Les parents qui frappent leurs enfants

10 décembre 2015 dans Psychologie 3 Partagés

Bien qu’il y en ait a de moins en moins, certains parents soumettent encore leurs enfants à des châtiments corporels pour se faire obéir.

Cela abouti parfois à la mort de nourrissons dans les mains de leurs parents, qui, sous l’influence de la colère, évacuent leur force physique sur la personne qu’ils ont la responsabilité de protéger.

A cet enfant, ce qui lui manque c’est une bonne fessée!

Dans différents pays, on a légiféré pour protéger les enfants et les adolescents. Malgré la protection dans ce domaine, la maltraitance des enfants est difficile à éradiquer.

Le silence agit comme un complice, car dans de nombreux endroits, on pense que la façon d’éduquer un enfant est un domaine qui appartient complètement aux parents, quelle que soit la méthode.

D’une part, certaines personnes croient, à tort, que l’abus est constitué exclusivement de châtiments corporels. Nous parlons également de violence quand il y a une négligence au moment de satisfaire les besoins des enfants: l’alimentation, le repos, les loisirs, l’affection, la sécurité, le soutien psychologique ou les soins en cas de maladie.

De plus, la maltraitance est le rejet affectif exprimé en cris, insultes, menaces et humiliations. Le fait de ne pas leur permettre de se regrouper ou de se lier d’amitié avec d’autres enfants, revient à les isoler socialement. Cela empêche le libre développement de leurs compétences sociales.

Certains parents ne permettent pas que leurs enfants rentrent à la maison pendant la journée, après l’école, parce qu’ils ne tolèrent pas la responsabilité de devoir préparer les repas, et de fournir des vêtements ainsi qu’une maison propre. Dans ce cadre, il est typique de trouver des parents alcooliques ou toxicomanes.

La maltraitance est souvent si subtile qu’elle peut se produire, par exemple, avec la comparaison entre frères et sœurs ou avec d’autres enfants.

Souvent, cette comparaison ne permet pas que l’enfant développe un sentiment d’appartenance à la famille, elle augmente la faible estime chez l’enfant et conduit à son renfermement ou augmente ses désirs d’échapper à la réalité.

Les enseignants peuvent jouer un rôle important quant à l’observation et l’identification des changements dans le comportement de leurs élèves.

Ceci est dû au fait qu’un comportement perturbateur ou agressif chez un garçon ou une fille, est souvent le résultat de mauvais traitements qu’il /elle a reçu de la part d’un adulte.

Parmi les comportements qui peuvent permettre d’identifier la maltraitance chez les enfants, on retrouve:

• Les crises de colère: les portes détruites, un comportement agressif envers ses compagnons
• La peur de l’un de ses parents
• La peur de l’eau et de sortir à l’extérieur. Tout comportement anormal qui persiste dans le temps peut être une cause d’alerte.
• L’insomnie, l’émergence de comportements infantiles qui ont déjà été dépassés tels que faire pipi au lit, les cauchemars, la perte d’appétit, l’isolement, des jeux solitaires ou agressifs, etc.
• Des marques, des cicatrices au niveau du lobe d’oreille et des ecchymoses de cause « inconnue » apparaissent sur le corps.

Ainsi, il est regrettable d’entendre parfois dans la bouche de la mère:

Tu ne m’apportes seulement des problèmes!
Ils ne vont pas vouloir de toi, même pas en cadeau!

Il est très difficile de cacher la maltraitance des enfants, car ils sont généralement des livres ouverts

Même si il n’y a pas de séquelles physiques sur les enfants, il est probable qu’il y ait des séquelles psychologiques de la maltraitance qu’ils ont reçue.

Un enfant qui grandit avec des mauvais traitements, va probablement générer une faible estime de soi, il vivra avec la peur, il aura une perception du monde comme d’un endroit hostile, il lui sera très difficile de faire confiance aux personnes et il n’est pas étonnant qu’il reproduise cette maltraitance sur ses propres enfants.

Chaque enfant a le droit à une vie exempte de violence, dans un environnement sécurisé. Même si les enfants ont besoin de limites pour vivre en société, la maltraitance ne se justifie pas ces limites. Les séquelles cachées se révéleront probablement plus tard.

Pourquoi certains parents maltraitent ceux qu’ils devraient protéger?

Souvent, les enfants maltraités d’hier sont les maltraitants d’aujourd’hui.

Nous devons considérer le fait que la plupart des parents qui maltraitent ou bâtent leur enfant, ne le font pas volontairement, car ils se sentent souvent mal après l’avoir fait.

Ainsi, quand ils agressent leur enfant, ils s’agressent également eux-mêmes car ils ne savent pas comment procéder ou ils croient qu’il n’existe pas d’autres moyens.

Celui qui maltraite, utilise souvent la violence pour imposer le respect face à son faible pouvoir, afin de fixer des limites sur le comportement des enfants.

Cet adulte oublie qu’il traite un enfant. Il espère que celui-ci pense et agisse comme un adulte de 20 ou 30 ans, mais il est incapable de prendre la place de l’enfant, qui ne comprend pas la raison des coups.

Une exigence excessive entraîne souvent une incapacité pour les enfants à répondre aux attentes de l’adulte. Les espoirs inassouvis qui mènent à la déception et à la frustration, se canalisent par la maltraitance des enfants.

D’autre part, certains parents alcooliques, toxicomanes ou joueurs voient leurs enfants comme un fardeau, pour assouvir leur dépendance.

Dans ces cas, la maltraitance prend souvent la forme de négligence des besoins, puisque les parents consacrent les ressources qui devraient être utilisées pour répondre aux besoins des enfants, à l’assouvissement de leur propre dépendance.

Finalement, nous devons prendre conscience du fait que, même si dans l’éducation les parents doivent avoir un rôle prépondérant, la société a la responsabilité de veiller à ce que cette éducation soit toujours donnée dans le cadre du respect du droit des enfants.

A découvrir aussi