inégalés de Scarlett O’Hara et une promotion jamais vue en son temps, et le résultat est extraordinaire.

L’événement a été tel qu’à Atlanta, un défilé, des danses et d’innombrables autres manifestations ont été organisés pour célébrer la sortie du film. L’État de Géorgie s’est tourné vers les festivités et le jour de sa sortie, le 15 décembre 1939, a été déclaré férié dans tout l’état.

Ainsi, Autant en emporte le vent a commencé à construire un mythe qui allait mener à un total de 10 Oscars. En résumé, un événement cinématographique inédit et unique en son genre. En France, il est sorti 11 ans plus tard, mais son succès a été tout aussi retentissant.

 

Cependant, bien que le film soit toujours un classique et que son impact ait été étudié sous différents angles, la vérité est que les valeurs qu’il véhicule sont quelque peu dépassées.

L’image qu’elle nous donne des personnages noirs – totalement stéréotypés -, de l’esclavage et des valeurs de l’époque n’est plus aussi forte aujourd’hui. Mais Autant en emporte le vent n’est pas seulement un film de 1939. Il se déroule également au XIXe siècle.

Mais s’il y a un personnage qui mérite d’être sauvé et qui est tout à fait intemporel, ce n’est autre que l’exceptionnelle Scarlett O’Hara jouée par Vivien Leigh. Scarlett est l’un des personnages féminins les plus mémorables de l’histoire du cinéma. Comment oublier son éblouissante robe rideau ? Comment oublier son amour excessif pour Ashley Wilkes et sa relation avec Rhett Butler ?

Ni héroïne, ni dame en détresse

L’ampleur du film et sa durée – pas moins de 4 heures – nous permettent d’assister à l’évolution d’un personnage inédit. Scarlett O’Hara est présentée comme une jeune femme vaniteuse et égoïste, consciente de sa beauté et de sa capacité à obtenir ce qu’elle veut. Elle a vécu une vie d’abondance, mais n’est pas satisfaite du rôle que la société lui a donné.

 

Dans le roman du même nom comme dans le film, Scarlett rompt avec tous les moules de son époque. Elle n’est pas soumise, elle ne se laisse pas manipuler par les hommes et elle ne veut pas vivre dans leur ombre.

Ce n’est pas une héroïne, car ses valeurs sont loin de ce que la morale de l’époque dictait. Elle est très égoïste ; mais ce n’est pas non plus une « femme en détresse » qui cherche un homme pour la sauver. Face à l’adversité, Scarlett O’Hara est une femme forte, déterminée et capable de surmonter sa famille.

Elle est irrévérencieuse, et même le deuil ne peut éteindre ses désirs et son envie de s’amuser comme le ferait n’importe quel homme. Quand on ne parlait pas encore de féminisme, quand les femmes étaient reléguées au foyer, Scarlett O’Hara a prouvé qu’elle pouvait tout gérer, que rien ne l’arrêterait et qu’aucun homme n’était au-dessus d’elle.

Elle n’est pas gentille, ni attachante, ni ne veut l’être. Au contraire, elle est arrogante, irrévérencieuse et très indépendante. Même la guerre ne peut pas la vaincre.

 
Extrait d'un film.

Mais les intentions de Scarlett sont égoïstes. Nous savons qu’elle est amoureuse – presque obsédée – d’Ashley Wilkes, l’homme qui va épouser sa cousine Mélanie.

Mélanie est le contraire de Scarlett, elle est naïve, douce et angélique, à tel point que nous aimerions parfois la réveiller de ce rêve merveilleux dans lequel elle semble vivre. Elle ne croit pas au mal et est incapable de voir que Scarlett n’a vraiment aucune compassion pour personne et se soucie peu de briser un mariage.

Cette relation avec Mélanie sera une constante tout au long du film, tandis qu’en même temps, un autre triangle amoureux commencera à se développer à partir de l’intrusion de Rhett Butler. Scarlett aime l’impossible, elle tombe donc amoureuse d’Ashley.

 

Tandis que Butler, un homme d’affaires aux mœurs douteuses, sera fasciné par cette jeune femme indisciplinée. Cependant, la guerre va éclater dans leur vie, brisant le confort de Scarlett et de sa famille.

