Derrière la peur se cachent des opportunités de grandir

18 août 2017 dans Psychologie 371 Partagés

Parfois, notre peur se déguise en logique pour ne pas nous laisser voir la véritable raison pour laquelle nous évitons des situations de défis : la peur de l’inconnu. La sensation d’incertitude et les attentes peuvent en venir à nous paralyser. Elles nous pousseront même à éviter des situations qui sont nécessaires pour grandir. Mais ce n’est qu’en leur faisant face que nous réussirons à découvrir les opportunités qui se trouvent de l’autre côté de la peur.

Par ailleurs, savoir gérer notre terreur nous procure du plaisir, dans une certaine mesure, et réduit les probabilités de souffrir de troubles associés à l’anxiétéParce que personne n’aime avoir peur, mais si nous parvenons à la comprendre et à la contrôler, nous ressentirons du soulagement après la tension traversée ; nous pourrons faire en sorte qu’elle n’affecte pas notre santé et nous découvrirons une nouvelle façon de continuer à grandir sur le plan personnel.

N’oublions pas que nous faisons désormais face sans ciller à beaucoup de situations qui nous paralysaient dans le passé. Des examens, des présentations orales, le fait de nous lier à d’autres personnes, etc. Derrière chacune de ces situations, il y a toujours eu un motif qui nous a poussé à les affronter malgré les pensées d’évitement et de paralysie qui surgissaient face aux expériences stressantes : notre capacité d’évolution et de croissance personnelle. Étudions ce point de plus près.


“La peur est toujours disposée à voir les choses pires qu’elles ne le sont en réalité.”

-Tite-Live-


Seule une chose rend un rêve impossible : la peur d’échouer

Pourquoi ressentons-nous des émotions désajustées lorsque nous faisons face à de nouvelles situations ? La raison est que notre corps, au cours de ces moments, essaye de se défendre et, face aux sensations d’incertitude et de peur, sa réponse est de nous préparer à une fuite immédiate pour nous sauver. Ainsi, on retrouve au niveau physique une absence de flux sanguin dans la partie supérieure du corps ; le sang se dirige vers les extrémités inférieures avec l’objectif de faciliter une fuite rapide. C’est pour cela que notre première réaction face à ce type de situations est l’évitement ou la fuite.

Ainsi, même si notre première réaction naturelle est d’esquiver ce type de situations, la capacité que nous avons sur nous-mêmes et sur nos pensées nous donne une marge supérieure pour prendre des décisions plus rationnelles et moins intuitivesEt c’est dans cette marge que nous trouvons les opportunités qui se cachent derrière la peur et, en définitive, les nouvelles situations.

Par conséquent, la peur d’échouer face à de nouveaux défis est quelque chose d’intuitif, qui nous vient d’un héritage phylogénétique de nos ancêtres. Mais les envies d’atteindre nos objectifs représentent quelque chose de plus personnel, qui se cache dans chacune de nos pensées et émotions. Cette lutte entre la génétique et ce que nous pensons mènera nos décisions sur le chemin de la réussite ou de l’échec et, en définitive, nous fera ou non réaliser nos rêves.


N’ayez peur ni de la prison, ni de la pauvreté, ni de la mort. Ayez peur de la peur elle-même.


Les choses qui nous font peur sont celles qui finissent par nous rendre plus heureux-ses

On nous dit toujours que si nous voulons quelque chose, nous devons faire en sorte que cela arrive, mais pourquoi les choses que nous désirons le plus nous effrayent-elles ? Parfois, nous reculons simplement parce que nous préférons rester avec nos attentes irréalisables pour continuer à rêver à ce qui pourrait arriver si nous parvenions à avoir ce que nous voulons réellement. D’autres fois, la méfiance et l’effort qu’implique la quête du bonheur peuvent être plus forts que nos rêves et nous préférons vivre dans un état invariant avec nous-mêmes, sans grands sursauts…

La clé consiste à savoir que plus nous faisons de choses, plus nous pouvons en faire. Il s’agit du cercle dans lequel nous devons entrer si nous voulons surmonter notre peur et atteindre les choses que nous voulons réellement. La peur n’est qu’une émotion qui, une fois comprise, nous fait découvrir qu’elle est utile dans un éventail de situations très limitées et dont nous ne ferons que rarement l’expérience dans nos vies.

La majorité des peurs que nous vivons sont des préoccupations et des pensées irrationnelles ; plus nous tarderons à les identifier et à les supporter, moins nous pourrons profiter des choses qui en valent réellement la peine. Car, derrière nos peurs, il y a toujours des opportunités qui méritent d’être connues pour que nous puissions continuer à grandir et surmonter nos barrières mentales.


“La vie n’est pas un problème qui doit être résolu mais une réalité dont nous devons faire l’expérience.”

-Soren Kierkegaard-


A découvrir aussi