Qu'arrive-t-il au corps quand on pense ?

16 novembre, 2020
Une pensée peut agir comme une étincelle capable d'enflammer la motivation et les émotions positives. Tout ce que vous créez dans votre esprit a du pouvoir et peut transformer votre réalité.

Qu’arrive-t-il au corps quand on pense ? Parfois, nous négligeons les effets de l’esprit sur le corps. N’oublions pas que l’esprit est le moteur des émotions, du bien-être, du calme… Tout comme le stress est cette dimension orchestrée par l’écheveau mental de nos pensées.

L’écrivain et philosophe Henry David Thoreau a dit que les gens créent leur destin avec leurs pensées. C’est certain. Sans l’ombre d’un doute, il est étonnant de voir comment cette machine hyperactive qu’est le cerveau est capable de jouer un rôle de médiateur dans notre avenir, pour chaque décision que nous prenons.

De plus, l’esprit détermine également notre équilibre physique. Parce que le corps n’est pas étranger à ce qui se passe dans l’esprit. Parce que quand on pense, on ressent, et c’est quelque chose dont nous devrions être plus conscients pour médiatiser notre bonheur… Approfondissons le sujet.

Des effets se produisent dans le corps quand on pense.

Voici ce qui arrive au corps quand on pense

Savoir ce qui arrive au corps quand on pense est un sujet qui intéresse les scientifiques depuis des décennies. Qu’arrive-t-il au corps lorsqu’une pensée nous vient ? Quelle quantité d’énergie avons-nous besoin ? Pensons-nous mieux au repos ou en déplacement ? Ces questions et d’autres sont des questions auxquelles la science souhaite répondre.

Qu’est-ce qu’une pensée et pourquoi peut-elle affecter le corps ?

Certains définissent la pensée comme une onde électrique, une étincelle mentale capable de générer des changements dans le cerveau pour orchestrer une sorte de réponse. Edward Chace Tolman, psychologue spécialisé en cognition humaine, a souligné, par exemple, qu’une pensée génère un changement, même si ce dernier n’est pas toujours visible.

En d’autres termes, tout ce qui est fabriqué dans l’esprit pendant cinq ou dix secondes nous influencera d’une manière ou d’une autre. Qu’il s’agisse d’une grande inquiétude, d’un projet, d’un souvenir, d’une émotion, etc. En substance : tous les flux mentaux nous façonnent et nous conditionnent.

Si nous nous demandons maintenant ce qu’est réellement une pensée, imaginons une séquence de plusieurs parties et structures tissant ensemble ce merveilleux processus. Ces structures et éléments qui composent l’anatomie d’une pensée ont le pouvoir inéluctable de changer ce qui se passe dans le corps.

De quelle manière ? Ils peuvent moduler les émotions, libérer des hormones qui modifieront le comportement et qui, parfois, affecteront même notre santé.

Voici ce qui arrive au corps quand on pense trop

À l’heure de se demander ce qui arrive au corps lorsque nous pensons, nous devons prendre en compte un aspect. Chaque fois que nous activons “l’usine de réflexion”, nous consommons beaucoup d’énergie. La réflexion excessive a donc un sérieux impact sur le corps.

À ce propos, la psychologue Catherine Pittman, professeur à l’Université de l’Indiana, souligne un point très intéressant dans son livre Rewire Your Anxious Brain. Près de 50 % de la population pense excessivement, ce qui augmente le stress et l’anxiété de façon chronique. La santé se retrouve donc affectée.

De plus, la plupart d’entre nous souffrent également de ce que l’on appelle la paralysie de l’analyse : plus on pense, moins on agit. Le niveau de cortisol augmente et conduit au stress, à l’épuisement physique et au blocage mental. Loin de trouver une réponse à un problème, nous nous retrouvons pris au piège de l’inquiétude et de l’immobilité.

De meilleurs effets se produisent dans le corps quand on pense lentement.

Pensez lentement et vous vivrez mieux

Le psychologue Daniel Kahneman, lauréat du prix Nobel d’économie, a publié il y a quelque temps un livre exceptionnel : Réfléchissez vite, pensez lentement. Dans cet ouvrage, il décrit comment l’être humain a atteint un point de son évolution.

Selon lui, l’être humain se limite à agir en fonction d’une manière de penser impulsive, régie par l’intuition et de cet automatisme proviennent les préjugés et les erreurs. Nous le faisons parce que le contexte qui nous entoure nous oblige à le faire. Il faut réagir vite, les demandes extérieures sont multiples, les stimuli infinis : on nous pousse à agir à la seconde.

À court terme, ce style de réaction se traduit non seulement par de mauvaises décisions, mais aussi par des états de stress et d’anxiété. Le taux de cortisol dans le sang augmente, ce qui se traduit par un épuisement physique et mental et un risque accru de souffrir d’une crise cardiaque, par exemple.

Ce qui arrive au corps lorsque nous réfléchissons rapidement est très nocif. Plus encore si nous faisons de cette concentration mentale notre habitude de vie. Il est nécessaire d’utiliser une approche cognitive plus délibérée et réfléchie. Comment y parvenir ? Il faut suivre les conseils de Daniel Kahneman lui-même.

En somme, bien qu’il ne soit pas toujours facile de prendre le contrôle de tout ce que fait l’esprit, nous devons le faire. Ce qui se passe à l’intérieur joue un rôle dans notre santé et notre bonheur. Prenons les rênes, assurons-nous que tout ce qui est produit dans cet intérieur est sain, productif et réfléchi.

  • Kahneman, Daniel (2013) Pensar rápido, pensar despacio. Madrid: Debolsillo