Qu'est-ce que le TOC des faux souvenirs ?

Vous est-il déjà arrivé d'être obsédé par un souvenir dont vous ne savez pas s'il s'est réellement produit ? Vous arrive-t-il d'évoquer un événement passé sans être sûr qu'il se soit produit ou non ? Ces types de produits mentaux seront abordés ci-dessous.
Qu'est-ce que le TOC des faux souvenirs ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 22 mai, 2023

Les personnes atteintes de TOC de faux souvenirs ou focalisées sur de faux souvenirs éprouvent un grand inconfort à ne pas savoir si ces images dérangeantes sont réelles. Soudain, le souvenir d’une action commise ou d’un événement subi leur revient et elles ne savent s’il faut lui donner l’entité de réalité ou de fantasme. Cependant, l’idée même que ces événements sont authentiques génère plus d’angoisse.

Il s’agit d’un sous-type de trouble obsessionnel-compulsif capable de produire des troubles psychosociaux considérables. Bien que n’importe qui puisse avoir un phénomène de ces caractéristiques à un moment donné, il est plus fréquent dans la population qui présente l’état psychologique. Découvrez-en plus !

Le TOC des faux souvenirs se manifeste par des obsessions (penser qu’il s’est passé quelque chose de très grave dont nous ne nous souvenons pas) et des compulsions (réaliser des actions inappropriées pour canaliser l’anxiété).

Femme anxieuse souffrant de faux souvenirs TOC
Souvent, les personnes atteintes de TOC déforment leur mémoire en introduisant des images dérangeantes.

TOC des faux souvenirs

Un exemple de TOC axé sur de faux souvenirs serait le souvenir soudain que quelqu’un vous a frappé lors d’une fête il y a des années et ne savait pas si c’était vrai. Il vous vient à l’esprit que vous avez volé quelque chose à votre meilleur ami et que vous ne pouvez pas le sécuriser. Même avoir une image de nous-mêmes trompant notre partenaire et être incapable de savoir si une telle idée est fausse ou non.

Cette condition survient avec des pensées intrusives basées sur un doute qui ronge, qui obsède et qui ramène la personne à un éventuel événement très pénible ou traumatisant, qui n’a pas besoin d’être réel. Mais ce qui apparaît toujours est une préoccupation morale et une inquiétude pour avoir fait quelque chose d’indigne ou contraire à l’éthique.

Des travaux tels que ceux menés à l’Université de Géorgie, aux États-Unis, soulignent que ce manque de confiance en la mémoire conduit également à un comportement compulsif, c’est-à-dire à ce comportement répétitif, physique ou mental, qui sert à atténuer l’anxiété.

Comment se manifeste-t-il ?

Vivre avec le TOC des faux souvenirs peut complètement conditionner la vie de la personne qui en souffre. Par exemple, aller travailler et voir le patron lui-même amène la personne à se souvenir de se moquer de ladite figure d’autorité quelques jours auparavant. A ne pas savoir si ce produit mental a un fondement dans la réalité, l’angoisse monte et des comportements inadaptés apparaissent.

Quelles caractéristiques se manifestent dans ce sous-type de trouble obsessionnel-compulsif ? Les voici :

  • Épuisement.
  • Idées suicidaires.
  • Anxiété constante.
  • Comportements d’évitement.
  • Sentiment de solitude.
  • Détérioration des relations sociales.
  • Apparition de rituels (compulsions).
  • Troubles du sommeil et de l’alimentation.
  • Culpabilité constante et intrusive dans les processus cognitifs.
  • Incapacité à concentrer son attention, à résoudre des problèmes, à être productif.
  • Les pensées deviennent obsessionnelles, par exemple : “Ai-je renversé quelqu’un et l’ai-je oublié ?”
  • Ils passent beaucoup de temps et d’énergie à revoir certains souvenirs, pour savoir s’ils sont vrais ou non.
  • Tout ce tableau clinique entretenu dans le temps conduit la personne à d’autres troubles comme la dépression.

S’il y a une expérience commune parmi ceux qui souffrent de TOC, c’est bien le doute. Ils doutent d’eux-mêmes, de leur valeur, de leurs compétences, ils se sentent en insécurité et cela peut conduire au développement de faux souvenirs.

Quelle est la cause des faux souvenirs dans le TOC ?

Souvent, la personne atteinte de TOC déforme ses souvenirs en les faisant passer à travers un filtre mental compulsif et angoissant. Ils peuvent transformer un souvenir ordinaire en souvenir traumatique et être incapables de différencier ce qui est réel de ce qui est inventé. Ils le font, parfois, en revoyant mentalement certaines situations de manière obsessionnelle et en se demandant ce qui se serait passé s’ils avaient fait ceci ou cela.

