Ryszard Kapuściński, biographie d'un célèbre chroniqueur

04 février, 2020
Ryszard Kapuściński était l'un de ces journalistes qui faisaient passer leur travail avant leur vie. Il a été présent dans les conflits les plus sanglants du XXème pour les raconter ensuite avec une grande profondeur et une grande poésie à ses lecteurs.

Ryszard Kapuściński a été l’un des chroniqueurs les plus importants au monde. Il a incarné le journaliste classique qui allait sur les lieux des faits, parfois au péril de sa vie, pour récupérer les informations. Tout au long de sa carrière, il a assisté à 27 révolutions et a été sur 12 fronts de guerre. Il a aussi été condamné à mort à quatre reprises et a attrapé la malaria et la tuberculose alors qu’il était en quête d’informations.

L’un des aspects les plus importants de Ryszard Kapuściński est que son journalisme n’était pas centré sur les figures de pouvoir mais sur les plus humbles. Il recherchait surtout – et trouvait – l’effet des grands faits à partir du cœur même des sociétés où ils avaient lieu.

Tout au long de sa vie, il a écrit environ 30 livres, en plus d’une infinité d’articles, d’essais et de poèmes. Il n’était pas qu’un chercheur rigoureux : c’était aussi un merveilleux écrivain. Pour les critiques, sa meilleure oeuvre est Ebène (The Shadow of the Sun), une fabuleuse collection de chroniques qui narrent la chute du colonialisme sur le continent africain. D’autres oeuvres comme L’Empereur, La guerre du football ou Un cynique pourrait ne pas convenir à cette profession ont aussi fait le tour du monde.

Ryszard Kapuściński, un enfant pauvre

Aucune biographie détaillée de Ryszard Kapuściński n’a encore été publiée et beaucoup de données sur sa vie sont encore méconnues. Cependant, dans son oeuvre Voyages avec Hérodote, il parle de son enfanceOn sait qu’il est né le 4 mars 1932 dans la ville polonaise de Pinsk, qui fait aujourd’hui partie de la Biélorussie.  Kapuściński signale qu’il s’agissait de l’endroit le plus pauvre de son pays et probablement de toute l’Europe.

La pauvreté et la guerre ont été présentes dans sa vie dès qu’il est né. Il nous raconte qu’il a connu Varsovie, qu’il a toujours aimée, quand il a eu 12 ans. Il a visité cette ville, comme d’autres villes polonaises, en tant que réfugiéSa famille bougeait sans cesse pour fuir les conflits armés qui se succédaient.

Cette pauvreté et ces déplacements continus ont totalement marqué sa vision du monde. Dès son plus jeune âge, il a su que son destin était de “traverser des frontières”. C’est pour cela qu’il n’a jamais cessé de voyager. “Le sens de la vie est de traverser des frontières”, a-t-il dit un jour. Il était également fasciné par les pays du tiers monde, où il revoyait toutes les réminiscences de sa propre enfance.

Ryszard Kapuściński et son lien à Varsovie

Voyageur et reporter

Ryszard Kapuściński a étudié l’histoire mais, au fond de lui, un reporter avait envie de s’exprimer. Il a donc commencé par travailler pour un petit journal. À 32 ans, l’Agence de Presse Polonaise l’a engagé… À partir de là, il a entamé un périple qui l’a mené en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique. Son travail a très vite suscité une grande admiration.

Dans une biographie posthume, la seule qui ait existé jusque maintenant, on a dit que Ryszard Kapuściński travaillait en réalité pour les services secrets du gouvernement polonais. Pour l’instant, personne n’a corroboré ni démenti cette information.

Si cela s’avérait être vrai, son oeuvre n’en serait pas entachée. Il a toujours su adopter le point de vue des personnes les moins favorisées avec une magnifique prose. Kapuściński avait une méthode de recherche similaire à celle d’un espion. Il plongeait dans les différents thèmes avec une passion irréfrénable. Et il n’en sortait pas avant d’avoir trouvé des détails infimes qui illustraient la réalité.

Un célèbre chroniqueur

Avec le temps, la renommée de Ryszard Kapuściński est devenue universelle. Gabriel García Márquez l’a même contacté pour qu’il fasse partie de la Fundación Nuevo Periodismo Iberoamericano. Il a également été professeur dans plusieurs universités et a donné un nombre incalculable de conférences. Son travail lui a permis de remporter plusieurs prix.

Ryszard Kapuściński

Il croyait fermement que, pour parler d’un fait, il fallait connaître son histoire en détail. Il ne se plongeait jamais dans une réalité sans avoir consulté à fond son histoire et s’être formé une idée précise des causes et des conséquences d’une situation spécifique. Ryszard Kapuściński était le type de journaliste qui parcourait les zones critiques à pied, en se faisant de profondes réflexions sur cette réalité et en les narrant de telle sorte que chaque être humain puisse comprendre ce qui était en jeu.

À cette époque de journalistes obsédés par la gloire et, en général, triviaux et pressés, Ryszard Kapuściński est un modèle solide. Le modèle d’une personne passionnée par son métier, mais aussi d’une éthique impeccable, où la vérité et le destinataire de cette dernière sont les choses qui importent le plus.

 

  • Calvo, A. S. (2014). La memoria viva de Ryszard Kapuściński en España e Hispanoamérica. Roczniki Humanistyczne, 5(62), 165-176.