Nightcrawler, un film sur la liberté et ses limites

Lou Bloom est un arnaqueur qui rêve de créer une entreprise prospère. Un jour, par hasard, il en trouve une, mais il devra faire l'impasse sur de nombreux principes éthiques. Nightcrawler est une histoire troublante qui traite du débat sur les limites de la liberté civique.
Nightcrawler, un film sur la liberté et ses limites
Cristina Roda Rivera

Written and verified by Psychologue Cristina Roda Rivera.

Last update: 18 février, 2023

Nightcrawler parle d’un droit fondamental de l’être humain qui ne doit pas être mêlé à des concepts vides de sens. La liberté ne va pas de pair avec la frivolité, mais avec la responsabilité individuelle et sociale. Il appartient à chacun d’être vigilant pour que les droits fondamentaux ne soient pas bafoués, sachant qu’être libre, c’est parfois se contrôler, pour pouvoir ensuite faire de meilleurs choix.

Cela dit, nous comprenons la liberté comme un droit fondamental de l’être humain reposant sur sa capacité naturelle à penser et à agir selon sa propre volonté et pour lequel il est responsable de ses actes. La liberté peut se référer à la faculté et au droit de professer n’importe quelle religion. De s’exprimer, de défendre et de propager ses propres opinions et de suivre telle ou telle tendance sexuelle sans autre limitation que le respect de la liberté d’autrui.

Nightcrawler : un thriller prenant

En analysant Nightcrawler, nous évaluons les limites entre le pouvoir des institutions et l’exercice de la liberté des individus qui la composent. Il est intéressant d’analyser comment une pratique illimitée par des individus ou des institutions peut avoir des conséquences très négatives pour la société dans son ensemble.

Le thriller Nightcrawler de Dan Gilroy parle d’un homme solitaire, Lou Bloom, qui veut de l’argent et du pouvoir. Son quotidien consiste à errer la nuit pour ramasser des bricoles et commettre divers vols.

Alors que Lou conduit sur une autoroute, il est témoin d’un accident de la circulation. Apparaissent une ambulance ainsi qu’une équipe de caméra décrivant la scène. Lorsqu’ils finissent de tourner, ils racontent à quel point il est facile d’obtenir une commission pour le tournage de la scène la plus morbide. C’est alors que Lou Bloom, un brin insensible mais tout aussi asocial que Travis Bickle (Taxi Driver), y voit son opportunité en or grandir et de devenir l’entrepreneur dont il rêva toujours.

Il devient alors un vidéaste amateur qui utilise son œil et son courage pour créer une petite entreprise prospère, trompant, manipulant et exploitant tous ceux qui se dressent sur son chemin.

Nightcrawler est un film sur la façon dont les sociopathes sont capables de franchir de nombreuses lignes lorsque leurs intérêts sont en jeu. C’est une satire médiatique dans le style de Network et To Die For portant le slogan “si ça saigne, ça gagne”.

La liberté, c’est ça ?

Les systèmes démocratiques garantissent certaines libertés individuelles, telles que la liberté d’expression et d’information. Cependant, chaque liberté s’accompagne d’une responsabilité. Nightcrawler propose une réflexion sur les conséquences de l’utilisation perverse des médias, du fait que certains sont capables de les exploiter pour leur profit.

L’histoire d’un sociopathe auquel la grande consommation télévisuelle donne légitimité

Le mot anglais nightcrawler désigne la personne qui développe une grande partie de son activité professionnelle la nuit. Ce terme définit parfaitement le jeune Lou. Bloom est un homme apparemment courtois, au charme superficiel et sur-adapté aux différentes situations sociales qui se présentent. Lou est un produit de la société capitaliste la plus extrême d’aujourd’hui. Un modèle socio-économique qui favorise en quelque sorte son comportement sociopathe.

Bien qu’il n’ait pas reçu une éducation conventionnelle, il absorba toutes sortes de préceptes pseudo-philosophiques et de techniques d’entraide qui l’exhortent à entreprendre et à persévérer à tout prix jusqu’à ce qu’il réussisse.

Cependant, ce qui rend Lou redoutable et dangereux n’est pas son comportement indiscipliné et incontrôlé. Il s’agit plutôt du fait que son succès professionnel renforce sa personnalité. Flattant ses pairs et poussant ses techniques de tournage morbides à la limite, Lou passe d’un oiseau de nuit pathétique à un homme d’affaires prospère.

Le film est une histoire inspirante pour les personnes qui cherchent à devenir milliardaires et pionnières dans le divertissement ou d’autres industries.

Combien de Lou Bloom avons-nous sur nos écrans ?

