Apprendre une langue : 5 avantages pour votre cerveau

7 octobre 2019
Dans le monde au sein duquel nous vivons, il est important d'apprendre à parler d'autres langues.

Au cours des dernières années, apprendre une langue nouvelle est passé du stade de nécessité professionnelle à celui de besoin personnel et social. 

Tous les jours, la société au sein de laquelle nous vivons nous pousse à tisser des liens avec les autres. Une exigence, il y a quelques années, qui n’était faite qu’aux cadres des grandes entreprises, est aujourd’hui aussi naturelle que l’ouverture d’un réseau social et l’interaction avec le reste du monde. 

D’autre part, la réduction drastique du prix des transports aériens ces dernières années, avec l’arrivée remarquée des compagnies aéronautiques dites Low-Cost, ont relativement changé notre idée du voyage.

 

Différents livres pour apprendre une langue

 

L’apprentissage des langues et l’âge

On rencontre de plus en plus de personnes qui maîtrisent plus d’une langue. Les enfants commencent à apprendre une deuxième langue dès qu’ils commencent à fréquenter la maternelle, afin d‘acquérir une bonne base en vue de leur scolarité. Ils acquièrent des capacités et habituent leurs oreilles à une nouvelle langue par le jeu. Cela renforce leur capacité créative et leur habileté à résoudre des problèmes. 

On croise de plus en plus d’étudiants de plus de 30 ans dans les instituts de langues. La demande de cours de langues étrangères a augmenté en raison non seulement de la nécessité de pouvoir faire figurer la connaissance d’une deuxième langue dans son CV, mais aussi des avantages que l’apprentissage d’une nouvelle langue représente pour le cerveau de celui qui l’apprend.  

On voit également de plus en plus de personnes âgées se mettre à l’apprentissage d’une nouvelle langue. Il s’agit là d’un moyen idéal pour elles de mettre de nouvelles capacités en pratique. Et aussi de préserver leurs capacités cognitives aussi longtemps que possible. 

Les adultes peuvent acquérir de nouvelles connaissances grâce à leur vaste expérience dans l’apprentissage. En effet, une fois que l’on entre dans l’âge adulte, on sait que les capacités à acquérir de nouvelles connaissances ne sont pas les mêmes que dans les premiers âges, mais la maturité nous rend plus efficaces lors de l’étude d’une deuxième langue, car nous connaissons déjà les techniques d’apprentissage qui fonctionne le mieux pour nous. 

Les enfants s’adaptent naturellement à l’enseignement des nouvelles connaissances. Les adultes eux, profitent de leur expérience de vie pour apprendre. Ainsi, l’étude d’une langue n’est pas nécessairement plus difficile avec l’âge, c’est juste différent. 

Apprendre une langue : 5 avantages pour votre cerveau 

Favorise la concentration

La concentration, c’est la capacité d’utiliser toutes nos facultés mentales ou physiques au service d’une seule activité pendant un certain temps. Se concentrer signifie être capable d’écouter, d’observer et d’absorber tout ce qui nous intéresse. Pour mémoriser le vocabulaire, la grammaire, les conjugaisons, c’est-à-dire apprendre une langue, il faut être réceptif et prêter attention.   

L’apprentissage d’une langue étrangère accroît notre niveau de concentration quand nous écoutons, quand nous traduisons ou communiquons. Avec cette capacité, comme toute autre capacité cognitive, plus nous travaillons, mieux c’est pour notre cerveau. 

Améliore les capacités cognitives  

Le cerveau peut être maintenu actif plus longtemps si nous travaillons de manière adéquate les différentes capacités cognitives.  

Les neurologues conviennent que plus on travaille cette capacité, moins les échecs sont fréquents. L’apprentissage d’une langue est l’un des exercices cognitifs les plus complets : la mémoire est activée et de nouvelles connexions des neurones sont créées en passant d’une langue à une autre. Ainsi, l’apprentissage d’une langue renforce la capacité de raisonnement, l’abstraction ou encore la capacité de calcul.  

Renforce l’agilité mentale

Des recherches récentes montrent que les personnes qui apprennent des langues maintiennent leur agilité mentale, retardant ainsi le processus de vieillissement dans certaines zones cognitives. D’autre part, les personnes qui parlent au moins 2 langues ont un cerveau plus flexible, davantage capable de s’adapter à différentes situations et de passer d’une activité à une autre plus rapidement.  

Une femme en train d'apprendre une langue

Permet le développement du cerveau  

Des scientifiques de l’Université de Lund (en Suèdeont mené une étude pour vérifier si la structure cérébrale d’un groupe de sujets subit un changement après avoir appris une langue en 13 moisIls ont donc comparé un groupe d’étudiants avec un groupe de personnes ayant appris à parler couramment une nouvelle langue. 

Avant de commencer le processus d’apprentissage, les 2 groupes ont été soumis à un test de résonance magnétique nucléaire (IRM) pour obtenir des informations sur la structure du cerveau. 

Après les 13 mois d’étude un nouveau test a révélé que la structure du cerveau des étudiants était restée inchangée. En revanche, certaines parties du cerveau des membres de l’autre groupe avaient grandi. Les zones qui avaient subi des changements étaient :

  • l’hippocampe, directement liée à l’apprentissage des langues
  • une région du lobe temporel liée à l’orientation spatiale
  • 3 zones du cortex cérébral liées aux capacités linguistiques.

 Améliore la mémoire  

Parmi les avantages de l’apprentissage des langues, on trouve aussi la capacité à améliorer la mémoire. L’acquisition de la fluidité dans une seconde langue exige que le cerveau sollicite d’autres régions qui ne sont généralement pas utilisées par les personnes monolingues. En outreparler 2 langues ou plus favorise la création de nouvelles routes d’information, c’est-à-dire d’autres alternatives pour atteindre la mémoire. 

Ainsi, la mémoire à court terme et la mémoire à long terme sont renforcées par les compétences employées dans l’apprentissage des languesEnfinil faut souligner que les langues ont une grande valeur dans le domaine du travail. mais aussi, et surtout, elles sont des clés d’accès à d’autres cultures.