Au final, l’énergie investie est si élevée que l’esprit se fragmente et la mémoire est complètement altérée et brouillée. Cependant, il convient de noter que le TOC de faux souvenirs n’apparaît pas chez tous les patients qui se situent dans le spectre obsessionnel-compulsif. Cependant, ceux qui le présentent présentent des tableaux cliniques très invalidants. Qu’est-ce qui peut provoquer ce diagnostic ?

1. Origine génétique

Dans un travail mené conjointement entre plusieurs universités, en 2019, ils mettent en évidence que le trouble obsessionnel-compulsif pourrait avoir une origine génétique. Plus précisément, la clé serait dans les gènes sérotoninergiques, catécholaminergiques et glutamatergiques. Cela augmenterait la vulnérabilité des personnes souffrant du phénomène des faux souvenirs.

2. Traumatisme

Un événement traumatique est l’un des déclencheurs les plus courants du TOC. Cependant, des souvenirs déformés peuvent ou non être liés à ladite expérience négative. En général, les faux souvenirs se développent sur les événements les plus variés et pas seulement à cause de ce moment douloureux d’hier.

Un passé traumatique augmente la vulnérabilité de la personne de sorte qu’elle développe des altérations de la mémoire et s’en méfie, ce qui génère une grande angoisse.

Qualifiant la portée de ce point, pensez que de faux souvenirs peuvent se développer à propos de n’importe quel événement, il n’est pas nécessaire que celui-ci soit lié à un passé traumatique.

La distorsion de la mémoire et la difficulté à faire la distinction entre la réalité et le fantasme se produisent dans diverses circonstances, y compris chez les personnes sans antécédents de traumatisme important. De cette façon, un déclencheur potentiel, oui ; un déterminant, non.

3. Facteurs environnementaux

La possibilité de développer un TOC à partir de faux souvenirs augmente lorsque la condition génétique est associée à des facteurs environnementaux stressants. Grandir dans une famille dysfonctionnelle ou violente, loin d’un environnement sûr et affectueux, augmente le risque de souffrir de ce type de trouble mental.

Le phénomène des faux souvenirs trace une composante de plus grande sévérité dans le TOC qui rend la personne plus vulnérable au développement de troubles dépressifs.

Patient en thérapie psychologique traitant le TOC à partir de faux souvenirs
Le traitement des TOC par fausse mémoire applique la technique EPR.

Comment le TOC focalisé sur la fausse mémoire est-il traité ?

Le TOC des faux souvenirs est un état mental grave qui peut mener à des idées suicidaires. Le sentiment d’avoir fait quelque chose de mal et de ne pas s’en souvenir, trace un scénario mental chargé d’une culpabilité dévastatrice et constante. Il faut donc demander une aide spécialisée et ne pas laisser la personne sombrer dans l’isolement ou dans des boucles mentales. L’approche dans ces situations est généralement la suivante :

  • Thérapie pharmacologique : les professionnels de la santé peuvent prescrire des antidépresseurs en association avec un traitement psychologique.
  • Thérapie de prévention de l’exposition et de la réponse (ERP): cette partie de l’approche cognitivo-comportementale est très efficace dans le traitement du TOC. Elle consiste à confronter les pensées, les souvenirs et les images qui provoquent l’anxiété. Au lieu de refouler ces idées, ils doivent entrer en contact avec elles pour ne pas tomber dans une réponse/comportement compulsif (accoutumance).

Petit à petit, la personne est amenée à accepter le fait que, parfois, certaines idées/souvenirs apparaîtront dans son esprit auxquelles il n’aura pas à donner vérité. Tout ce que l’esprit produit n’est pas vrai et ne devrait pas non plus provoquer une réaction d’anxiété incontrôlable. C’est la clé. Cette condition mentale est traitable, a de bons taux de réussite et donnerait également au patient la qualité de vie qu’il mérite.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Mataix-Cols, D., Rosario-Campos, M. C., & Leckman, J. F. (2005). A multidimensional model of obsessive-compulsive disorder. The American journal of psychiatry162(2), 228–238. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15677583/
  • Taylor S. (2011). Etiology of obsessions and compulsions: a meta-analysis and narrative review of twin studies. Clinical psychology review31(8), 1361–1372. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22024245/
  • Thomasantérion, C., Cadet, L., Dirson, S., & Laurent, B. (2002). Présentations amnésiques des troubles obsessionnels compulsifs [Amnesic presentations of the compulsive obsessional confusions (about 3 patients appearing in a consultation of memory)]. L’Encephale28(2), 154–159. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11972142/
  • Klumpp, H., Amir, N., & Garfinkel, S. N. (2009). False memory and obsessive-compulsive symptoms. Depression and anxiety26(5), 396–402. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18839404/
  • Stein, D. J., Costa, D. L. C., Lochner, C., Miguel, E. C., Reddy, Y. C. J., Shavitt, R. G., van den Heuvel, O. A., & Simpson, H. B. (2019). Obsessive-compulsive disorder. Nature reviews. Disease primers5(1), 52. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7370844/

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.