Pourquoi y a-t-il plus de personnes célibataires que jamais ?

16 avril 2018 dans Développement personnel 0 Partagés

Bien que l’on ne dispose pas de chiffres exacts, certaines études peuvent bel et bien nous servir à faire une ébauche de la nouvelle réalité : il y a aujourd’hui plus de personnes célibataires que jamais, du moins au sein des sociétés occidentales. Selon les projections, à partir d’études indépendantes, un adulte de 50 ans ou plus sur quatre n’a jamais été marié. Il y a même certains lieux dans le monde où les chiffres sont encore plus radicaux ; à New-York, par exemple, un adulte sur deux vit seul.

A quoi ce phénomène est-il du ? Il n’est pas facile de le savoir. Tout ça est si nouveau que l’on ne peut toujours pas tirer de conclusions définitives. En revanche, plusieurs hypothèses ont été faites qui pourraient expliquer ce fait. Il y a également de nombreux témoignages quotidiens de personnes qui parlent des unions permanentes ou du mariage comme de quelque chose d’indésirable. Comme d’une charge qu’elles ne veulent pas porter.

« Je ne veux pas de quelqu’un qui me dise que tout ira toujours bien. Je préfère quelqu’un qui me regarde dans les yeux et qui me dise : « Tout va mal, mais je reste là. »

-Yoha Navarrete-

Parallèlement, le mal-être émotionnel et sentimental grandit dans le monde, de même que grandissent les cas de dépression et les troubles de tout type. Du point de vue des approches non biologistes, ou autrement dit celles qui ne sont pas dues aux gènes, ce qui arrive dans le monde est étroitement lié aux liens affectifs fragiles ou dysfonctionnels ; le fait qu’il y ait de plus en plus de célibataires pourrait d’ailleurs peut-être contribuer à cette explication.

femme assise dans la forêt

Les célibataires et les solitaires

Nombreux sont les célibataires qui vivent bien et qui sont heureux. Il s’agit de cas où le célibat n’implique pas la solitude, ou bien où la solitude n’implique pas l’isolement. Généralement, ces célibataires sont des personnes qui ont consciemment choisi de ne pas vivre en couple ; elles ont d’autres intérêts qui remplissent leurs vies.

La décision de rester célibataire est presque toujours motivée par le désir de focaliser toute son énergie sur un ou plusieurs projets, tel par exemple que le travail. Ces personnes célibataires et heureuses de l’être ont une vie professionnelle qu’elles adorent et ne veulent pas faire face au dilemme de consacrer moins de temps à leur travail pour répondre de manière cohérente aux attentes d’une famille. Pour autant, cela ne les empêche pas d’avoir un bon réseau d’amis et de proches.

Les solitaires, en revanche, ne savent pas bien pourquoi ils ne sont pas dans une relation de couple stable. Généralement, ils disent que c’est parce qu’ils n’ont pas encore rencontré la bonne personne. Cependant, vivre seuls n’est pas non plus agréable pour eux. Généralement, ils mènent des vies routinières. Bien souvent, prédominent en eux des sentiments d’apathie ou de tristesse.

Il y a aussi un autre type de personnes solitaires : il s’agit de ces personnes qui vont d’une relation à l’autre, sans qu’aucune ne dure bien longtemps. Elles vivent dans le moment présent, « ici et maintenant », en un sorte d’adolescence éternelle où le futur n’existe pas.

Les motivations qui se cachent derrière le célibat

Les sociologues avancent différentes hypothèses pour expliquer cette présence massive de célibataires. Certains notent jusqu’à l’existence d’un entourage qui promeut l’égocentrisme comme jamais auparavant. L’individu est désormais au centre de tout ; la préoccupation centrale de bien des gens est leur propre personne. Dans ce schéma, il n’y a de place pour personne d’autre. Par conséquent, être attentif aux sentiments et aux besoins d’une autre personne est quelque chose qui ne les intéresse pas.

couple dans l'eau

Ainsi, a été envisagée l’idée qu’opère ce que l’on appelle le « paradoxe du choix », qui consiste en la chose suivante : avant, le nombre potentiel de personnes qu’il résultait possible de rencontrer était limité. Or, depuis l’apparition d’Internet, ce potentiel de liens est virtuellement infini. Ainsi, la quantité potentielle de couples est incalculable. Ce qui arrive alors, c’est que le nombre excessif d’options paralyse la capacité de décider.

Ainsi, lorsqu’une personne prend finalement une décision, elle a toujours l’impression de perdre ou de passer à côté de quelque chose, car elle aura toujours d’autres options avec lesquelles comparer « son acquisition ». Il y a une tendance chez l’être humain à regretter ce qu’il n’a pas, plutôt que d’apprécier ce qu’il a.

La solitude et le couple

Il semble qu’aujourd’hui, bien des personnes ont oublié que le couple est une construction. On n’est pas en couple simplement en faisant des sorties à deux ou en couchant ensemble. La conversation, les accords, les conflits et les expériences sont ce qui va faire d’un couple ce qu’il est.

Par conséquent, être en couple exige des efforts, mais aussi de la tolérance, de la générosité et de la patience…et aussi, par conséquent, des renoncements. Il s’agit là précisément de ce que n’aiment pas certains célibataires : s’efforcer ou prêter attention, dans leur monde émotionnel propre, à d’autres besoins qui ne soient pas les leurs.

homme regardant par la fenêtre

La solitude non désirée n’est jamais une bonne option. Plusieurs études indiquent qu’elle peut même en arriver à provoquer de la douleur physique. Dans ces cas-là, il faudrait se demander d’où vient le problème : n’a-t-on pas trouvé la bonne personne ? Ou bien n’est-t-on pas adapté au fonctionnement en couple ? Il vaut la peine de se poser ces questions pour avancer.

A découvrir aussi