Qu'est-ce que l'hypersomnie et quelles sont ses origines ?

04 avril, 2020
L'hypersomnie est un problème méconnu et souvent sous-estimé par beaucoup. Pourtant, ce trouble neurologique a une influence très négative sur les performances de celui qui en souffre, particulièrement au travail. Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qui peut être la cause de l'hypersomnie ainsi que comment la combattre de manière appropriée.
 

On estime que l’hypersomnie touche environ 4 à 6 % de la population. Cependant, même s’il s’agit d’un trouble dont se plaignent de nombreuses personnes, elle n’est pas toujours diagnostiquée… Les personnes qui en souffrent vivent donc souvent avec cette difficulté sans même le savoir.

En effet, on passe souvent l’hypersomnie pour de la fatigue ou de l’épuisement. En fait, ce problème peut avoir des origines très diverses. C’est pourquoi la meilleure façon d’aborder le problème est de procéder à un examen médical précis.

Bien que de nombreuses personnes aient mis un nom sur la cause de leur somnolence excessive, les conséquences sur leur vie sont importantes. Par exemple, l’hypersomnie s’associe souvent à des difficultés de concentration et de mémoire.

De plus, ce trouble impacte également l’humeur du patient. Il a donc un effet important sur la vie quotidienne de la personne en question. A présent, nous allons essayer d’en savoir un plus sur cette pathologie neurologique et sur ses causes possibles.

 
Une femme victime d'hypersomnie

Qu’est-ce que l’hypersomnie ?

L’hypersomnie est également connue sous le nom de somnolence diurne excessive. C’est un trouble physiologique qui provoque le sommeil à des moments inappropriés de la journée. Ainsi, la personne concernée ressent une forte envie de dormir pendant la journée. Cela nuit évidemment au bon fonctionnement de ses activités. Pour poser un diagnostic d’hypersomnie, il faut que ces symptômes soient quotidiens. Et ce, pendant au moins trois mois.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas toujours facile de savoir ce qui se passe exactement. De nombreuses personnes concernées croient souvent qu’elles sont trop fatiguées, sans pour autant expliquer clairement pourquoi. Ainsi, pour faciliter le diagnostic de l’hypersomnie, il est bon pour le patient de se questionner sur le degré de somnolence qu’il ressent dans les situations suivantes :

 
  • Regarder la télévision
  • Faire une heure de route en tant que passager d’une voiture
  • S’asseoir dans un lieu public tel qu’au cinéma ou dans une conférence
  • Lire un livre
  • Se reposer dans un fauteuil après un repas

Si, dans la plupart de ces cas, vous ressentez une sensation irrésistible de dormir, vous êtes peut-être concerné par ce trouble. Toutefois, les causes peuvent être multiples et différentes d’une personne à l’autre. Il est donc important de rechercher l’origine du problème afin d’y remédier et d’atténuer ses conséquences.

Quelles sont les origines de l’hypersomnie ?

Un manque de sommeil ou un sommeil peu réparateur

Pour être normalement actif pendant la journée, nous devons tous nous reposer la nuit pendant des périodes suffisamment longues et réparatrices. Lorsque nous dormons moins que le nombre d’heures recommandées, et ce de façon chronique, le manque de sommeil se fait alors fortement ressentir. Ainsi, on constate des cas d’hypersomnie chez ceux qui ont tendance à dormir cinq heures ou moins par nuit. Et ce, de manière régulière.

 

Ce type de situation peut survenir pour des raisons professionnelles ou du fait de certains modes de vie. En effet, certaines personnes dorment peu en raison de leur travail ou de leur vie sociale. Dans ces cas-là, il leur est donc difficile de se lever le matin. De plus, ils peuvent être sujets à des épisodes soudains de somnolence pendant la journée.

De même, si le sommeil nocturne est perturbé ou fragmenté, il ne permet pas de suffisamment se reposer. Ainsi, les personnes qui souffrent d’insomnie de maintien, du syndrome des jambes sans repos ou de troubles respiratoires peuvent se réveiller à différents moments de la nuit. Il en résulte pour eux une détérioration de la qualité du sommeil et l’apparition d’hypersomnie.

La fatigue et l'hypersomnie
 

Les troubles primaires du sommeil

Plusieurs autres troubles partagent également les mêmes symptômes que l’hypersomnie. Il s’agit, par exemple, de la narcolepsie, qui commence généralement par une somnolence diurne excessive. Plus tard, s’ajoutent d’autres symptômes tels que la cataplexie, la paralysie du sommeil et les hallucinations hypnagogiques.

C’est aussi le cas de l’hypersomnie idiopathique ou du syndrome de Kleine-Levin. En effet, ces deux maladies se caractérisent également par des accès plus ou moins irrésistibles de sommeil en pleine journée et par une augmentation considérable du nombre total d’heures de sommeil.

Mais aussi d’autres causes

Parmi les nombreuses raisons qui peuvent provoquer une somnolence diurne excessive, on trouve également l’encéphalopathie, les traumatismes ou la démence. Enfin, l’hypersomnie peut même être un symptôme d’épisode dépressif ou encore résulter de la consommation de certaines drogues.

Vous le voyez, l’hypersomnie est un symptôme commun à de nombreux troubles biologiques, neurologiques et psychiques. Dans tous les cas, il est difficile pour la personne qui en souffre de mener une vie normale et satisfaisante puisque ses fonctions cognitives et son état émotionnel peuvent en être altérés.

 

Finalement, si vous pensez que vous, ou un de vos proches puisse être concerné par l’hypersomnie, il est suggéré de consulter un spécialiste. Dans certains cas, ce phénomène nous indique la présence d’autres pathologies qui nécessitent parfois une prise en charge. Dans d’autres cas, l’apparition de l’hypersomnie vous rappelle seulement qu’il est temps d’être plus attentif et plus sérieux quant à votre rythme de sommeil.

 

 
  • Echeverría, A., Uribe, E. M., Álvarez, D., & Giobellina, R. (2000). Valor de la escala de somnolencia de Epworth en el diagnóstico del síndrome de apneas obstructivas del sueño. Medicina60(6), 902-6.
  • Erro, M. E., & Zandio, B. (2007). Las hipersomnias: diagnóstico, clasificación y tratamiento. In Anales del sistema sanitario de Navarra (Vol. 30, pp. 113-120). Gobierno de Navarra. Departamento de Salud.