Paracelse, biographie d’un alchimiste et rêveur

18 juillet 2019
L'importance historique de Paracelse est si grande qu'un astéroïde et un cratère lunaire portent son nom. Sa vie et son oeuvre ont inspiré de grands poètes comme Goethe et Borges. Il est considéré comme le père de la toxicologie moderne.

Nous le connaissons sous le nom de Paracelse, mais son vrai nom était Phillippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim. Il fut l’une des figures les plus intéressantes de l’histoire de la médecine et de la science en général. Considéré par certains comme un peu fou, visionnaire et certainement très imaginatif.

S’il y avait une chose que Paracelse avait, c’était de l’ambition intellectuelle. Il était un chercheur passionné de la pierre philosophale, une substance inconnue qui aurait permis de transmuter le plomb en or. Il voulait aussi trouver l’élixir de la jeunesse éternelle et a travaillé dur pour cela.

Au milieu de ses aventures fantastiques, Paracelse est devenu un chercheur extraordinaire. Il est considéré comme le père de la toxicologie et de la pharmacologie. C’était une sorte d’hybride entre magicien et scientifique. Tout comme il était en avance sur son temps, il soutenait aussi passionnément ses croyances mythiques et mystiques.

tête colorée de profil

Les débuts d’un génie

Paracelse est né en 1493, dans une région proche de l’actuelle Zurich (Suisse). Plusieurs membres de sa famille étaient médecins, dont son père, ce qui a eu une influence importante sur son intérêt pour cette discipline.

Durant sa jeunesse, il a travaillé comme analyste dans les mines. Cela lui a donné d’importantes connaissances sur les minéraux, qui seront décisives dans son travail. A l’âge de 16 ans, il entre à l’Université de Bâle et obtient ensuite un doctorat à l’Université de Ferrare.

Bien qu’il se soit impliqué dans la vie académique, Paracelse était convaincu que la médecine ne pouvait être enseignée dans une institution. Il a également été très critique, dès le début, à l’égard de la médecine officielle de son époque. Il a interrogé Hippocrate, Avicenne et Galien. Cela lui a permis d’être vu avec appréhension par ses collègues.

Paracelse, un expérimentateur

Très tôt, Paracelse a choisi d’expérimenter seul et d’avoir un traitement direct avec les malades. Cela a conduit à une mauvaise réputation parmi les médecins. Son apparence physique a également été critiquée. Il a provoqué le rejet parce qu’il était petit, chauve et obèse. C’est peut-être pour cette raison que ce génie a toujours préféré la compagnie des plus démunis.

Ses expériences et les méthodes novatrices qu’il a commencé à appliquer avec succès ont généré des mythes et des légendes autour de lui. On disait qu’il avait une alliance avec le diable. Il était populairement connu comme « le médecin maudit ». Il a été accusé de magie et de sorcellerie, alors qu’en réalité, il était un homme croyant profondément en Dieu.

Cette tension avec ses collègues et d’autres autorités l’a conduit à devenir un homme errant. Il arrivait dans un endroit et il ne tardait pas à avoir des conflits. Alors il repartait. En même temps que son étrange renommée, la nouvelle de son efficacité volait également.

L’alchimie et la chimie

Paracelse utilisait des minéraux et des produits chimiques pour traiter les maladies, quand cela ne se faisait pas encore. Cela lui a permis de traiter des patients qui, à l’époque, étaient incurables. Il y a des témoignages selon lesquels il a traité avec succès des cas d’épilepsie, de lèpre et de goutte. Il a été le premier médecin à décrire la syphilis et à proposer un traitement au mercure.

Ce grand chercheur est aussi l’inventeur du laudanum. C’était l’un des premiers analgésiques chimiques connus. Il a également étudié les poisons dans les moindres détails et a formulé une maxime qui est toujours d’actualité : « la dose fait le poison ».

Contrairement à ses contemporains, Paracelse était un médecin très proche de ses patients. Il croyait aussi que ses connaissances devaient être du domaine public. C’est pourquoi il a prononcé des discours au nom de la communauté, expliquant sa science dans un langage simple.

bouteille de poison

Une nouvelle approche de la médecine

Paracelse prétendait que la médecine avait quatre axes principaux. Il s’agit des sciences naturelles, de l’astronomie, de la chimie et de l’amour. Il pensait que les plantes et les minéraux ne guérissaient pas d’eux-mêmes, mais qu’ils avaient besoin de bonté et d’inspiration divine pour être vraiment efficaces.

Contrairement aux médecins de son temps, il était convaincu de la bonté de la chirurgie. A l’époque, les barbiers faisaient ce travail et seulement dans des circonstances très précises. De nombreux médecins, des siècles plus tard, ont été inspirés par ses méthodes.

Ils n’étaient pas tous ses ennemis. Parmi ses admirateurs, il ne comptait nul autre qu’Erasme de Rotterdam, dont il était un médecin personnel et ami. Un prince allemand lui a également donné sa protection. Il est mort à l’âge de 47 ans, tué par des voyous qui voulaient le voler. Ils perdirent leur temps : il avait déjà donné tous ses biens aux pauvres.

 

  • Santos, S. E. (2003). Paracelso el médico, Parecelso el alquimista. In Anales de la Real Sociedad española de química (No. 4, pp. 53-61). Real Sociedad Española de Química.