Qu'est-ce que l'appropriation culturelle ?

28 janvier, 2020
Si on analyse en profondeur le concept d'appropriation culturelle, on constate que l'idée englobe également la présence de dynamiques de pouvoir. Autrement dit, une culture dominante s'approprie des éléments de cultures qui ont été systématiquement opprimées.
 

Qu’est-ce que l’appropriation culturelle ? L’art se crée par la contagion des influences, par des mélanges de sentiments et aussi par l’imitation. Le problème réside dans la distinction entre ce mode de création et la notion de copie, de vol ou de plagiat.

A ce stade, le droit d’auteur peut se diluer dans les identités collectives, en laissant la place à des traditions qui ont véritablement pris naissance dans des relations de pouvoir où les forts profitent souvent des faibles. Ce concept est ce que beaucoup ont appelé « détournement culturel ».

Il s’est développé un nombre important de protestations autour de cette idée. Par exemple, la présence de tatouages avec des motifs tribaux polynésiens est devenue populaire, un sujet qui a suscité une certaine controverse. D’autre part, récemment, l’utilisation de symboles gitans par la chanteuse Rosalía a été critiqué.

L'appropriation culturelle et la danse
 

Qu’est-ce que l’appropriation culturelle ?

Comme nous l’avons mentionné, l’appropriation culturelle est l’adoption d’instruments, d’images, de symboles qui proviennent d’une culture qui n’est pas la sienne.

Autour de cette définition, la question s’est posée de savoir si nous parlons réellement de détournement ou, dans la plupart des cas, d’hommage à d’autres cultures.

Si l’on analyse plus en profondeur le concept d’appropriation culturelle, on constate que l’idée englobe également la présence de dynamiques de pouvoir. Autrement dit, une culture dominante s’attribue des éléments de cultures qui ont été systématiquement opprimées.

Les débats au sujet du concept d’appropriation culturelle sont de plus en plus fréquents, bien que pas vraiment nouveaux. La mondialisation et les progrès technologiques nous ont permis d’accéder à un grand nombre d’informations en un seul clic. Par conséquent, bien que l’appropriation culturelle ne soit pas un concept nouveau, sa dimension globale est nouvelle. Mais qu’est-ce que distingue l’appropriation culturelle d’un hommage à la culture ?

 

Les deux points clés pour répondre à cette question sont le consentement et le partage des bénéfices. En effet, l’appropriation, et en particulier dans le domaine de la musique, a souvent un intérêt économique évident.

En ce sens, on utiliserait l’appropriation culturelle pour désigner l’exploitation par les industries culturelles de certains symboles exotiques. Cette exploitation se ferait sans reconnaître la culture d’origine de manière symbolique ou économique.

Appropriation ou assimilation culturelle ?

L’appropriation culturelle est une question complexe. Elle s’ancre dans la confluence de toutes nos histoires, et pour l’analyser en profondeur, il est nécessaire de comprendre comment fonctionnent les dynamiques des puissances internationales.

Tout d’abord, nous devons nous référer à d’autres points de vue développés sur le sujet. On entend dire, par exemple, que les non-Occidentaux qui portent des jeans ou les autochtones qui parlent anglais s’approprient en quelque sorte les cultures dominantes.

 

Cependant, nous devons tenir compte du fait que les groupes marginalisés n’ont pas suffisamment de pouvoir pour décider de s’en tenir ou non à leurs coutumes traditionnelles.

Ainsi, l’assimilation se produit lorsque des personnes issues de groupes marginalisés adoptent des élément des cultures dominantes afin de survivre.

Exemples d’assimilation culturelle

Le monde de la musique offre des exemples très clairs d’appropriation culturelle. La popularisation de la musique d’origine afro-américaine par Elvis ou le twerking, qui jusqu’à récemment était associé à des groupes non blancs issus des classes inférieures.

Nous en voyons même des exemples dans le bouddhisme, une religion qui a été associée à la paix, en raison des stéréotypes entourant la méditation.

Ainsi, l’appropriation culturelle serait un moyen de commercialiser des aspects qui ont existé en dehors des marges du marché et qui y ont été introduits dans une perspective occidentale et blanche. Même lorsque cela efface l’image d’un groupe ethnique, c’est aussi un signe de la mesure dans laquelle ces groupes sont éloignés des centres de décision économique.

 
L'appropriation culturelle de la culture arabe

L’appropriation culturelle, est-ce un réel problème ?

L’appropriation culturelle est un concept problématique que certains nient. Il existe plusieurs raisons à cela :

  • De nombreuses personnes affirment que si l’appropriation culturelle existe, elle ne pose pas de problème

Leur argument se concentre sur une idée : les cultures changent et n’ont pas de frontières. Elles se déplacent et changent constamment, passant d’une main à l’autre.

  • Pour qu’il y ait appropriation culturelle, il faut qu’il y ait des élément culturels qui appartiennent à quelques mains

L’usurpation se produit lorsque l’action d’un tiers prive une personne de jouir d’une chose qu’elle a faite autrefois. Cependant, dans l’appropriation culturelle, on popularise quelque chose qu’auparavant, seul un petit nombre de personne utilisait.

 
  • Le racisme antiraciste ? Nous pouvons considérer qu’aucun élément culturel n’est pur ou inapproprié

Les militants peuvent devenir possessifs par rapport aux cultures. Une pureté qui n’est pas caractéristique de l’environnement social dans lequel nous nous développons.

 

 
  • The Guardian, https://www.theguardian.com/commentisfree/2012/may/18/native-americans-cultural-misappropriation
  • Afroféminas, https://afrofeminas.com/2018/11/13/que-hay-de-malo-en-la-apropiacion-cultural-9-respuestas-que-te-muestran-el-dano-que-hace/comment-page-1/
  • El País, https://elpais.com/cultura/2019/06/15/actualidad/1560606045_241833.html