Savez-vous ce qui caractérise la co-dépendance émotionnelle ?

· 27 septembre 2017

La codépendance suppose une addiction à la dépendance d’une autre personne, que ce soit dans des relations de couple ou au sein d’une famille (par exemple, entre une mère et sa fille). Ainsi, indépendamment du contexte, dans les relations de dépendance très marquées, la personne dépendante sent qu’elle a besoin de l’autre, de même qu’elle a besoin de son cœur pour continuer à vivre. Nous parlerions dans ce cas d’une dépendance psychologique dans laquelle la partie émotionnelle joue un rôle essentiel.

Ainsi, la dépendance va bien au-delà du simple désir d’être aux côtés de quelqu’un. Elle a un lien avec l’idée que l’autre est indispensable ou irremplaçable : sa présence est une condition nécessaire pour que nous nous sentions bien. Il s’agit d’un besoin qui doit être satisfait sur n’importe quel chemin menant au bonheur, aussi particulier et spécifique soit-il.


La dépendance émotionnelle, très souvent, va de pair avec des comportements jaloux, manipulateurs ou possessifs envers la personne aimée, ce qui conduit à l’usure de cette dernière et finit par mener à l’échec de la relation : la croyance irrationnelle du/de la dépendant-e, qui pense « sans toi, je ne suis rien », devient alors réalité.


D’autres fois, il arrive que ce ne soit pas seulement un-e membre du couple qui soit attaché-e à l’autre : les deux dépendent l’un-e de l’autre, mais d’une façon différente. Nous entrons, dans ce cas, dans ce que l’on appelle la co-dépendance émotionnelle. Dans une relation co-dépendante, il existe un-e membre dépendant-e dont le bonheur dépend, en dernier ressort, de la présence de son conjoint et du fait que celui-ci ne l’abandonne pas. Par ailleurs, l’autre membre du couple est également dépendant-e, mais à la propre dépendance de son compagnon/sa compagne.

Codépendance ou altruisme ?

Pour clarifier les choses, la personne dépendante a besoin de son compagnon/sa compagne et le-la dépendant-e a besoin de protéger ce dernier/cette dernière, de prendre soin de lui/d’elle, de l’aider et de se préoccuper pour son bien-être. Il est vrai que chercher à prendre soin de son compagnon/sa compagne est nécessaire pour vivre une bonne relation, mais il faut que cela soit fait de façon altruiste, en faisant preuve d’amour envers cette personne : il ne faut pas que ces actions soient réalisées uniquement pour nourrir une dépendance sous-jacente.


Les comportements qui dérivent de la co-dépendance ne font que renforcer la dépendance entre les deux personnes et remplir des vides internes qui n’ont pas été satisfaits au moment de l’enfance.


co-dépendance émotionnelle d'un coeur

C’est comme si veiller à la sécurité de l’autre, le/la protéger de façon excessive ou en prendre soin comme s’iel était incapable de le faire par lui/elle-même permettait de rendre plus forte la personne co-dépendante et de renforcer son estime personnellePar ailleurs, cette façon d’agir est comme l’eau qui assouvit la soif du/de la dépendant-e ; les pièces du puzzle finissent par s’emboîter à la perfection et renforcent fréquemment la dépendance.


Un cercle vicieux toxique finit donc par se créer dans la relation : le bonheur de l’un dépend de l’autre personne, dont le bonheur dépend à son tour du besoin d’attachement de l’autre. Cela peut sembler étrange, mais les études nous disent que certains couples se forment ainsi, ou ne peuvent que survivre de cette façon.


Quel est donc le résultat final de cette dynamique ? Le couple co-dépendant ne vit jamais de relation saine et satisfaisante : la souffrance et la sensation de vide au sein de cette relation deviennent omniprésentes. Dans le cas peu fréquent où la relation se maintiendrait dans le temps, les deux personnes devraient supporter un mal-être extrêmement intense car elles finiraient par perdre leur propre identité.

Symptômes et caractéristiques de la co-dépendance émotionnelle

Même si la personne protectrice peut sembler forte, c’est le contraire qui se produit. En réalité, ce n’est que quand la personne prend soin de l’autre qu’elle prend aussi soin de son estime d’elle-même. Ainsi, si vous voulez connaître plus précisément les symptômes de la co-dépendance émotionnelle, vous pouvez poursuivre la lecture de cet article.

L’estime de soi brille par son absence

Comme nous le disions auparavant, les personnes co-dépendantes ont une faible estime d’elles-mêmes ; elles essayent de la remplacer par la sensation d’utilité et par l’idée selon laquelle elles seraient précieuses pour d’autres personnes, plus précisément pour leur compagnon/compagne.

