La psychologie bouddhiste pour affronter les émotions difficiles

11 janvier 2018 dans Psychologie 1102 Partagés
psychologie bouddhist

Les situations émotionnellement difficiles et douloureuses font partie du cycle de la vie. D’un autre côté, ce type de situations échappent généralement à notre contrôle ou sont une conséquence directe de nos décisions ou actions. C’est pourquoi nous avons tendance à nous replier sur nous-même sans savoir quoi faire ou comment réagir. Il s’agit de l’un des cas où la psychologie bouddhiste peut nous aider.

C’est souvent le soutien des personnes qui nous entourent qui nous maintient à flot ou qui nous aide à aller de l’avant lorsque nous devons faire face à un désaccord, quelconque.  Mais qu’en est-il lorsque nous ne voulons pas ou que nous ne disposons pas d’amis ou des parents à proximité ? Voici le moment de connaître plus en profondeur les avantages que la psychologie bouddhiste peut nous offrir.

Elle est apparue pour mettre fin à la souffrance humaine

Le bouddhisme est généralement considéré comme l’une des principales religions du monde oriental. Ce courant est né il y a 2500 ans en tant que système philosophique et psychologique, sans aucune prétention religieuse. En effet, selon l’ascète Siddharta Gautama, connu sous le nom de Bouddha, le bouddhisme est la science de l’esprit.

Bouddha a fondé cette école afin de faire connaître une méthode qui éradiquerait la souffrance, la nôtre. Pour cela, il part  d’une série de postulats et d’une structure de pensée très utile pour comprendre et accepter nos émotions.

psychologie bouddhiste

4 nobles vérités de la psychologie bouddhiste

La psychologie bouddhiste part d’une idée qui, même si elle peut paraître pessimiste, est pleine d’espoir : la nature de la vie humaine est la souffrance. Partant de ce postulat, la psychologie bouddhiste préconise quatre nobles vérités. Ces dernières contiennent la plupart des enseignements de la psychologie bouddhiste et constituent le socle sur lequel repose ce type de méditation :

  • La souffrance existe.
  • La souffrance a une cause.
  • La souffrance peut finir, en éteignant sa cause.
  • Pour cela, nous devons suivre le noble chemin octuple.

Éradiquer notre souffrance ou “dukkha”

Pour faire face à ces situations difficiles et éradiquer la douleur, Bouddha propose de connaître son origine. Et ce n’est que lorsque nous aurons déterminé sa cause que nous pourrons nous libérer de notre souffrance. Ce n’est qu’alors que nous pourrons voir la futilité de nos inquiétudes et de nos découragements.

“10% de notre vie sont liés à ce qui nous arrive, et les 90% restants, à la façon dont nous réagissons.”

-Stephen R. Covey-

Selon la psychologie bouddhiste, les individus adoptent un certains nombre d’habitudes qui nous ont converti en des ignorants face à l’existence. Nous ne savons pas quels sont les processus et les étapes de la vie et c’est ce qui nous cause la souffrance.

“Le dukkha vient du désir, de l’attachement et de l’ignorance. Mais il peut être vaincu.”

-Bouddha-

femme se regardant dans un miroir

Les postulats pratiques

La dernière des quatre vérités parle du Noble chemin octuple. Un chemin ou une voie composé de 8 branches ou postulats pratiques qui permettent d’atteindre l’harmonie, l’équilibre et le développement de la conscience totale. Il est généralement représenté avec la roue du dharma, où chacun des rayons symbolise un élément du chemin. Ces branches peuvent être regroupées, à leur tour, en trois grandes catégories :

  • Sagesse : compréhension et pensée correctes
  • Conduite éthique : mot, action et occupation corrects
  • Entrainement de l’esprit : effort, attention consciente et concentration, méditation ou absorption correcte

Ces 8 postulats ne doivent pas être interprétés comme une série d’étapes linéaires. Mais ils doivent plutôt être développés simultanément, en fonction des capacités de chacun.

Le bonheur mal compris

Nous voulons tous être heureux, mais personne ne s’accorde sur la définition du bonheur. Chaque personne dispose d’une idée différente de ce qu’est le bonheur : la promotion au travail, l’abondance matérielle, avoir des enfants … Ce courant assure que même lorsque nous atteignons tous les objectifs que nous fixons, nous ne ressentons pas la plénitude.

Lorsque l’un de nos souhaits est accompli, nous passons à un autre et ainsi de uite. Nous sommes ainsi progressivement plongés dans un cercle qui ne semble jamais se terminer. Tous avec le faux espoir d’être heureux.

Besoin de nous libérer de l’attachement

La psychologie bouddhiste considère que les désirs établis dans notre esprit nous conduisent à dériver psychologiquement et conduise à l’attachement (aux personnes, aux biens matériels, aux croyances …). Il s’agit précisément l’une des causes de grande souffrance, car lorsque nous nous attachons, nous nous identifions à des objets ou à des personnes et perdons notre identité. Nous nous oublions nous-même ainsi que les véritables besoins humains.

Le bouddhisme nous donne des outils pour travailler sur l’attachement et chercher la connaissance. Ce n’est que de cette dernière que nous pouvons comprendre ce dont nous avons besoin (développement personnel, vie affective harmonieuse …) et évoluer dans l’école de la vie avec une plus grande conscience.

psychologie bouddhiste

Comment arrêter de souffrir ?

Par la méditation. Comme nous avons pu le constater, les pratiques de réflexion bouddhiste visent à accroître la compréhension et la sagesse et à éradiquer la souffrance. Bien que les techniques varient en fonction de chaque école et de la tradition, toutes ont pour objectif commun d’atteindre un état d’attention maximale et de tranquillité.

Voici les principaux courants du bouddhisme qui peuvent nous aider à arrêter de souffrir dans les moments émotionnellement difficiles :

  • Theravada : il se définit lui-même comme un analyste. C’est pourquoi il souhaite décrire les différents états psychologiques ou de méditation pour systématiser l’expérience méditative.
  • Zen : il se concentre sur la spontanéité et l’intuition de la sagesse. Sa pratique cherche une harmonie naturelle chez l’individu et évite le dualisme dans la compréhension de la réalité.
  • Tibétain : il cherche à accroître la compréhension de la réalité à des niveaux profonds. Par conséquent, il se concentre sur les mécanismes symboliques et inconscients de l’esprit. Il s’agit de la plus symbolique et magique de toutes les traditions bouddhistes.
  • De la Terre Pure : il souligne la dévotion, l’humilité et la gratitude comme autant de voies directes de réalisation spirituelle. Il s’agit d’un type de méditation dévotionnelle où les mantras sont les protagonistes.

En fin de compte, le bouddhisme tend à ce que nous nous mettions en relation directe avec nos émotions. Que nous les rendions conscientes, que nous les désignions et les acceptions. Elles font partie de notre existence mais, comme tout le reste, elles changent, faisant qu’il n’est donc pas nécessaire de les contrôler.


A découvrir aussi