Bien que tout ce qui se passe dans Nightcrawler nous horrifie, le film se limite à nous parler de la passivité et de la parcimonie du travail derrière les caméras face aux nouvelles d’accidents et de meurtres.

On voit comment le journaliste moins sensationnaliste et avec un soupçon de pudeur personnelle verse automatiquement dans le sensationnel pour ne pas perdre la compétitivité de l’entreprise, entre images morbides, malveillantes et mensongères.

Cependant, chaque jour, en tant que public, nous consommons les nouvelles que Nightcrawler nous apporte le matin. Même sans nous réveiller, nous voyons des informations et des talk-shows sur des filles mortes ou des riches agressées par l’immigration prêts à tous nous tuer, donnant constamment des données et des images morbides et sensationnelles.

Avec des femmes vêtues pour des cocktails et des hommes en costume, on voit comment s’établit la doctrine morale, la fausse indignation et la frivolité la plus absolue lorsqu’il s’agit de traiter de toutes sortes de sujets. Vous pourriez passer des années à consommer ce type de contenu et ne pas apprendre un fait important ou significatif pour vos vies.

Outre la création de la peur et le traitement superficiel de l’actualité, les programmes créent un cercle de contenus sensationnalistes qui touche les personnes les plus vulnérables : personnes âgées ayant peur, groupes d’étrangers criminalisés, etc. Des drames et des tragédies personnelles que l’on exploite, presse et élimine à la convenance des données d’audience.

Nightcrawler

Nightcrawler et la détérioration des médias traditionnels

La prolifération des antennes et des moniteurs entraîna une augmentation des sociétés de production de contenus et d’images. Tous essaient de nourrir ce signal que les consommateurs exigent pour rester actifs jour et nuit. Dans leur conception originelle, les médias doivent informer les citoyens couverts par un droit fondamental, celui de la liberté d’expression. Pourtant, dans le film, on assiste à la perversion de ce droit. Tout vaut pour conquérir des téléspectateurs assoiffés de réalités extraordinaires, intimes et cruelles.

Le directeur de l’information Nina, à qui Lou vend son matériel, illustre ce qui se cache derrière au moins une partie de la télévision actuelle et la ligne éditoriale d’autres médias qui partagent du contenu via d’autres canaux.

La principale priorité est simplement de devenir des entreprises rentables, soutenues par les données d’audience qui leur permettent de survivre dans un contexte de concurrence féroce. En fait, Nina applique une directive dévastatrice, ” la meilleure façon que je puisse penser pour que vous saisissiez l’essentiel de ce que nous diffusons est d’imaginer notre journal télévisé avec une femme courant avec le cou tranché.” Plus l’alarme sociale autour de la criminalité dans la ville est grande, plus le public s’intéresse à ce type d’information.

Alors pour encourager (voire provoquer artificiellement) une telle alarme, Nina a besoin de proposer des images graphiques et explicites. Protégées par la liberté de la presse et le droit à l’information, Nina et Lou commencent à collaborer presque exclusivement pour révéler les aspects les plus violents de la ville et maintenir la population accrochée à leur réseau.

Conclusion : Lou a un comportement sociopathe, mais passe pour un homme qui réussit

La séquence se termine par les mots de Lou à ses nouvelles recrues, “Je ne vous demanderai jamais de faire quelque chose que je ne ferais pas personnellement.” Le protagoniste est convaincu que la plupart des médias sont légitimes si le l’objectif est le succès de ces derniers. Alors, pourquoi rejeter une proposition qui rapportera de l’argent à tout le monde ? C’est là le véritable drame du film : dans ce système, personne n’est totalement exempt de « péché ».

La police ne peut s’occuper d’un individu qui se livre à un comportement manifestement préjudiciable, mais qui n’est pas criminalisé. A la fin du film, Lou regarde directement l’objectif de la caméra d’interrogatoire, comme il pourrait nous regarder, occupant le centre d’un cadre pratiquement vide, sachant qu’en réalité c’est lui et sa caméra qui sont aux commandes tant que il y a des spectateurs qui regardent de l’autre côté.

Cela pourrait vous intéresser …

It might interest you...
Top 10 des films inspirés de la psychanalyse
Nos Pensées
Read it in Nos Pensées
Top 10 des films inspirés de la psychanalyse

Si vous aimez la psychologie, ne manquez pas ces 10 films inspirés de la psychanalyse de que nous vous proposons.



  • Alcolea, F. R. (2004). Psicología y sociopatía según Michel Foucault. EduPsykhé: Revista de psicología y psicopedagogía3(1), 59-71.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.