Dans de très nombreux cas, cette carence est due à un schéma d’attachement anxieux qui a commencé à se former au cours de l’enfance, dans la relation qui a été établie avec les principales figures de référence. Ainsi, il se peut que la personne n’ait été récompensée que lorsqu’elle faisait quelque chose pour les autres, et c’est de cette façon qu’elle a appris que sa valeur ne dépendait que de ce qu’elle pouvait apporter aux gens.

Une recherche de contrôle sur l’autre personne

Etant donné que leur estime personnelle dépend des autres, ces personnes ont tendance à utiliser la manipulation et le contrôle comme manière de surveiller « leur victime ». En d’autres termes, pour se sentir précieuses et utiles, elles ont besoin que l’autre personne continue à maintenir des comportements dépendants, et ce n’est qu’en contrôlant cette dernière qu’elles peuvent parvenir à leur fin.

Une autre stratégie habituelle pour maintenir la dépendance de l’autre consiste à miner son estime d’elle-même. Oui, faire en sorte que l’autre se sente inutile et pense qu’iel a besoin de quelqu’un pour l’aider. C’est à ce moment que la personne co-dépendante apparaît, de façon apparemment désintéressée, comme s’il s’agissait d’un sacrifice.

La crainte de l’indépendance de l’autre

Au moment où elles se rendent compte que l’autre personne a entrepris quelque chose de manière indépendante, comme prendre une décision en solitaire, les personnes co-dépendantes se mettent à paniquer et essayent de rétablir la situation passée. Il n’est donc pas rare de les voir abandonner ce qu’elles étaient en train de faire pour aider l’autre et garder leur position supérieure de « protecteur-trice ».


Elles ont peur que l’autre s’en sorte tout-e seul-e et se rende compte, en réalité, qu’iel n’a besoin de l’aide de personne ou qu’il y a d’autres personnes, en-dehors de leur compagnon/compagne co-dépendant-e, qui peuvent l’aider.


Obsession pour le couple

Dans leur tête, le couple est une source de supervision constante. Elles deviennent donc obsessionnelles, finissent par se perdre elles-mêmes et croient que faciliter la vie à leur compagnon/compagne est la seule mission dont elles peuvent tirer un bien-être constant. Par ailleurs, si elles commettent une seule erreur, elles se le pardonnent difficilement et sont inondées par la frustration.

couple avec des problèmes de co-dépendance émotionnelle

Un immense besoin d’approbation

L’approbation des autres constitue un renforcement personnel universel et, dans de nombreux cas, une source d’information valide pour évaluer nos actes ; or, quand nous plaçons toute notre estime de nous-mêmes dans le jugement que peuvent émettre les autres, nous avons un problème. Ainsi, les personnes co-dépendantes ont un grand besoin d’approbation qu’elles essayent de combler, sans prêter beaucoup d’attention à la manière dont elles y parviennent. Et qui, à part la personne dépendante, peut donner son approbation immédiate ?

Elles se sentent responsables des émotions de l’autre

Même si nous savons que les émotions des autres ne nous appartiennent pas, nous pouvons très souvent nous sentir responsables de la façon dont les gens se sentent. Il n’y a rien d’étrange à cela, nous avons juste été éduqué-e-s ainsi. « Ne mets pas Papa en colère », « si tu fais ça, Maman va être triste ».

Cependant, cette pensée est beaucoup plus marquée chez les personnes co-dépendantes : elles croient que l’autre va bien ou mal en fonction de la façon dont elles ont elles-mêmes agi. Ainsi, très souvent, elles finissent par se croire responsables de choses avec lesquelles elles n’ont en réalité rien à voir ou se sentent coupables de quelque chose qu’elles n’ont pas commis.

Elles font des reproches à leur compagnon/compagne

D’un côté, elles ont besoin de se sentir utiles en aidant leur compagnon/compagne ou une autre personne de leur entourage qui est dépendante d’elles. Cependant, au moment où celui-ci/celle-ci fait quelque chose qui contredit ce schéma, elles ont tendance à le lui reprocher, comme une stratégie pour faire en sorte que l’autre se sente mal et change de comportement. Des expressions du type « après tout ce que j’ai fait pour toi, c’est comme ça que tu me remercies », « tu ne te rends pas compte des sacrifices que je fais pour toi », « j’ai tout quitté pour te voir heureux-se » sont donc très habituelles.

Vous identifiez-vous à l’un ou plusieurs de ces symptômes ? Même si cette façon d’agir au sein d’un couple peut nous surprendre, elle est plus commune que ce que nous pouvons croire. Par conséquent, si vous vous sentez identifié-e, analysez ce qui ne va pas, donnez une chance à votre estime personnelle et osez faire l’expérience d’une relation saine.