Peut-on changer sa personnalité ?

· 2 septembre 2018

Changer notre personnalité est quelque chose que nous avons tous voulu, voire même essayé de faire à certains moments de notre vie. Cette initiative peut être due à différentes raisons, mais la principale d’entre elles est que quelque chose dans notre façon de tisser des liens avec les autres ne nous plait pas.

Avant de parler de changements, il est nécessaire de signaler la condition qui rend ces derniers possibles : la personnalité n’a pas une structure immobile. D’autre part, il est aussi nécessaire de démonter un mythe : elle ne devient pas non plus immobile avec l’âge. Ce qui arrive généralement en revanche, c’est qu’avec l’âge, les schémas associés à un certain train de caractère s’intensifient, car les résistances au changements en font de même. Comprenons alors la personnalité comme quelque chose de dynamique, capable de connaître diverses modifications, et ce que ce soit à partir d’un processus intentionnel, ou bien favorisé par les circonstances.

Pendant l’enfance et l’adolescence, il est bien plus facile de changer notre personnalité, car à ce moment-là, elle n’a pas encore été pleinement configurée. De cette manière, toutes les influences exercent un plus grand pouvoir sur elle.

Qu’entend-t-on par « personnalité » ?

La personnalité, ou structure de personnalité, c’est l’ensemble des traits psychologiques qui définit la totalité, ou en tout cas une bonne partie de l’univers des sentiments et des cognitions. Cette structure configure les comportements et la façon dont, habituellement, nous nous lions à nous-même mais aussi aux autres.

femme pensant à changer sa personnalité

D’autres connotations du concept de la personnalité sont liées à la représentation que l’individu se fait de lui-même ainsi qu’à la manière dont se présente le monde. De ce point de vue, la personnalité est le « masque » que nous montrons aux autres, une stratégie nous permettant d’occulter un certain aspect interne et d’améliorer l’acceptation sociale.

De fait, l’origine épistémologique du concept de la « personne » remonte à la Grèce antique, où ce mot signifiait « masque ». Par conséquent, au théâtre, on mettait des masques pour représenter les différentes personnalités incarnées par l’acteur.

Le fait de changer notre personnalité peut devenir un besoin

Comme nous l’avancions dans l’introduction, le temps qui passe peut compliquer le changement, de la même façon qu’il a solidifié les racines. Cependant, cela n’empêche pas que peuvent avoir lieu des changements à des âges plus avancés, même si beaucoup de personnes croient qu’à leur âge, il est impossible de changer.

On entend d’ailleurs souvent des phrases comme « je suis comme ça » ou encore « à mon âge, je ne changerai plus ». Cela peut sembler partiellement vrai dans certains cas, mais la plupart du temps, on peut introduire des changements dans notre personnalité à n’importe quel moment de la vie.

De fait, les modifications de la personnalité sont un besoin thérapeutique pour ceux qui présentent un trouble de la personnalité. Ces personnes ont structuré une série de schémas de comportement et des mécanismes psychologiques qui causent une profonde souffrance chez elles, mais aussi chez ceux qui les entourent.

Cette souffrance se traduit généralement par de l’angoisse, de l’anxiété, de l’agressivité, la perte du contrôle de soi, une certaine insatisfaction, etc. Les relations interpersonnelles se voient aussi affectées par ce type de troubles qui, de plus, s’accompagnent généralement de difficultés d’adaptation et d’intégration sociale, et par conséquent également par une tendance à l’isolement.

Changer notre personnalité est possible, même si ce n’est pas facile à mettre en œuvre

Changer sa personnalité n’est pas chose aisée : démonter et remplacer ces schémas de comportement par d’autres plus adéquats requiert des ressources limitées, telles que la motivation ou le temps. D’un autre côté, dites-vous bien qu’un schéma de comportement -une disposition- s’établit à l’aide de la répétition d’un certain type de comportement pour résoudre des situations similaires. Par exemple, il y a des personnes dont les schémas de comportement se sont structurés ainsi car elles ont eu recours au système de la fuite ou de l’évitement.

Si ces personnes savent qu’elles doivent faire face à une situation qu’elles ne parviennent pas à solutionner de manière adéquate, elles réagiront en l’évitant, ou en fuyant dans le cas où elles n’auraient pas pu l’anticiper. Il en est ainsi, même si elles savent qu’à moyen ou long terme, cette manière d’agir leur portera préjudice.

Ainsi, le résultat est que, en évitant ou en fuyant ces situations, ces personnes parviennent à éviter la souffrance. Cependant, à moyen ou long terme, elles souffrent parfois plus encore. Elles se sentiront incapables de mener une vie normale.

les masques de la personnalité

Abandonner les anciens mécanismes psychologiques pour changer de personnalité

Un changement de personnalité peut supposer l’abandon de ces mécanismes pathologiques, étant remplacés progressivement par d’autres, plus adéquats. Pour reprendre l’exemple précédent, on pourrait dire que ces personnes doivent essayer de faire face à ces situations de manière déterminée. Ainsi, elles pourront vérifier comment, dans bien des cas, elles sont capables de les surmonter. De plus, leur confiance se renforcera. La personne apprend alors à faire face et découvre qu’elle a le pouvoir d’influer sur son développement personnel.

De plus, les changements de personnalité sont plus faciles à mettre en oeuvre lorsque la personne focalise son attention sur des objectifs très concrets. En ce sens, il peut être d’une grande aide de déterminer comment et en quoi le changement va se manifester concrètement. Bien sûr, un psychologue devra nous donner des techniques ou des instruments psychologiques qui nous aideront à atteindre les objectifs préalablement fixés.