On n’écoute pas les autres pour ce qu’ils ont à nous dire, mais pour la réponse qu’on veut leur donner

· 16 juin 2016

Nous entendons, mais nous n’écoutons pas. Nous vivons dans une société où ce que nous disent les autres ne nous intéresse pas toujours, car la seule chose qui compte pour nous, c’est ce dont on est convaincu.

Ecouter, c’est adopter une attitude face à la vie, chose que l’on ne fait pas toujours.

Selon plusieurs études menées à bien par Daniel Goleman, les individus qui connaissent le succès professionnel sont généralement des personnes plus réceptives, et présentant une plus large gamme d’intérêts.

Ce sont des personnes qui disposent d’une capacité d’écoute et de proximité leur permettant de mieux contrôler les situations ainsi que leurs propres ressources.

 


Une personne qui sait écouter perçoit jusqu’au silence, jusqu’au geste le plus subtil des personnes en face d’elle, car parler est un besoin, mais écouter est un art que tout le monde ne maîtrise pas.


 

La communication n’est pas basée sur l’émission d’un message de la part de deux personnes ou plus. C’est quelque chose qui va plus loin, car la communication dépend aussi de notre personnalité, de notre Intelligence Emotionnelle, et de notre empathie. Nous vous invitons à réfléchir à cela. 

gentío

Les « bruits mentaux » limitent notre capacité d’écoute

On parle beaucoup, mais on n’écoute pas. Selon l’économiste et divulgateur Otto Sharmer, nous devrions favoriser une ouverture qui part directement de notre coeur.

Si la nature nous a donné des oreilles, ce n’est pas seulement pour que l’on puisse entendre, mais aussi pour que l’on puisse apprendre à écouter.

Or, si au quotidien, on n’y arrive pas, ou si on n’est pas assez efficace, c’est à cause l’interférence des « bruits mentaux » suivants :

  • On écoute avec le « pilote automatique » et avec des habitudes déjà apprises nous menant à vouloir que d’autres puissent nous convaincre de choses que, bien sûr, on connaît déjà.
  • On est centré sur nous-même et sur le « ça, je le sais déjà »
  • Généralement, on limite notre capacité d’écoute à ce qui confirme nos croyances.

Si la loi basique des relations humaines est notre capacité d’interconnexion, on devrait laisser de côté cette individualité et ce brouhaha de l’individualisme, basé sur le cercle autour du « je », pour permettre une ouverture adéquate à notre environnement.

Lisez la suite de cet article et vous découvrirez comment y arriver.

mujeres-hablando

Ecouter avec le coeur, c’est tout un art

Wilbur Schramm, notable expert dans les modèles de communication, nous explique qu’au moment d’établir un dialogue, l’important, ce n’est pas le message en lui-même, mais l’état émotionnel des interlocuteurs.

Cela pourrait se résumer à quelque chose comme « je réponds en fonction de ce que je ressens, pas en fonction de ce que j’écoute ».

Notre esprit nous parle à toutes heures : s’entremêlent le brouhaha du passé, les désirs insatisfaits, les peurs, les attitudes limitantes, les croyances de fer, les inquiétudes et les émotions.

Parfois, il est presque impossible de se défaire de tout cela pour se connecter à ceux que l’on a en face de nous.

Si votre esprit vous attrape à toutes heures avec son bruit, comment croyez-vous que vous serez capable d’écouter ?

diente-de-leon1

Faites taire votre esprit et « ralentissez »

Comme vous le savez déjà, le mouvement « slow » est à la mode. Ne le voyez pas comme un simple pamphlet, car c’est toute une philosophie à assumer puisque dans notre existence il y a quelque chose de plus que le besoin d’aller vite.

  • Envisagez la possibilité de ralentir un peu pour prendre le contrôle de ce qui vous enveloppe et ainsi libérer votre esprit pour apprécier le présent plus pleinement.
  • Déconnectez-vous chaque jour des bruits externes (téléphone, circulation routière, télévision) pour travailler sur votre bruit interne et faire le ménage.

Développez votre intuition

Qu’est-ce que l’intuition a à voir avec la capacité d’écoute ? Etre intuitif, c’est avoir la capacité de ne pas supposer des choses avant d’écouter, de savoir ouvrir son coeur et dégager son esprit, sans préjugés, sans convictions préalables.

  • Parfois, il suffit de regarder notre interlocuteur avec un sourire et un regard sincère pour lui montrer qu’on le comprend.
  • Pressentir les émotions des autres, c’est appliquer l’empathie à nos conversations, c’est offrir de la proximité et de la compréhension.
  • Savoir pressentir, c’est avoir la capacité de dire tout ce dont on a besoin au bon moment, pour ensuite, ne pas rester avec le « j’aurais dû lui dire, j’aurais dû lui dire oui, j’aurais dû lui dire non, j’aurais dû lui dire qu’on pouvait essayer de nouveau… »

Soyez réceptif à d’autres points de vue, permettez-vous de ressentir et d’apprendre

On parle trop et on n’écoute pas comme on le devrait ceux qui nous entourent, alors qu’en fait, leurs opinions et leurs expériences pourraient nous intéresser et nous enrichir.

  • On vit dans une société où on est plus intéressé par ce que publient nos amis sur les réseaux sociaux que par le fait de les voir en personne pour écouter ce qu’ils peuvent avoir à nous raconter.
  • Soyez réceptif à tout ce qui vous entoure, ouvrez votre esprit et permettez-vous d’être plus libre, plus curieux. Parfois, une simple conversation peut engendrer une révélation, un changement personnel. Osez essayer.

 


Savoir écouter, c’est considérer l’autre personne comme une part de nous, sans barrières, embrassant son existence de façon empathique, libre et sincère…


pareja-pensando-en-el-amor