Raphaël : le grand peintre de la Renaissance

15 septembre, 2020
Raphaël est encore aujourd'hui considéré comme la principale figure artistique du classicisme italien de la Haute Renaissance. Découvrez le parcours de cet incroyable artiste.

Tout d’abord, rappelons que Raphaël est, sans aucun doute, l’un des plus grands peintres de la Haute Renaissance. C’était un artiste célèbre, remarquable par rapport à ses contemporains grâce à ses madones, ses portraits, ses fresques et ses compositions architecturales.

La Renaissance italienne est une période qui se caractérise par une stylisation des figures et un développement de la perspective. Un regard sur les figures classiques gréco-latines, en essayant de retrouver la beauté qui, de leur point de vue, avait été perdue avec l’obscurantisme médiévale. Au cours de cette période, émerge donc certains des plus grands artistes de l’histoire.

A l’époque, ces artistes étaient également considérés comme des scientifiques. L’humanisme est un mouvement étroitement lié à cette période. C’est un mouvement dans lequel l’art, la philosophie et la science allaient de pair. Les peintres étaient des experts dans l’observation de la nature. Ainsi, ils réussissaient à capturer les effets de la lumière et de l’ombre. Mais la nature n’est pas le seul objet de leur étude. En effet, les artistes de la Renaissance vont aussi observer la société.

Les artistes de la Renaissance analysaient de près les interactions culturelles et s’en sont inspirés. Ainsi, leurs vies ont été imprégnées par leurs recherches.

Découvrez donc ce qui conduit Raphaël Sanzio à devenir l’un des plus grands artistes de l’histoire.

Les premières années du génie

Raphaël Sanzio est né le 6 avril 1483 à Rinoello Sanzio, Urbino, aujourd’hui en Italie. À cette époque, Urbino était un centre culturel qui encourageait les arts. Bien que la fortune de sa famille fut anéantie par la guerre, son père, Giovanni Santi, savait lire et écrire. Santi était également peintre à la cour d’Urbino.

Raphaël savait peu de choses sur sa mère, qui est morte prématurément. Son père s’est remarié peu de temps après le décès de cette dernière. Raphaël était considéré comme un enfant prodige. Son père a pu lui donner des leçons dès son plus jeune âge et ainsi lui transmettre les principes de la philosophie humaniste à la cour du duc d’Urbino.

En 1494, alors que Raphaël n’a que 11 ans, son père meurt. Il doit alors assumer la difficile tâche de diriger l’atelier de ce dernier. Cependant, son habileté dans ce rôle a rapidement dépassé celui de son père.

Raphaël est bientôt reconnu comme l’un des meilleurs peintres de la ville. Adolescent, il a même été chargé de peindre pour l’église de San Nicola dans la ville voisine de Castello.

Séjour à Pérouse et à la période florentine

En 1500, un maître peintre du nom de Pietro Vannunci, aussi connu sous le nom du Pérugin, contacte Raphaël. Le Pérugin invite alors le jeune Raphaël à devenir son apprenti à Pérouse. Pérousse se situe dans la région de l’Ombrie, dans le centre de l’Italie.

Durant cette période, Raphaël commence à développer son propre style. C’était un jeune homme plein de vitalité, qui aimait la ville et ses habitants. Après avoir travaillé à Sienne, le jeune Raphaël est venu à Florence. La ville l’accueille en 1504 sous la recommandation de la duchesse d’Urbino au Gonfalonnier.

À Florence, Sanzio a été très influencé par les œuvres des plus célèbres peintres italiens de l’époque. Parmi ces peintres, on retrouve Fra Bartolomeo, Léonard de Vinci, Michel-Ange et Masaccio. Pour Raphael, ces artistes novateurs avaient atteint un niveau de profondeur complètement nouveau dans leurs compositions.

Si vous étudiez attentivement les détails de son œuvre, vous pouvez voir à quel point la période florentine a été cruciale pour Raphaël. Ainsi, à partir de son séjour à Florence et sous l’influence de ces grands peintres, Raphaël a réussi à développer un style personnel encore plus expressif. Sanzio n’a pas vécu à Florence de façon continue, mais il voyageait et travaillait dans différentes régions du nord de l’Italie.