Face au danger, c’est elle qui prend les rênes, qui parvient à ressusciter Tara – la plantation familiale -. Sans Scarlett, la plupart des personnages qui l’accompagnent n’auraient pas survécu. Après plusieurs mariages, elle finit veuve. Quelque chose qui aurait été dévastateur pour une femme de son temps.

Mais Scarlett est une anticonformiste et parvient toujours à aller de l’avant. Elle devient une femme d’affaires dans un monde dominé par les hommes. Comme le phénix, elle parvient à renaître de ses cendres encore et encore.

Scarlett O’Hara : une femme différente

Oui, Scarlett O’Hara est différente. C’est une femme qui se démarque de son époque – à la fois dans la fiction et dans la réalité. Le cinéma nous a donné un grand nombre de femmes « domestiquées » et obéissantes qui suivent l’exemple de ce qu’une femme « devrait être ».

 

Des femmes dévouées à leurs enfants et à leurs maris qui ne semblent pas avoir de plus grandes aspirations dans la vie. Au contraire, la protagoniste d’Autant en emporte le vent se présente comme la véritable reine de son histoire. Les hommes et les autres histoires tournent autour d’elle.

Elle est loin d’être une bonne mère et une bonne épouse. Ses mariages et pratiquement toutes ses actions sont motivés par ses propres intérêts. Scarlett O’Hara doit, comme elle le peut, se conformer à un monde dominé par les hommes.

Rhett Butler est un opportuniste, ce qui n’est pas un mystère pour Scarlett. Mais si c’est un opportuniste, elle peut l’être aussi. On peut faire une lecture de ce personnage à partir de l’ambition qui anime ses actions. Cependant, sa complexité est infiniment plus grande.

Nous voyons parfois qu’elle peut être compatissante, qu’elle est protectrice des siens et qu’elle ose « porter le pantalon » de la maison, pour prendre les décisions importantes. Mélanie, d’autre part, malgré sa naïveté, est assez intellectuelle, mais surtout, elle est gentille. Elle sera toujours reconnaissante à Scarlett de l’avoir aidée à survivre et à faire revivre un héritage familial qui semblait voué à disparaître.

 
Visage de Scarlett O'Hara.

La jeune et coquette Scarlett qui nous a été présentée au début semble avoir disparu. Désormais vêtue de loques elle se nourrit d’une terre qui semblait condamnée.

Elle réussit à survivre à son entourage et à faire face à l’adversité. Rien ne peut l’arrêter, pas même la rareté. Si elle ne peut pas avoir une robe en état de visiter Rhett Butler et atteindre son but plus qu’intéressé, elle fera une robe pour l’occasion.

Tout au long du film, nous la voyons descendre du sommet jusqu’aux profondeurs de l’enfer. Mais elle ne laisse jamais rien, absolument rien, la faire sombrer. Son arrogance et son ambition peuvent montrer une froideur absolue, mais, au fond, les coups ont fini par être dévastateurs.

Scarlett O’Hara porte une armure qui la protégera toujours, qui la tiendra à l’écart. Seule la mort de Mélanie lui permettra de se connecter avec la réalité, avec la douleur qu’elle a pu causer, et elle connaîtra enfin la valeur de la bonté et de l’amour.

 

Sans aucun doute, Scarlett O’Hara fait partie de ces personnages qui durent dans le temps. Elle est intemporelle et encore d’actualité aujourd’hui. C’est un personnage vraiment intéressant, qui mérite une analyse plus détaillée et plus approfondie.

Il nous permet de voir une évolution constante du bonheur de l’adolescence à la maturité d’une femme qui a souffert, mais ne s’est jamais laissée écraser. On peut l’aimer, voire la détester, mais ce qui ne fait aucun doute, c’est son grand impact. Indomptable, arrogante, belle, séductrice… mais surtout, une combattante, une vraie survivante qui ne peut être vaincue.

« Je jure devant Dieu, je jure devant Dieu que je ne me laisserai pas abattre ! J’aurais le dernier mot et lorsque ce cauchemar sera terminé, je jure devant Dieu que je ne connaitrais jamais plus la faim. Non ! Ni moi-même, ni les miens ! Dussé-je mentir, voler, tricher ou tuer, je jure devant Dieu que je ne connaitrai jamais plus la faim.. »

-Scarlett O’Hara, Autant en emporte le vent-