Paul Éluard, biographie d’un merveilleux poète

21 avril 2019
Si vous ne connaissez pas la poésie de Paul Eluard, prenez le temps de lire cet article.

Paul Éluard est considéré comme l’un des plus grands poètes surréalistes. Sa personnalité littéraire bien définie, la force d’expression qui le caractérise et le lyrisme de ses poèmes ont fait de lui un immense poète universel. Il a parlé de l’amour et de la liberté avec une grande passion.

On l’appelait de nombreuses façons. Parmi les titres qui lui étaient attribués, nous pouvons retrouver « le maître de la poésie surréaliste », « le plus classique des poètes modernes », « le poète de la liberté » ou « le plus grand poète de l’amour », entre autres. Mais tous ces qualificatifs ne reflètent pas assez le talent de ce merveilleux poète.

« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel; il nous faut tous les mots pour le rendre réel. »

-Paul Éluard-

Comme d’autres grands auteurs, le secret de ses poésies réside dans l’honnêteté émotionnelle et intellectuelle avec laquelle il les a écrites. Ses vers ont cette marque subtile mais profonde d’authenticité. Il a par ailleurs connu, dans sa vie, des épisodes contradictoires et difficiles qu’il a malgré tout réussi à surmonter avec créativité et intelligence. Son existence aussi a été, d’une certaine façon, un poème.

Paul Éluard, un enfant malade

Paul Éluard est né le 14 décembre 1885 à Saint-Denis (France), une zone qui avait une très nette atmosphère prolétaire. Son véritable nom était Eugène Grindel. Il est allé à Paris à 12 ans pour commencer ses études dans le célèbre Lycée Colbert. Il a cependant contracté la tuberculose, ce qui l’a obligé à abandonner le lycée et à passer beaucoup de temps dans un sanatorium en Suisse. C’est de là que datent ses premiers poèmes.

Sa première oeuvre, Poèmes, a vu le jour en 1911. Lors de son séjour au sanatorium, il a lu avec passions les oeuvres de ceux qui deviendraient ses références littéraires: Whitman, Baudelaire, Nerval, Rimbaud, Hölderin et Lautréamont. Après cette période difficile, Paul Éluard a été recruté pour aller au front lors de la Première Guerre Mondiale, en 1915.

Paul Éluard était l’un de ses poètes qui n’avait pas besoin d’un environnement placide pour laisser jaillir ses vers. Il a composé l’une de ses plus célèbres œuvres dans les tranchées: Le devoir et l’inquiétude. À la fin de l’année 1917, il a été victime d’une attaque au gaz qui lui a provoqué une gangrène dans les bronches. Il a alors dû être évacué et retourner dans un sanatorium à Paris.

livre de poésie de Paul Eluard

Gala, une muse passagère

Au cours de son premier séjour dans le sanatorium, Paul Éluard avait connu une autre malade de tuberculose dont il était tombé amoureux. Il s’agissait d’une jeune fille russe qui s’appelait Elena Ivanovna Diakonova, mais qui a ensuite été connue sous le pseudonyme de Gala. La guerre les a séparés, puis ils se sont retrouvés à Paris en 1917 et se sont mariés.

La plus grande qualité de Gala n’était pas la fidélité. Ceci était très évident, dès le début de leur histoire. Elle a en effet rencontré le peintre allemand Max Ernst et a été enceinte de lui. Paul Éluard ne s’est pas opposé à cette relation: on ignore si cela était dû à une grande ouverture d’esprit ou à un amour désespéré. En fait, les trois ont même fini par vivre ensemble dans la périphérie de Paris.

Un peu plus tard, pendant des vacances, Gala a rencontré celui qui allait devenir le grand amour de sa vie: Salvador Dalí. Ceci a mis fin à son mariage avec Paul Éluard en 1929. Ce dernier est alors tombé dans une profonde dépression. Après cet épisode, le poète est parti faire un tour du monde, comme un voyageur errant. Quelques-uns de ses plus beaux poèmes sont nés de ces pérégrinations.

cahier de Paul Eluard

Un homme résilient

Paul Éluard s’est remarié à deux reprises. La première fois, avec une femme qu’il appelait « Nusch » et qui était modèle pour Picasso. Leur mariage a eu lieu en 1934 mais son épouse a fini par décéder en 1951. Il s’est ensuite marié avec Dominique, son dernier amour, un an avant sa propre mort.

Paul Éluard était devenu le poète de la liberté. Même s’il ne voulait pas être un poète militant au sens strict du terme, il souhaitait exprimer son désir de liberté et de justice dans ses vers. Il était fermement opposé à la guerre. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il a collaboré avec la résistance française.

Ses poèmes contre la guerre sont des œuvres magistrales, tout comme ses poèmes d’amour. Le plus remarquable chez ce merveilleux poète, selon les experts, était sa capacité à exprimer la contradiction des sentiments avec un profond équilibre et une très grande beauté. Il est entré dans l’Histoire en tant que l’un des grands maîtres de la poésie lyrique française.

 

  • Nadeau, M., & Riviere, M. P. (1972). Historia del surrealismo (p. 137). Barcelona: Ariel.