Le séjour de Raphaël à Rome, la capitale de l’art durant la Renaissance

Raphaël s’installe à Rome en 1508 pour peindre Le Stanze (les chambres) au Vatican. Ces travaux ont été réalisés sous le patronage du Pape Jules II.

Entre 1509 et 1511, Sanzio a travaillé sur les Chambres du Vatican. Le Stanze, realisé par Raphaël, deviendra l’un des cycles de fresques les plus respectés de la Haute Renaissance italienne, notamment ceux situés dans la Stanza della Segnatura (la chambre de la Signature du Vatican).

Cette série de fresques comprend certaines des pièces les plus célèbres de Raphaël telles que Le triomphe de la religion et L’école d’Athènes. Ainsi, Raphaël y incarne la philosophie humaniste qu’il a apprise à la cour d’Urbino dans son enfance.

Pendant son séjour à Rome, Raphaël a été plus prolifique qu’à aucun autre moment de sa vie. Il s’est inspiré des œuvres de ses contemporains. En effet, l’atmosphère artistique de la ville et celle de Rome elle-même a  conduit Raphaël au sommet de sa carrière.

L'Ecole d'Athènes de Raphaël.

Raphaël et l’architecture pendant la Renaissance

En 1514, après la mort de l’architecte Donato Bramante, le pape Jules II engage Raphaël comme architecte en chef. Sous cette désignation, Raphaël a créé le projet d’une chapelle à Sant ‘Eligio degli Orefici.

Sanzio était devenu célèbre pour son travail pictural au Vatican. Ainsi, il a pu engager une équipe d’assistants pour l’aider à terminer les fresques de la Stanza dell’Incendio. Il a ainsi pu se libérer de ces tâches pour se consacrer à d’autres projets.

Raphaël continue à accepter des commandes, notamment les portraits des papes Jules II et Léon X et son plus grand tableau sur toile, La Transfiguration (commandé en 1517).

Malgré cela, il avait déjà commencé à travailler sur l’architecture. Les détails de l’architecture de Raphaël annonçaient déjà un changement de style. Le baroque était né.

Une mort mystérieuse

Le 6 avril 1520, le jour de son 37e anniversaire, Raphaël meurt soudainement et inopinément de causes mystérieuses à Rome, en Italie. Il n’a donc malheureusement jamais pu achever sa grande œuvre : la Transfiguration. Lors de la célébration de sa messe d’enterrement au Vatican, la Transfiguration inachevée de Sanzio était placée devant son cercueil.

À sa mort, l’atelier de l’artiste, l’un des plus grands de son temps, comptait plus de 50 apprentis. Mais ce n’est pas son atelier qui intéressait le plus le public à l’époque. Mais c’est plutôt la mort prématurée du peintre lui-même qui a suscité de nombreuses spéculations.

La Transfiguration, oeuvre de Raphaël Sanzio pendant la Renaissance.

Vasari, l’un des premiers historiens de l’art, parle de la mort de Sanzio comme d’un événement mystérieux. Vasari attribue la mort précoce du peintre aux “excès de l’amour”. Bien que ces hypothèses puissent sembler quelque peu amusantes, les raisons de la mort du grand Raphaël n’a jamais été confirmée.

L’héritage artistique qu’il nous a légué

Raphaël a laissé un héritage considérable. Même de son vivant, il a pu célébrer son talent et être reconnu . Ses funérailles ont été majestueuses et des milliers de personnes ont assisté à l’hommage en sa mémoire. Cependant, il est intéressant de noter que le célèbre peintre est né et est mort un Vendredi saint. Son corps repose au Panthéon de Rome, en Italie.

Ses peintures sont d’une immense clarté de composition et contiennent des éléments équilibrés. En effet, Raphaël est sans doute le peintre qui a le plus contribué à apporter de la perspective à la peinture. Après sa mort, le mouvement de Raphaël vers le maniérisme a influencé les styles de peinture de la période baroque initié en Italie.

Finalement, on considère encore aujourd’hui Raphaël comme la figure artistique principale du classicisme de la Haute Renaissance italienne. En outre, en son hommage, on peut lire sur sa pierre tombale l’inscription suivante : “Ci-gît Raphaël, A sa vue la nature craignit d’être vaincue ; aujourd’hui qu’il est mort, elle craint de mourir.”