Plasticité émotionnelle : utiliser les émotions à notre avantage

Même si on peut parfois penser le contraire, les émotions sont là pour nous aider à atteindre nos objectifs. La question est de savoir les gérer intelligemment.
Plasticité émotionnelle : utiliser les émotions à notre avantage

Dernière mise à jour : 16 novembre, 2021

Les émotions remplissent une mission fondamentale dans notre vie : elles guident notre comportement vers l’action, elles nous avertissent des situations dangereuses et, si nous savons les gérer intelligemment, elles nous aident à atteindre nos objectifs. De la même manière, connaître nos émotions et apprendre à les exprimer est vital pour notre bien-être psychologique et pour la construction de liens affectifs positifs.

Ainsi, le concept de plasticité émotionnelle fait précisément référence à la capacité de nous adapter à différentes situations à travers nos émotions et de les utiliser à notre avantage.

Dans cet article, nous allons comprendre comment la plasticité émotionnelle peut être renforcée dans différentes dimensions de notre vie et devenir un support dans la réalisation de nos objectifs.

Qu’est-ce que la plasticité émotionnelle ?

Tout d’abord, nous pourrions commencer par nous poser les quelques questions : quel usage faisons-nous de nos émotions ? En sommes-nous conscients dans notre vie quotidienne ? Ces questions nous aideront à identifier la place de la plasticité émotionnelle dans la façon dont nous gérons nos émotions au quotidien.

La plasticité émotionnelle nous permet de nous orienter vers des objectifs que nous jugeons convenables à travers la redirection de nos émotions. C’est-à-dire qu’elle nous montre comment nous pouvons façonner nos pensées et la manière dont celles-ci affectent nos états émotionnels.

De cette façon, nous pouvons utiliser les émotions comme support pour orienter nos actions vers des objectifs spécifiques et nous adapter à différentes situations. Cela implique de faire de nos états émotionnels des agents actifs dans notre quotidien, pour assumer efficacement les défis de la vie de tous les jours.

D’autre part, le concept de plasticité émotionnelle permet de repenser la dichotomie entre raison et émotion et d’envisager cette séparation sous un autre angle. En d’autres termes, ce concept nous aide à comprendre que la raison et l’émotion sont étroitement liées, se complètent et sont, ensemble, responsables de la consolidation d’informations complexes sur le monde qui nous entoure.

Ces informations sont essentielles pour nos processus de prise de décision et pour la formation d’opinions et de concepts. Les émotions ne sont pas des obstacles à la raison, bien au contraire.

Il est également important de noter que la plasticité émotionnelle peut être entraînée. Par exemple, certaines études montrent comment, grâce à une formation sur les émotions – comme la compassion –, nous pouvons générer plus de liens empathiques et avoir des attitudes plus efficaces par rapport à la résolution de problèmes. De la même manière, l’utilisation de souvenirs d’événements passés et l’imagination d’événements futurs sont aussi des ressources pour développer notre plasticité émotionnelle.

Femme aux yeux fermés

Comment valoriser notre plasticité émotionnelle ?

Cette capacité à prendre conscience de ce que nous ressentons, de ce que nous pensons et de ce que nous ressentons à propos de ce que nous pensons peut être très utile pour atteindre nos objectifs. Pour cela, il est bon d’apprendre à en tirer le meilleur parti. Voici quelques idées :

1. Se fixer des objectifs simples

Pour commencer, nous pouvons profiter de la relation entre les émotions et la motivation. Nous pouvons commencer par fixer des objectifs simples et utiliser les émotions positives que nous générons en les atteignant. Progressivement, nous pourrons nous fixer des objectifs plus ambitieux et profiter du potentiel de nos émotions pour les atteindre.

L’importance des petits objectifs est qu’ils nous rendent conscients de nos progrès et nous motivent à continuer.

2. Cultiver l’empathie

Deuxièmement, la plasticité émotionnelle peut nous aider à renforcer l’empathie et à améliorer notre connexion avec les autres. Étant donné qu’il s’agit d’une capacité qui facilite l’adaptation, nous pouvons la guider pour générer des liens affectifs avec les autres, favoriser l’écoute active et reconnaître les émotions des autres.

De même, nous pouvons la mettre en pratique pour rejoindre des groupes, renforcer la relation avec nos proches ou rencontrer de nouvelles personnes.

3. Utiliser les émotions pour favoriser la mémoire

D’autre part, nous pouvons profiter des avantages de la plasticité émotionnelle de manière pratique. Par exemple, en faire un outil pour se souvenir de faits importants ou pour étudier en vue d’un examen. Nous pouvons associer des émotions à des idées que nous essayons de retenir, ou à des concepts complexes, pour les mémoriser plus facilement.

plasticité émotionnelle

4. Reconnaître et accepter l’univers émotionnel

Enfin, la plasticité émotionnelle a une relation très importante avec la notion de résilience. La résilience est comprise comme notre capacité à récupérer psychologiquement après une situation de stress ou de crise. Ainsi, y parvenir implique de reconnaître nos émotions, de les accepter et de nous rendre capables d’assumer les changements ainsi que de nous adapter à des situations nouvelles.

Pour conclure, n’oubliez pas que nos émotions sont nos alliées les plus importantes lorsqu’il s’agit d’atteindre nos objectifs et, par extension, notre croissance personnelle.

Cela pourrait vous intéresser ...
Isolement affectif : séparer les émotions des pensées
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Isolement affectif : séparer les émotions des pensées

L'isolement affectif est un mécanisme de défense que Sigmund Freud a formulé au début du 20e siècle. Nous abordons ici le sujet.



  • Chow, K. & Mercado III, E. (2020) Performance anxiety and the plasticity of emotional responses, Cognition and Emotion, 34:7, 1309-1325, DOI: 10.1080/02699931.2020.1749568
  • Kanske, P. (2018) The social mind: disentangling affective and cognitive routes to understanding others, Interdisciplinary Science Reviews, 43:2, 115-124, DOI: 10.1080/03080188.2018.1453243