Quand devez-vous « prendre un nouveau départ » avec votre partenaire ?

12 novembre 2017 dans Psychologie 2 Partagés
prendre un nouveau départ

Après avoir vécu plusieurs disputes avec votre partenaire et les désillusions logiques qui en découlent, une question éternelle et difficile fait son apparition : Cela vaut-il la peine de continuer cette relation ou est-il préférable de refermer le chapitre ? Supposons que nous décidions de continuer, est-il si facile de « prendre un nouveau départ » ? Peut-on réussir à tout retrouver comme avant ?

Pour pouvoir trouver la réponse, nous devons prendre en compte différents facteurs. Parmi eux, l’état dans lequel se trouve notre relation, l’intensité et l’assiduité des disputes et bien sûr se demander s’il existe toujours une base d’amour et de respect mutuels.

« La douleur est inévitable, la souffrance optionnelle. »

-Buddha-

Le premier problème : comment sommes-nous ?

La majorité des personnes pensent qu’elles se connaissent bien. En revanche, si c’était le cas, elles choisiraient souvent de ne pas souffrir. Cependant, elles ne font pas ce choix. Se connaître soi-même, en plus d’être passionnant, est une tâche très difficile.

se connaître

Comment sommes-nous lorsque nous sommes en colère ? Nous nous rétractons ou nous attaquons ? Comment réagissons-nous lorsque l’on nous blesse ? Préférons-nous que l’on nous fasse un câlin ou que l’on nous laisse seul-e ? Toutes ces questions sont banales. Si nous ne nous connaissons pas personnellement, les autres pourront difficilement nous connaître.

  • « Après une dispute, je préfère que tu me laisses seul-e. Sinon, je n’arrive pas à me calmer. »
  • « Lorsque j’arrive à la maison après le travail, j’ai besoin d’aller à la salle de sport pour me décharger de toutes tensions. »
  • « Ma passion est le basket. Par conséquent, si je ne vois pas le match de mon équipe préférée, je me réveille de mauvaise humeur le jour suivant. »

Si nous arrêtons de faire toutes ces activités qui nous rendent joyeux-ses, la relation en pâtit. En ne nous voyant pas satisfait-e-s, nous sommes plus irascibles, et nous terminons certainement par faire payer celui/celle que nous avons le plus à proximité : nous partenaire. Par cette simple analyse sur nous-même, nous pouvons améliorer la relation. Lorsque chacun-e aura obtenu un temps pour lui/elle et sera parvenu à savoir qui iel est et ce qu’iel veut, nous pourrons tirer des conclusions positives des disputes passées.

Quel est le bon moment pour « prendre un nouveau départ » avec votre partenaire

Pardonner et aller de l’avant dans la relation sont des choses bien différentes. Vous pouvez pardonner et cesser d’être en couple. Mais, quand sommes-nous prêt-e-s à « faire table rase » ?

C’est une erreur de penser que le fait de « prendre un nouveau départ » signifie que tout sera un chemin de roses. Cela reviendrait à penser qu’un vase cassé peut se recoller et retrouver l’allure qu’il avait à l’origine comme par magie. Il est nécessaire d’investir du temps et des efforts afin de réussir à ce que tout aille bien.

Le moment opportun pour mettre une idée en pratique est l’instant auquel le désir de changer et d’aller de l’avant a plus de force que la douleur et la souffrance vécues jusqu’alors. Pour cela, si vous n’êtes pas disposé-e à donner de votre personne ou que la balance penche vers le côté du « cela n’en vaut pas la peine », il est préférable d’abandonner immédiatement.

Allez de l’avant sans vous retourner

Vous pourrez introduire des variations dans votre relation uniquement si vous assumez ensemble que vous êtes coresponsables du problème. Il est important de sentir que vous avancez dans la même direction, et non pas chacun de son côté.

  • Abandonner les reproches, sans rejeter la faute sur l’autre. Les ressentiments, la colère, la rancœur ou les répressions empirent la situation. Reconnaître des erreurs futures permet de résoudre des conflits du présent. Chacun-e se doit d’assumer sa part de responsabilité dans le conflit.
  • Renier les problèmes et continuer avec une apparence fausse de « tout va bien » compromet tout votre travail. On peut changer son comportement uniquement si l’on est conscient-e que celui-ci n’est pas approprié.
  • Proposer des solutions. Chacun-e apporte sa perspective et une issue au problème. La proactivité et la créativité fonctionnent. Bien que vos idées soient opposées, elles permettent certainement de trouver une alternative adéquate voire même l’apparition d’un fou-rire dans une situation qui a priori n’a rien d’amusant.
  • Mettre en avant le positif chez le/la partenaire et pas seulement les aspects négatifs. Jusqu’où en êtes-vous arrivé-e-s ensemble, ce que vous avez construit, ce qu’il y a à venir…les illusions communes, les rêves accomplis. Désormais, tout ce qui sera partagé vous renforcera davantage.

Mais, les exigences ne sont pas efficaces dans ces cas car elles construisent des barrières au sein du couple. On ne peut pas dire oui à tout. Il faut toujours marquer des limites et apprendre à dire non. La positivité dans ce sens est aussi essentielle que l’équilibre de la distribution du pouvoir au sein du couple.

aller de l'avant

Si vous souhaitez de nouveaux résultats, faites quelque chose de différent

Cependant, certaines décisions que nous prenons portent en elles le message implicite du “je ne veux pas” ou “je ne veux pas « prendre un nouveau départ »”. L’erreur la plus habituelle est de ne rien changer au sein du couple. Se laisser porter par l’inertie et la commodité ne sont pas de bons alliés dans cette nouvelle aventure.

Les sentiments de vengeance sont également un venin très dangereux, principalement pour celleux qui y aspirent. « Je vais lui dire la même chose, pour qu’iel voit comment je me sens ». Attention ! Continuer pour rendre à l’autre une vie impossible n’est ni de l’amour, ni de la tendresse, ni du respect. Ce n’est pas non plus une bonne manière de générer de l’empathie, si c’est ce que vous souhaitez.

Lorsque seul-e un-e des deux membres du couple veut se réconcilier, il y a un souci. Un couple est une équipe et il est important qu’il le reste également dans les moments difficiles. Le défi commun est que le couple continue à apporter des éléments positifs et cela dépend des deux membres, ce n’est pas une tâche individuelle. Continuer uniquement par « inertie » ou « pour le bien de nos enfants ». Le simple fait de vivre sous le même toit n’est pas synonyme de famille heureuse. Des enfants vont bien seulement si le couple va bien, et non le contraire.

Si vous restez avec votre partenaire par peur d’être seul-e ou par dépendance émotionnelle, vous êtes en train de vous condamner. La joie est en vous, en vous-même, non pas chez les autres ; au moins la joie en tant qu’état, et non la joie éphémère. Il est bon de marcher ensemble, mais pas attaché-e-s. Les tensions internes finissent par nous dégoûter et ne nous permettent pas de profiter de la vie comme il se doit. Dans n’importe quel cas, la décision que vous prenez doit vous apporter du bonheur et vous servir d’élan pour vous sentir beaucoup mieux pendant un certain temps.

A découvrir aussi