Mort périnatale : la douleur de perdre un enfant pendant la grossesse

La mort périnatale, entendue comme la mort d'un enfant, est un fait qui, dans certains cas, peut être évité en contrôlant les facteurs de risque qui mettent en danger la grossesse. Dans cet article, nous en parlons.
Mort périnatale : la douleur de perdre un enfant pendant la grossesse

Dernière mise à jour : 29 septembre, 2021

Le désir de tout parent est que son enfant naisse en bonne santé et puisse avoir une vie pleine, mais parfois ce n’est pas possible. Les complications qui peuvent se produire tout au long du processus se terminent parfois par un résultat inattendu. La mort d’un enfant pendant la grossesse est ce qu’on appelle la mort périnatale.

Lorsque cela se produit, les parents doivent marcher sur un chemin de rétablissement émotionnel jusqu’à ce qu’ils restaurent les illusions futures, car c’est une expérience qui laisse une marque profonde sur l’âme. Bien que le souvenir de cette expérience soit toujours dans le cœur des parents, il y a la possibilité de sortir de la douleur et de construire de nouvelles possibilités.

“Seules les personnes capables d’aimer intensément peuvent souffrir d’une grande douleur, mais ce même besoin d’aimer sert à contrecarrer leur deuil et à les guérir.”
-Léo Tolstoï-

Effets de la mort périnatale.

Changements physiques de la mère et mort périnatale

La grossesse est un chemin de préparation physique et émotionnelle. Au cours de cette période, il a été prouvé qu’il y a des changements cérébraux dans le couple. Le corps se prépare à s’occuper et à répondre aux besoins de l’enfant. Selon une étude publiée en 2010, pendant la grossesse, la mère génère de nouvelles connexions neuronales dans des zones spécifiques du cerveau.

Parmi elles, l’hippocampe, une structure cérébrale qui régule les émotions. Il augmente également la production de certaines hormones telles que la prolactine, pour favoriser la production laitière. Et l’ocytocine, pour détendre le système parasympathique en réduisant l’anxiété de la mère et en favorisant les contractions pendant l’accouchement.

Différentes recherches ont cherché à déterminer comment le stress affecte la mère et le fœtus. En ce sens, il a été déterminé que le stress maternel pendant la période foetale peut conditionner le développement émotionnel et comportemental de l’enfant – même jusqu’au début de l’âge adulte.

Les événements stressants de la vie au cours du premier trimestre de la grossesse augmentent le risque de décès périnatal (Nepomnaschy et al., 2006) ou d’altérations congénitales (Left et Ximenez, 2019).

Un état d’anxiété prolongé pendant la grossesse provoque des changements physiques chez l’enfant, en particulier dans le circuit cérébral responsable du contrôle des réponses au stress.

Le stress maternel peut avoir des origines différentes. Déficiences psychosociales, complications détectées pendant la grossesse, maladies psychiatriques, inadaptations émotionnelles, etc., être capable de répondre au fœtus de manière adaptative ou, au contraire, de développer un certain type de vulnérabilité.

Compte tenu de ce qui précède, il est préférable que la mère, le principal portant de grossesse, se déplace dans un environnement dans lequel elle se sent soutenue et protégée. Un contexte sûr et structuré favorise le processus de gestation, agissant comme protecteur contre les complications physiques et psychologiques futures.

La grossesse affecte-t-elle la santé mentale maternelle ?

Contrairement à la communauté scientifique du siècle dernier, la maternité n’a aucun facteur protecteur sur la santé psychique des femmes, selon Izquierdo et Ximenez (2019). En fait, les preuves scientifiques les plus récentes soulignent que le processus de grossesse, et ce que la maternité implique, peuvent devenir un terreau fertile pour développer des inadaptations psychopathologiques. Être mère implique dès le début de forts changements physiques, cognitifs, émotionnels et sociaux.

Normalement, la maternité est présentée comme une expérience de bonheur et de plénitude absolus. Cette approche biaisée peut laisser très isolées les femmes qui ne vivent pas le processus de cette façon. La maternité est stressante à de nombreuses reprises, et ne montrer qu’un visage positif n’aide pas.

