Quand on sent qu’une relation touche à sa fin

21 avril 2016 dans Psychologie 2725 Partagés

Peut-être avez-vous l’impression que le titre de cet article contient une erreur, et qu’il manque le point d’interrogation final.

Or, notre but ici n’est pas de poser une question, mais bien de passer en revue certains sentiments que l’on peut ressentir lorsque l’on sait qu’une relation touche à sa fin.

Aussi triste cela puisse paraître, la plupart d’entre nous faisons durer nos relations bien plus longtemps que nécessaire, et ce même en sachant pertinemment qu’il n’y a plus d’étincelle, et que même les dernières braises sont éteintes, celles qui autrefois brillaient, en toute beauté.

C’est pourquoi nous nous devons de mettre un terme à une relation à partir du moment où on sait qu’il ne reste plus rien.

Faire durer inutilement la souffrance, en revient à couvrir d’un peu plus de terre le feu déjà éteint, et à brouiller les souvenirs heureux que l’on pouvait avoir de cette relation.

Pourquoi faire durer une relation qui est terminée ?

Cette fois, nous posons une question, qui est la suivante : pourquoi faire durer une relation qui est terminée ? Cela en vaut-il vraiment la peine ?

Les liens et les raisons de cette relation sont-ils assez forts pour unir encore les deux membres du couple, alors même que bien souvent, on est incapable de freiner l’hémorragie, et que l’on sait bien que l’amour n’existe plus depuis bien longtemps ?


« Que dois-je faire ? T’attendre ? T’oublier ? Faire comme toi, passer des bras de l’un à ceux d’un autre, dormir avec quelqu’un aujourd’hui, et avec quelqu’un d’autre demain ? »
-Frida Kahlo-


Mujer-triste-mirando-hacia-abajo

L’être humain a besoin de se sentir protégé par ses habitudes de vie. Ainsi, il se sent moins seul, car il sait qu’il y aura toujours quelqu’un qui l’attendra le soir quand il rentrera.

Nous avons tous peur de la solitude, étant donné que l’on ne nous a jamais appris à vivre seul. Nous avons toujours besoin de quelqu’un qui soit à la maison lorsqu’on rentre le soir.

Dès notre plus âge, on nous dit qu’un adulte doit être en couple ; un travail, une maison, un compagnon/une compagne, voilà de quoi mener une vie épanouie et atteindre ses objectifs.

Cependant, au fil du temps, on remarque que ce schéma de vie nous satisfait de moins en moins.

Nous avons besoin d’être nous-même et de concrétiser nos rêves les plus enfouis, mais nous ne sommes pas préparés à atteindre ce genre d’objectifs, ce qui génère en nous de la frustration puisqu’on est incapable d’être vraiment heureux avec nous-même.

Dans ces moments-là, on se réfugie dans les habitudes que nous offrent nos relations brisées, où l’amour ne règne plus, mais qui nous apportent une certaine tranquillité et un certain repos.

La peur de perdre quelqu’un

Dans la vie, on nous a appris à avoir peur. Une de nos plus grandes peurs, est celle de perdre la personne qu’on aime, même si ce n’est en fait pas l’amour qui cimente la relation nous liant à cette personne.


« Le plus difficile, ce n’est pas le premier baiser, mais le dernier. »
-Paul Géraldy-


Il est possible que l’affection perdure. Demeureront également respect, compréhension et amitié, ou camaraderie. Cependant, ce n’est pas de l’amour.

Si on n’a pas conscience de cela et que cette ignorance s’ajoute à la crainte de perdre l’autre, notre esprit, notre âme et notre coeur se brouillent, et on est incapable de prendre la fatidique décision qui représente la fin de cette relation.

Peut-être le manque d’assurance qui apparaît dans notre coeur dès notre plus jeune âge nous empêche-t-il de prendre les dures décisions à venir, car on sait que l’amour n’est plus, mais on n’est pas capable pour autant de le dire à voix haute, ni de se le dire à soi-même.

Peut-être la peur de la solitude nous empêche-t-elle de prendre cette décision que l’on sait être la meilleure pour nous, même si on ne trouve pas pour autant le courage de s’engager dans la bonne direction.

pareja-ilustracion-1

Peut-être la peur du qu’en dira-t-on ; comment ma famille le prendrait-elle ? Que penseraient de moi mes voisins et mes amis ? Comment vais-je annoncer cela à mes enfants ?

Et pendant ce temps, vous menez une vie malheureuse et pénible qui vous fait perdre votre dignité au profit d’une relation qui n’est plus passionnelle depuis des années, et qui chaque jour tue un peu plus votre coeur.

Il n’est pas toujours facile de lire dans un coeur, d’autant plus si ce dernier est brisé.

Pourtant, il le faut, car une relation terminée, où l’amour est mort, est l’une des malédictions les plus terribles que puisse renfermer votre âme.

Alors, soyez courageux et faites ce que vous devez faire si ce que vous voulez, c’est être heureux de nouveau.

A découvrir aussi