Pourquoi reportons-nous le changement à plus tard ?

3 juillet 2015 dans Psychologie 0 Partagés

Pourquoi faisons-nous toujours une rétrospective de notre vie en fin d’année ? Nous ne le faisons pas vraiment par nostalgie, mais plutôt dans le but de déterminer si la vie que nous menons nous convient. 

Certaines personnes en sont satisfaites alors que d’autres ressentent un vide déconcertant malgré ce qu’elles ont accompli d’important.

Voulons-nous revivre les mêmes expériences que cette année ?

Nous invitions les personnes qui ne se sentent pas en accord avec leur vie que ce soit à cause de problèmes de santé, financiers, familiaux ou amoureux à se poser la question suivante :

Comment en êtes-vous arrivé là où vous êtes ? Avez-vous une idée claire de là où vous voulez aller ou de ce que vous désirez pour vous-même ? 

L’objectif est de dessiner un projet de vie. Cela nous permet de voir si nous suivons le chemin qui nous conduira aux buts que nous nous sommes fixés en début d’année en suivant certaines étapes ou en changeant.

Pour cela il est nécessaire de savoir qui nous sommes, de savoir quels talents personnels nous possédons, tels que l’indépendance, la créativité ou la patience. Nous avons tous un potentiel qui nous a permis de réussir, quel est le vôtre ?

Après une rétrospective, certaines personnes décident d’abandonner un mode de vie qui ne fonctionne plus pour elles.

Elles s’arment pour faire face à un divorce, à la perte de leur emploi, à une maladie ou à la disparition de l’être aimé. Toutes ces situations sont source d’angoisse, car elles sortent les personnes de leur zone de confort.

Il est facile de s’habituer aux personnes, aux différentes situations ou aux lieux, surtout si nous n’opérons pas de changements dans notre vie.

Pour d’autres personnes, la nouvelle année leur rappelle qu’elles tolèrent une relation abusive depuis bien longtemps. Elles diront : « Je n’ai jamais voulu ça » « Je n’ai pas le choix ». 

Il est important que les personnes qui se trouvent dans ce type de relation sachent que pour changer quelque chose qui ne leur plaît pas, il est indispensable qu’elles sachent qui elles sont, quelles sont leurs capacités et les choses sur lesquelles elles peuvent compter. En résumé : quelles sont ces qualités qui vous donnent de la valeur ?

Pour mettre de l’ordre dans nos vies, il faut impérativement commencer par prendre conscience de notre valeur en tant que personne, car l’un des facteurs qui nous empêchent d’aller de l’avant est:

La peur

En début d’année, nous nous replongeons dans notre routine en oubliant tous nos nouveaux objectifs. Certains vont à la salle de gym tous les jours pour perdre le poids pris pendant les fêtes de Noël, d’autres prennent un rendez-vous avec leur médecin après des petites frayeurs de Noël.

Mais la majorité oublie bien vite les bonnes résolutions prises au premier janvier, ou d’autres ne voient pas d’issue à leur situation : chômage, divorce, mauvais traitements, maladies en phase terminale.

Nous avons tous affronté des difficultés un jour ou l’autre. Dans ces cas-là, nous cherchons de l’aide auprès de nos amis, de notre leader religieux, de notre avocat ou encore après de notre psychologue.

Certaines personnes préfèrent rejeter la faute sur les autres plutôt que d’admettre que le problème vient d’elles-mêmes, car cela voudrait dire qu’elles sont en partie responsables de leur sort et donc, qu’elles pourraient ne plus être en position de victime.

Cependant, la peur les paralyse et les empêche de procéder aux changements nécessaires.

Mais qu’est-ce que la peur ?

La peur est une émotion désagréable déclenchée par une sensation de danger. Cette sensation provient d’une série de pensées qui se fondent sur des situations réelles ou fictives.

Par exemple, l’origine de la peur d’une personne qui croit qu’elle va tomber malade en sortant dans la rue car elle s’expose à des bactéries, est différente de celle d’une personne dont le mari la bat constamment et la menace de mort.

Le premier type de peur se base sur une idée qui est le fruit de l’imagination, alors que le second se base sur des faits concrets.

Cependant, la majorité des personnes expriment différents types de peur :

• La peur de l’abandon
• La peur du rejet
• La peur de l’échec
• La peur d’être seul
• La peur d’être différent

Ces peurs trouvent leur origine dans des idées inventées qui sont liées au changement. C’est pourquoi, certaines personnes font tout pour plaire aux autres, même si leurs actions sont source de mal-être pour elles.

Elles ont peur de l’inconnu, un sentiment qui se fonde sur l’insécurité. Cependant, il est nécessaire de distinguer les effets de la peur chez l’être humain.

La peur a un aspect positif quand elle agit comme un mécanisme d’alerte face au danger imminent de blessure physique, ce qui nous permet de fuir ou d’agir en fonction du danger qui met en péril notre survie.

L’aspect négatif de la peur réside principalement dans le fait qu’elle génère de l’angoisse et qu’elle nous paralyse. 

La façon la plus efficace de faire face à la peur est de reconnaître son existence. Pour cela, il est nécessaire d’observer comment nous nous conduisons face à divers évènements et d’essayer de réfléchir au moment où la peur et l’angoisse font leur apparition.

Puisque la peur repose sur l’insécurité personnelle, il faut recueillir toutes les informations qui vous seront nécessaires avant de concrétiser un projet important, de passer un entretien ou d’affronter des situations où vous serez amené à prendre des décisions. 

S’informer est une étape clé qui précède la prise de décision. Soyez réaliste quant au déroulement des choses, autorisez-vous une marge d’erreur, car personne n’est parfait.

Même si vous pensez à tous les scénarios possibles et imaginables, des situations surviendront toujours où vous n’aurez pas toutes les informations en main pour prendre une décision judicieuse.

Face à la peur, il est normal que certaines inquiétudes et questions surgissent. C’est pourquoi nous devons peser les pour et les contre en ce qui concerne les choix que nous devons faire face à un évènement donné.

Ainsi, le plus courageux n’est pas celui qui clame qu’il n’a jamais peur, mais celui qui reconnaît son existence et qui apprend à la contrôler.

Photographie avec l’aimable autorisation de deollyy

A découvrir aussi