Rechute dans le deuil : lorsque nous ne pouvons pas sortir du tunnel

13 février 2018 dans Psychologie 286 Partagés
rechute dans le deuil

La rechute dans le deuil se produit plus souvent que nous le pensons. Loin de la considérer comme une régression, il convient de la considérer comme un événement qui est parfois attendu, comme quelque chose de normal dans le processus de deuil. Faire deux pas en arrière peut parfois être la meilleure stratégie pour prendre de l’élan. En fin de compte, personne ne sort du tunnel en deux jours, il s’agit d’un long voyage où les arrêts et les retour en arrière sont fréquents.

Quelque chose que tous les thérapeutes ayant de l’expérience dans l’intervention de la dépression, des troubles anxieux, de la toxicomanie ou d’autres maladies mentales savent, est que leur stratégie clinique pour leurs patients devrait inclure un programme de prévention des rechutes adéquat. Néanmoins, comme le professionnel lui-même le sait, il est également nécessaire que la personne soit pleinement consciente que cela puisse se produire.

Celui qui vit un deuil attend – très souvent – que cette transe, parfois austère et impossible à supporter, passe au plus vite, il désire plus que tout que se présente le moment où il pourra enfin respirer sans douleur, et dormir plusieurs heures de suite sans se réveiller en larmes. Nous concevons le processus de récupération comme un segment droit dans lequel nous réduisons à chaque pas la distance avec l’extrémité qui marque la fin.

Par conséquent, il est important que nous comprenions que cela ne fonctionne pas toujours ainsi. Il est habituel qu’à un moment donné, et presque sans savoir pourquoi, nous fassions deux pas en arrière ou pire encore, revenions au point de départ. Pour éviter que cela ne se produise et nous place dans un état où la rechute est bien pire que la chute elle-même, il est nécessaire de se préparer avec un bon « arsenal » de mesures qui nous protègent et de ressources qui nous guident.

A découvrir aussi