Obsessions esthétiques : « mon nez n'est pas joli »

La souffrance apparaît lorsque le reflet du miroir ne ressemble pas à ce qu'on observe quotidiennement sur les réseaux sociaux,. Les obsessions esthétiques sont le produit d'une société qui transforma l'idéal de beauté en germe de frustration.

Rédigé et vérifié par le psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 09 janvier, 2022

Les obsessions esthétiques parasitent notre esprit et notre mode de vie. Nous ne nous sentons pas satisfaits de notre corps, de ces traits, de cette image et de ces proportions qui viennent d’usine et de la génétique. Nous aspirons à manipuler ce que nous avons pour ressembler à ce que nous voyons.

Réseaux sociaux, publicité, cinéma, télévision… Le bombardement médiatique est si féroce que l’insatisfaction corporelle prit la forme d’une inquiétude chronique.

S’il y a quelque chose que l’on voit de plus en plus chez les adolescents et préadolescents, c’est le rejet de leur propre corps. Du jour au lendemain, ils commencent à s’analyser en détail : le désespoir naît devant le miroir. Ils veulent des sourcils plus proportionnés, des cils plus longs, un nez plus petit, des cheveux différents et, bien sûr, moins de volume au niveau du ventre, des hanches, des jambes…

Le corps devient une prison . Et ce qui est piégé à l’intérieur est un cerveau qui souffre et déforme complètement son propre être. Des milliers de vies sont tronquées quotidiennement par ces obsessions, par cette fixation sur l’extérieur, dans cette coquille qui est publiquement jugée, qui est valorisée par les likes et qui pour beaucoup signifie joie ou vivre dans un véritable enfer.

“La culture corporelle favorise un désir irrationnel de corriger les défauts auto-perçus.”

-Enrique Rojas-

Quelles sont les obsessions esthétiques ?

Les obsessions esthétiques sont les fixations de l’être humain envers certains canons de la beauté. Nous sommes devenus des consommateurs, voire des addicts, de certaines images et idéaux complètement déconnectés de la réalité.

Le beau se crée à travers des filtres. Et, quand ce ne sont pas des filtres, ce sont des corps qui passèrent par une salle d’opération ou des heures au gymnase ou une alimentation douteuse.

Les beaux corps que beaucoup désirent ne sont que de simples produits médiatiques. Une grande partie de la population jeune a été emprisonnée par ce type d’obsession esthétique. Mais le sujet n’est pas nouveau, on le sait.

Cette question revient néanmoins sur le devant de la scène la suite de la polémique produite par une publication dans le Wall Street Journal. Facebook semble connaître l’impact qu’Instagram aurait sur les adolescents. Dans cet univers numérique où l’image prime, plus de 40 % de ses plus jeunes utilisateurs déclarent se sentir de plus en plus insécures avec leur corps. Et c’était quelque chose que Mark Zuckerberg savait à l’avance.

Cette idée s’inscrit dans la lignée de l’étude publiée en 2018 par l’Université du Kentucky. Elle insistait sur le fait que les réseaux sociaux façonnaient une génération de plus en plus précaire, avec une faible estime de soi et un schéma corporel de plus en plus insatisfait.

Mon nez n’est pas joli et j’ai plusieurs kilos en trop !

Il y a un demi-siècle, les personnes qui allaient chez le psychologue le faisaient pour des problèmes d’identité, des problèmes conjugaux ou des traumatismes de l’enfance. Aujourd’hui, le manque d’estime de soi est la grande “maladie” du 21ème siècle. On pourrait dire qu’elle est à l’origine d’une bonne partie des problèmes, des soucis, des malheurs et des conditions psychologiques.

De même, il convient de noter que les troubles de l’alimentation se sont considérablement aggravés. Les filles d’à peine 13 ans sont obsédées par la perte de poids, le reflet de cet idéal de beauté qu’elles ont en tête.

Les obsessions esthétiques les conduisent à la boulimie ou à l’anorexie ou, plus encore, à un certain âge, elles rêveront de rhinoplastie, d’augmentation mammaire, de liposuccion, etc.

