Quelles sont les différences entre l'attirance, le fait de tomber amoureux et l'amour ?

L'affection a plusieurs formes. Ainsi, si nous envisageons d'avoir une relation amoureuse, il est important d'être clair sur les différences entre l'attirance, le fait de tomber amoureux et l'amour.
Quelles sont les différences entre l'attirance, le fait de tomber amoureux et l'amour ?
Sara González Juárez

Rédigé et vérifié par Psychologue Sara González Juárez.

Dernière mise à jour : 06 octobre, 2022

L’amour est l’un des sujets les plus étudiés en psychologie. Il a mille façons de se manifester et peut même s’appliquer à des êtres inanimés ou à des idées abstraites. Cependant, lorsqu’il s’agit d’amour entre personnes, les différences entre l’attirance, le fait de tomber amoureux et l’amour peuvent être très pertinentes lorsqu’il s’agit d’établir une relation saine.

Dans cet article, vous trouverez une conceptualisation de base de chacun de ces termes et un résumé des recherches qui ont été faites sur ce sujet. De plus, vous pourrez lire les effets qu’ils ont sur l’esprit afin de pouvoir les différencier.

L’attirance interpersonnelle

L’attirance est le sentiment le plus superficiel, mais pas au sens péjoratif du terme : c’est généralement le premier à apparaître et il contient des sentiments moins profonds que les deux autres. On le définit généralement comme l’attitude positive et réciproque entre deux personnes.

Quelles sont les différences entre l'attirance, le fait de tomber amoureux et l'amour ?

Qu’est-ce qui fait que des personnes s’attirent mutuellement ? Les chercheurs ont défini quelques facteurs :

  • Que les deux personnes soient relativement proches en termes de contexte ou de lieu.
  • L’attraction physique : évidemment, elle n’est pas déterminante dans la création de l’attirance, mais c’est l’un des facteurs les plus profondément enracinés dans le cerveau.
  • Possession de caractéristiques socialement désirables, telles que la bonne humeur, la convivialité, la gentillesse et toutes celles qui sont du goût de celui qui se sent attiré.
  • La similitude, réelle ou perçue, entre les deux personnes : cela peut être en termes d’idéaux, de goûts, d’opinions, etc.
  • La simple exposition : le contact continu mène à la tendresse, en somme.
  • Réciprocité : être attiré par la personne que nous attirons est très courant. Le renforcement réciproque des comportements d’approche y joue également un rôle fondamental.
  • Que le rapport coût/récompense soit favorable.
  • Que les demandes interpersonnelles soient équilibrées : si un membre de l’équation en demande plus à l’autre, cela ne fonctionne pas.

Comme vous pouvez le voir, ces facteurs sont suffisants pour créer une attirance entre les gens. Maintenant, pour approfondir les différences avec les autres concepts, nous continuons avec le fait de tomber amoureux.

Le fait de tomber amoureux

Tomber amoureux est la phase communément appelée « la lune de miel », au cours de laquelle les sentiments d’attirance sont amplifiés et deviennent presque le centre des pensées de la personne. On pourrait presque la considérer comme un syndrome – selon certains auteurs – qui présente les symptômes suivants :

  • Grandiloquence : c’est un état émotionnel très intense et auquel on accorde beaucoup d’importance.
  • Désir intense d’intimité et d’union avec l’autre, physique et/ou émotionnel.
  • Désir de réciprocité, qui s’accompagne parfois de la peur de non-réciprocité ou de l’euphorie lors de la confirmation de la réciprocité.
  • Attention sélective portée sur l’autre.
  • Pensées fréquentes et intrusives à propos de l’autre, à tel point qu’elles interfèrent parfois avec l’accomplissement des tâches quotidiennes.
  • Forte activation physiologique en présence de l’autre, réelle ou imaginaire : accélération cardiaque, transpiration, excitation, entre autres.
  • Hypersensibilité aux désirs et aux besoins de l’autre.
  • Vulnérabilité psychologique : dans cet état, les personnes sont plus facilement influençables et leur humeur dépend davantage du rapport à l’autre.
  • Idéalisation de la personne aimée : la vision de cette personne est biaisée vers le positif.

Peut-être que ces « symptômes » ressemblent davantage à ce que nous appelons communément l’amour. Cependant, il existe encore des différences entre ce concept et celui que vous allez voir dès maintenant.

L’amour romantique et l’amour complice, et les différences entre eux

Ce que les chercheurs appellent « amour » est un processus plus long et plus hétérogène grâce à la configuration unique de chaque relation. Les principaux ingrédients de l’amour romantique seraient les suivants :

  • Intimité : union affective particulière en termes de communication, de compréhension, de soutien et autres.
  • Passion érotique : désirs et besoins physiques comme le désir sexuel.
  • Passion amoureuse : désirs et besoins liés à l’idéal romantique social.
  • Engagement : décision de maintenir la relation malgré les difficultés qui peuvent survenir.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’une affection beaucoup plus stable, projetée dans le temps et dans la vie de ceux qui composent la relation. Cependant, les experts disent qu’il y a une étape de plus : l’amour complice. À ce stade, les aspects les plus intenses de l’amour romantique, tels que la passion érotique, s’estompent progressivement, tandis que d’autres, tels que l’intimité et l’engagement, se consolident.

Certains chercheurs disent que c’est là, curieusement, où certains couples disent avoir atteint le bonheur.

Couple sur la jetée

Notes finales : différences entre l’attirance, le fait de tomber amoureux et l’amour

L’époque actuelle, en ce qui concerne les relations, a tendance à normaliser l’hétérogénéité associative ou relationnelle. Pour cette raison, toutes les descriptions que vous avez lues pour ces trois types de relations ne sont ni nécessaires ni exclusives, pas même celles qui se réfèrent au nombre de personnes dans la relation. C’est une grande chance, car cela ouvre les portes de l’esprit et nous permet de nous rapprocher de plus en plus de la découverte de ce qu’est l’amour.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi sommes-nous si dépendants de l’amour
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi sommes-nous si dépendants de l’amour

Si nous ne disposons pas de bases solides sur qui nous sommes et ce que nous méritons, il nous est facile de devenir dépendants de l'amour.



  • Worchel, S. (2009). Psicología social. Paraninfo.
  • Basic components of love: Some variations on Sternberg’s model. (2014). Taylor & Francis. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1174/02134749660569341
  • Yela, C., & Sangrador, J. L. (2001, 16 febrero). PERCEPTION OF PHYSICAL ATTRACTIVENESS THROUGHOUT LOVING RELATIONSHIPS. CURRENT RESEARCH IN SOCIAL PSYCHOLOGY, 6. https://crisp.org.uiowa.edu/sites/crisp.org.uiowa.edu/files/2020-04/6.5.pdf
  • Yela García, Carlos (1997). Curso temporal de los componentes básicos del amor a lo largo de la relación de pareja. Psicothema, 9(1),1-15.[fecha de Consulta 29 de Enero de 2021]. ISSN: 0214-9915. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=727/72790101