Parents divorcés, comment le vivent les enfants selon leur âge ?

· 15 septembre 2017

Beaucoup de parents pensent que la séparation n’affecte personne d’autre qu’eux. Or, ce n’est pas vrai quand il y a des enfants. Même si on ne fait pas attention à eux, les plus petits souffrent du divorce, des disputes, des malentendus et de tout ce que peut entraîner une rupture. Avoir des parents divorcés peut être une situation que beaucoup d’enfants ne savent pas gérer tout seuls. Par ailleurs, il est aussi commun qu’ils aient beaucoup de doutes et qu’ils aient besoin que quelqu’un de patient et de compréhensif leur explique.

Ce n’est pas un hasard si beaucoup d’enfants qui ont des parents divorcés finissent par avoir des problèmes à l’école, commencent à flirter avec l’alcool et la drogue à un âge précoce ou mettent un terme aux canaux de communication qui les connectent à leur famille. Les enfants souffrent autant que les parents, voire plus. Tout simplement parce qu’ils voient que l’une des premières relations qu’ils ont comme point de référence échoue complètement.


60% des enfants de parents divorcés ont besoin de se soumettre à un certain traitement psychologique.


Les conséquences d’un divorce dépendent de l’âge

Les choses seront différentes si un enfant a 2 ou 6 ans au moment de la séparation. Les circonstances changent et le niveau de maturité est aussi très différent. Par conséquent, en fonction de l’âge de l’enfant, ce dernier sera plus ou moins affecté par le divorce de ses parents. Il s’agit d’une donnée à prendre en compte car tout ce qui les affecte dans ces moments de leur vie les marquera au cours des années suivantes.

Un enfant qui n’a pas encore 2 ans ne comprend pas ce qu’est un divorce et encore moins les conséquences que ce dernier aura. Mais, malgré cela, il sait que quelque chose ne va pas, ou du moins que quelque chose a changé, qu’il y a désormais des variations dans l’état émotionnel de ses parents. Il se rend également compte de leur absence. Cette absence, très souvent, se traduit par un sentiment d’abandon ; en fonction de l’environnement, si on ne transmet pas suffisamment de sécurité à l’enfant, les conséquences psychologiques peuvent être importantes.

deux enfants avec leur père divorcé

Un enfant qui aurait entre 2 et 3 ans se trouve à une étape très délicate, en plein développement. Si la séparation a un grand impact sur le petit, la conséquence peut être un retard important dans son développement : un retard au moment d’acquérir certaines facultés psychomotrice, des difficultés à apprendre le langage et des problèmes avec le contrôle du sphincter. Un enfant de cet âge ne comprend pas non plus ce qu’implique un divorce, il sait juste qu’il veut que ses parents restent ensemble, et cela se transforme en rêve pour lui.

Si l’enfant a entre 3 et 5 ans, il sait – ou, du moins, devine – ce qu’est un divorce et ce qu’il implique, et c’est pour cela qu’il posera beaucoup de questions. Le problème apparaît quand, avec son envie de trouver des réponses, il fait face à des mensonges, des choses qui ne collent pas et qui, par conséquent, vont accentuer la sensation que le monde s’est transformé en un endroit peu sûr. Parmi les peurs qui peuvent s’accentuer, on retrouve la peur d’être seul ou qu’un de ses parents l’abandonne. Il peut donc se montrer très possessif avec l’un des deux (ou les deux).


Les enfants peuvent réagir avec rage, tristesse ou colère face à la possibilité d’un divorce, faisant ainsi comprendre que ce dernier les affecte aussi.


Un enfant qui aurait entre 6 et 12 ans est beaucoup plus empathique et peut même réussir à se mettre à la place de ses parents, même s’il n’est pas rare de le voir nourrir l’espoir qu’ils se remettent ensemble. Les adultes ne le font pas souvent, mais pourquoi les enfants ne le feraient-ils pas ?

enfant entre ses parents divorcés

Cependant, il faut faire attention, car une déception à ce niveau – comprendre que cela n’arrivera pas – peut avoir un grand impact émotionnel sur eux, beaucoup plus grand que celui causé par la séparation. Il y a une différence entre croire qu’une situation est transitoire et penser qu’elle est permanente : les adaptations à faire seront peut-être les mêmes, mais l’impact émotionnel sera complètement différent.

Ainsi, nous devons nous dire qu’un enfant de cet âge, même en étant très mature, est très loin d’avoir fini son développement émotionnel. Il y a certains processus qu’il ne comprendra pas, comme le fait que deux personnes qui s’aiment aient décidé de ne plus vivre ensemble. Cette sensation de vivre dans un monde régi par des règles complexes qui lui échappent peut devenir asphyxiante.

Dans cette tranche d’âge, l’enfant peut développer deux « stratégies d’affrontement » (entre autres) : il peut « désapprendre » des choses qu’il avait acquises sur le plan émotionnel ou peut se montrer fort tout en camouflant une douleur et une peur très profondes. Dans le second cas, il apprend à ne pas exprimer ses sentiments, et cela l’affectera dans sa vie d’adulte.

Les parents divorcés et la communication avec leurs enfants

Comme nous l’avons vu, une séparation provoque des effets différents en fonction de l’âge de l’enfant. Ainsi, même si nous sommes détruit-e-s et même si c’est une chose dont nous n’avons pas forcément envie, nous devons toujours prêter attention aux doutes et aux préoccupations des plus petits, communiquer avec eux et leur faire savoir que, malgré les transformations qui s’opèrent autour d’eux, nous les aimerons toujours. Il faut bien leur dire qu’ils pourront toujours compter sur nous.

Par ailleurs, il faut aussi se dire que l’enfant peut culpabiliser à cause de cette séparation. Il peut considérer que son comportement a poussé ses parents à vouloir se séparer. Les parents doivent alors parler avec lui et lui faire comprendre qu’il n’est responsable de rien, et encore moins coupable de cette situation.

famille déchirée

Essayons donc d’être clair-e-s avec le petit. Il est inutile de dissimuler ce qu’il se passe en se disant qu’il ne comprendra pas la situation. Les enfants comprennent plus de choses que nous le pensons (surtout nous, les parents) et ont besoin de savoir ce qu’il s’est passé. Par conséquent, être clair-e-s, direct-e-s, ne pas mentir et adapter notre discours en fonction de leur âge est très important pour qu’ils se sentent aimés.


Beaucoup de parents divorcés essayent de monter leur enfant contre l’autre parent, et c’est une chose profondément douloureuse.


Beaucoup de couples se concentrent sur eux-mêmes, en négligeant les émotions que peuvent ressentir leurs enfants. Cela les mène à se sentir abandonnés et peu aimés. Cependant, nous ne pouvons pas ne pas leur parler d’une chose aussi importante. Car même si nous ne le voyons pas, une blessure peut s’ouvrir et, si nous ne la soignons pas, elle s’élargira au fil des ans.