Lorsque ce que voient les jeunes femmes dans le miroir ne correspond pas à ce qu’elles voient sur les réseaux sociaux, la souffrance et le rejet du corps lui-même apparaissent. À ce moment-là, un comportement clairement dangereux et pathologique peut apparaitre dans cette recherche tant attendue de la perfection esthétique.

La maladie de la beauté et les obsessions esthétiques

Maladie de la beauté: Comment l’obsession de notre culture pour l’apparence physique blesse nos filles est peut-être l’un des titres les plus intéressants sur le sujet. Son auteur, Renee Engeln, psychologue et professeur à la Northwestern University, aux États-Unis, affirme que l’obsession de la beauté est devenue une sorte de maladie sociale.

Quelque chose que cet auteur affirme à la suite de multiples enquêtes sur ce sujet, est que peu importe le niveau d’éducation d’une personne, peu importe son travail, son éducation ou le tournage de sa vie. Au plus profond de nous-mêmes, nous continuons à nous sentir insécure avec notre propre image.

Notre culture inocule ce besoin constant de se scruter, d’analyser ce qui peut être « mal » en soi. Le nez? Les cheveux? Bras flasques ? Trop de ventre ? De petites jambes galbées ? Peau trop pâle ? Les obsessions esthétiques nous mettent sur le pied de guerre contre nous-mêmes car nous avons intériorisé des modèles impossibles de beauté.

Reformuler nos discours esthétiques pour mieux vivre

Les obsessions esthétiques nous font perdre de l’énergie émotionnelle, du potentiel humain et du bien-être physique et psychologique. Cette déformation du beau et de l’acceptable entraîne des souffrances imméritées pour une bonne partie de la population. Surtout des plus jeunes.

Dénigrer et rejeter son propre corps, c’est se rejeter soi-même. Se bannir en tant que personnes.

Il est temps de reformuler tous ces discours internes que nous avons construits autour d’obsessions esthétiques. Il faut gérer les idées pathologiques pour les rediriger vers des zones plus saines. Car se laisser emporter par ces filtres dans lesquels seuls certains corps sont valables et pas tous conduit l’être humain à la phobie, à l’anxiété, au labyrinthe des troubles mentaux à fort impact.

Cet art psychologique dans lequel reformuler les récits et renforcer le muscle de l’estime de soi prend du temps. Par conséquent, il est nécessaire de commencer dès que possible cette rééducation pour rappeler aux nouvelles générations qu’elles sont parfaites telles qu’elles sont.

Chaque corps est beau seule pour exister, pour le simple fait de contenir une vie, une grande personnalité et un potentiel précieux en tant qu’être humain.

Cela pourrait vous intéresser …

This might interest you...
Lisez-le dans Nos Pensées
Quelle relation avez-vous avec votre corps?

Lorsque vous avez une bonne relation avec votre corps, vous détectez facilement les facteurs qui altèrent l'équilibre de votre organisme.



  • Rajanala S, Maymone MBC, Vashi NA. Selfies-Living in the Era of Filtered Photographs. JAMA Facial Plast Surg. 2018 Dec 1;20(6):443-444. doi: 10.1001/jamafacial.2018.0486. PMID: 30073294.
  • Salomon I, Brown CS. The Selfie Generation: Examining the Relationship Between Social Media Use and Early Adolescent Body Image. The Journal of Early Adolescence. 2019;39(4):539-560. doi:10.1177/0272431618770809
  • Engeln, Renee (2018) Enfermas de belleza: Cómo la obsesión de nuestra cultura por el aspecto físico daña a nuestras chicas. Harper Collins
  • Johnson, S., & Engeln, R. (2020). Gender Discrepancies in Perceptions of the Bodies of Female Fashion Models. Sex Roles84, 299-311.
  • Engeln, R., & Imundo, M. N. (2020). I (don’t) love my body: Counter-intuitive effects of body-affirming statements on college women. Journal of Social and Clinical Psychology39, 617-639.