Sous la peau, vit l’âme

· 25 août 2017

Sous la peau, vit l’âme. Parfois, cachée entre les doutes et séquestrée par les peurs, et parfois, montrant les blessures dont elle a souffert tout au fil du temps. Mais, il n’y a que celleux qui s’en approchent suffisamment qui peuvent parvenir à la vérité de ce qui se cache sous cette peau.

Même s’il peut sembler que ce « bouclier » qui protège votre âme est fin et fragile, il est plus dur et opaque que ce que vous imaginez. Il vient du déguisement parfait de l’innocence candide et confère la protection la plus puissante face aux menaces qui arrivent de l’extérieur de notre corps.

Mais, bien sûr, vous ressentez encore la peur du souvenir de celleux qui, comme des loups, se sont approché-e-s de votre corps pour le posséder sans vouloir connaître votre âme authentique, votre personnalité. Car il n’y a pas pire ennemi-e que celui/celle qui se vend avec le déguisement de quelque chose qu’iel n’est pas et qui ne pense qu’à son propre intérêt.

Avec un simple regard, on peut voir la peau mais ne pas connaître l’âme qu’elle renferme.

Pour vous connaître vraiment, il faut regarder au-delà de l’image

Pour vous connaître vraiment il faut regarder au-delà de l’image que vous projetez, car souvent ce n’est rien d’autre qu’une dure carapace qui cache ce que vous pensez réellement. C’est souvent le résultat de la peur que l’on vous fasse à nouveau mal comme dans le passé, la peur de voir vos illusions piétinées sur le sol.

Car vous montrer à cœur ouvert, sans secrets, vous rend vulnérable, et vous l’évitez donc à tout prix. La peur de la douleur par amour est plus puissante que le courage de se montrer tel que vous êtes. Et même si vous perdez une partie de vous-même à chaque fois que vous vous cachez, vous savez que vous protéger est la meilleure option. C’est ainsi que vous l’avez intériorisé.

Peut-être que le temps aide à atténuer ces peurs qui vous assaillent. Peut-être que le monde change et que les femmes cesseront d’être des trophées de chasse pour loups affamés de conquêtes. Peut-être qu’alors, la peau sera seulement de la peau, un espace de caresses, et non pas un bouclier face aux mauvaises choses de la vie.

« Ma peau est gravée de tes marques et il n’y a ni vent ni eau qui puissent les laver sans y laisser mon nom flou, décoloré et sans sourire. »

-Gioconda Belli-

Pour vraiment vous aimer, il faut arriver à votre âme

Pour vraiment vous aimer, il faut arriver à votre âme, il faut connaître chacun de vos recoins cachés dans les plis de votre peau et qui se connectent aux peurs des histoires que vous avez vécues. Car nous n’êtes pas seulement un joli corps, vous êtes un tissage peint d’histoires, plein de mots, construit à l’abri des câlins plein d’amour et modelé par les coups de la déraison. Ce ne sont pas seulement les cicatrices qui vous rendent unique, même si vous tremblez quand vous passez vos doigts sur leurs reliefs.

N’oubliez pas ce que vous valez même si la vie vous frappe et que vous fait trébucher mille et une fois, car vous vous releverez, vous vous secouerez et vous continuerez.

Peut-être que vos peurs éloignent celleux qui arrivent dans votre vie avec de bonnes intentions, mais il faut savoir que la patience ne donne ses fruits qu’à celleux qui la possèdent vraiment. Au final, le temps laisse tomber les masques de celleux qui se déguisent et vous rapproche de celleux qui, avec le regard, les actes et les mots, vous prennent vraiment dans leurs bras.

Et à cet instant, face à ces personnes, disparaissent vos peurs et votre peau redeviendra transparente, montrant un fidèle reflet de la personne que vous êtes. Car il n’y a pas toujours à se cacher, il suffit de trouver un lieu pour se montrer. Un lieu et des personnes qui ne blessent pas, mais qui rendent plus fort-e.

Lisez aussi : Même avec le cœur brisé, j’essayerai de tirer une leçon de cette expérience