Qu'est-ce que le chemobrain ?

Les médecins et les chercheurs utilisent le terme chemobrain pour désigner les troubles cognitifs causés par le traitement du cancer. Nous nous attacherons donc à définir cette déficience, à mettre sur la table quelques hypothèses qui l'expliquent et à déterminer son ampleur.
Qu'est-ce que le chemobrain ?

Dernière mise à jour : 20 octobre, 2021

Les médecins et les chercheurs utilisent le terme chemobrain pour désigner les troubles cognitifs causés par le traitement du cancer, en particulier la chimiothérapie. La plupart la définissent comme une acuité mentale réduite, une altération du fonctionnement de la mémoire et une difficulté à accomplir des tâches ou à acquérir de nouvelles compétences.

Bien que le chemobrain soit initialement associé aux patients traités par chimiothérapie, la radiothérapie et l’association avec des médicaments peuvent également provoquer de tels effets. En plus de ces causes possibles, d’autres facteurs de risque personnels, tels que l’âge et la présence de symptômes psychopathologiques, peuvent également jouer un rôle.

femme souffrant d'un cancer

Comment le chemobrain a-t-il été détecté chez les patients ayant reçu une chimiothérapie ?

Grâce aux progrès de la médecine, le taux de survie au cancer a augmenté. C’est toujours une maladie terrible, mais elle n’est plus nécessairement mortelle.

Ainsi, de nombreux patients, après l’intervention, retrouvent une vie normale. Ce fait a conduit certaines recherches à se concentrer sur les effets secondaires ou les séquelles du traitement du cancer sur ceux qui le surmontent.

C’est à ce moment-là qu’un certain nombre de changements sont perceptibles. Petits oublis, difficultés à retrouver des éléments habituels, besoin de plus de temps pour effectuer des tâches ordinaires, difficultés à effectuer deux tâches simples en même temps ou contrôle moindre de l’attention. Ce sont des séquelles qui peuvent entraîner de l’anxiété et un sentiment d’inefficacité.

En d’autres termes, les patients se rendent compte que “quelque chose ne va pas” et que ces difficultés surviennent après avoir été traités par chimiothérapie. En fonction des facteurs prémorbides liés à la santé physique et aux conditions psychopathologiques, chaque personne aura un développement différent de ces symptômes cognitifs.

Causes du chemobrain

Grâce à l’IRM fonctionnelle, il a été démontré que pendant le traitement, la qualité du flux sanguin vasculaire diminue, avec dans certains cas une diminution du glucose atteignant le cerveau. Ceci est observé dans certaines zones de la région sous-cortico-frontale ou dans les zones proches de l’hippocampe associées à la mémoire, qui apparaissent hypoactivées dans les IRM.

Des études montrent également que plusieurs mois après la fin du traitement, la qualité de l’approvisionnement en nutriments est restaurée. Ces problèmes ne persistent dans le temps que chez 10 % des personnes concernées, car dans la plupart des cas, après environ deux ans et demi, ils reviennent au niveau de base.

Une autre cause du chemobrain se trouve dans les oligodendrocytes. Ces cellules jouent un rôle crucial dans le système nerveux central en produisant de la myéline, la gaine protectrice qui permet aux fibres nerveuses de fonctionner. Si la myéline ne se renouvelle pas, la communication entre les cellules nerveuses est endommagée.

Mark Noble de l’Université de Rochester et ses collègues ont montré que les cellules oligodendrocytes avaient pratiquement disparu du cerveau des souris six mois après le traitement au 5-FU.

Selon Noble, ces résultats pourraient expliquer certains des effets secondaires neurologiques associés à la chimiothérapie, tels que la perte de mémoire, les difficultés de concentration et, dans des cas plus extrêmes, les problèmes de vision et même la démence.

Traitement du chimio-cerveau

En Espagne, le programme de réhabilitation “Stimula tu mente” (stimule ton esprit) de la Fondation du groupe IMO est disponible. Le programme de réadaptation s’adresse aux patients atteints de tout type de cancer (à l’exception de ceux atteints de tumeurs cérébrales), sans distinction de sexe ou d’âge et sans qu’il soit nécessaire d’être orienté par leur oncologue.

Tout d’abord, une évaluation initiale est effectuée pour connaître la situation du patient, savoir s’il présente ou non des déficits et quelles sont ses plaintes. Une fois le programme terminé, l’évaluation est répétée pour obtenir des informations sur les résultats immédiats de l’atelier lui-même ; après six mois, une évaluation est à nouveau effectuée pour voir l’évolution, ainsi que le maintien des objectifs atteints.

cerveau points rouges

Directives générales pour le traitement du chemobrain

  • Reprenez des passe-temps.
  • Notez vos rendez-vous et ce que vous considérez comme important dans un agenda.
  • Reprenez la lecture.
  • Apprenez une langue.
  • Faites des mots croisés.
  • Pratiquez l’exercice physique, car il aide à la fois le cœur et le cerveau ; dans la mesure du possible et sous surveillance médicale.
  • Prenez soin de votre hydratation et de votre alimentation, évitez une consommation élevée de sucre et de graisses animales.
  • Consommez du chocolat et du café en doses modérées.
  • Dormez suffisamment.
  • Essayez de gérer vos émotions pour réduire l’anxiété et les sentiments de frustration.

Comme ces traitements resteront la norme pendant de nombreuses années, il est essentiel que nous comprenions leurs impacts spécifiques et que nous utilisions ces connaissances pour trouver des moyens de prévenir ces effets secondaires.



  • Feliú J, López-Santiago S, Martínez V, Cruzado JA. Deterioro cognitivo inducido por el tratamiento antineoplásico. Monográfico de SEOM de largos supervivientes en cáncer.
  • López-Santiago S, Cruzado JA, Feliú J. Chemobrain: Revisión de estudios que evalúan el deterioro cognitivo de supervivientes de cáncer tratados con quimioterapia. Psicooncología 2011; 8:265-80.