Selon la situation de chaque femme, le chemin peut être complexe. Le manque de soutien socioéconomique, la souffrance d’une maladie, la présentation de problèmes relationnels avec le couple. Ou l’expérience d’émotions d’insécurité, de culpabilité ou de tristesse, peuvent être quelques-unes des raisons qui obscurcissent la maternité.

Selon Navarro et ses collaborateurs (2008), les pathologies mentales les plus présentes chez les mères au stade périnatal sont les troubles affectifs, la dépression et les troubles anxieux.

À cet égard, le Conseil général de psychologie d’Espagne a récemment publié qu’une femme sur cinq souffre de troubles mentaux pendant la période périnatale. D’autre part, il y a un manque de soins psychologiques spécialisés dans le système public pour traiter et prévenir le développement de ces troubles. Il est donc impératif d’augmenter les investissements dans la santé mentale maternelle.

Impact psychologique de la mort périnatale

Parmi les multiples complications qui peuvent survenir pendant la grossesse, la mort périnatale en fait partie. Selon les statistiques, le taux de fausse couche augmente avec l’âge de la mère, étant inférieur de 15 % à 35 ans, 25 % entre 35 et 40 ans et plus de 50 % chez les femmes de plus de 40 ans.

Plus de 80 % des avortements se produisent avant 12 semaines et dans plus de 60 % des cas, c’est dû à des altérations des chromosomes embryonnaires. Le processus de deuil psychologique pour la mort périnatale est décrit par étapes :

  • Choc. Il se caractérise par la confusion et le découragement face à ce qui s’est passé. Le refus de perte est fréquent et les sentiments d’irréalité sont mitigés.
  • Tristesse. Des sentiments intenses de chagrin et d’anxiété sont mis en lumière. Une forte rage jaillit de l’intérieur, accompagnée de l’insécurité et de la douleur causées par la séparation.
  • Désorganisation. A ce stade, l’esprit est envahi par des pensées constantes sur la perte. Il y a une rumination désespérée, un manque d’espoir et la vision prend le dessus sur la personne.
  • Réorganisation et récupération. An ce moment, la reconstruction de la réalité commence par un nouveau sens de l’absence. La perte est intégrée émotionnellement et les sentiments sont apaisés. L’esprit s’ouvre à la projection vers l’avenir. Et bien que cela n’implique pas que la personne oublie, elle est capable de commencer une vie plus fonctionnelle.

“Pour certains moments de la vie, il n’y a pas de mots”
-David Seltzer-

Il convient d’ajouter qu’une fois le processus de deuil terminé, il est courant que “l’effet anniversaire” se produise, c’est-à-dire que l’aggravation émotionnelle transitoire coïncidait avec des dates spéciales. Telles que le jour où la perte s’est produite ou les dates estimées de la naissance du bébé.

Il est également important de noter que chaque personne vit son processus de deuil de manière unique et intime après un décès périnatal. La même réponse n’est pas attendue chez tous ceux qui souffrent d’expériences aussi douloureuses.

Chaque parent a besoin de son propre rythme pour faire face à la perte. Il n’y a pas de règles écrites sur le temps estimé pour surmonter la mort d’un enfant, de sorte que le processus de guérison émotionnelle prendra sa propre forme et de son propre chemin dans chacun d’eux.

“Le deuil nous met au défi d’aimer une fois de plus.”
Terry Tempest Williams

Tristesse de la mort périnatale.

La psychothérapie : la clé qui ouvre la porte à la récupération de la mort périnatale

Selon des preuves empiriques, l’absence d’approche psychologique lorsque la mère souffre d’une certaine difficulté peut avoir des conséquences négatives sur le développement physique et neurologique du bébé. Par exemple, un trouble dépressif chez la mère a été associé à des interruptions spontanées de grossesse, à une prématurité, à un faible poids, à des accouchements instrumentisés et / ou à des saignements.

Une fois le bébé né, la littérature identifie plusieurs conséquences. Mort subite, retard de croissance, aggravation physique, coliques, irritabilité. Déficit d’attention, troubles du comportement ou retard du langage, entre autres aspects.

Étant donné que la santé mentale de la mère a un impact direct sur le développement du fœtus, l’importance de l’intervention psychologique est incontestable. La psychothérapie peut aider à : surmonter le deuil causé par la perte d’un enfant, à faire face à la dépression post-partum ou pendant la grossesse, à traiter les troubles anxieux et le stress post-traumatique, à abandonner la consommation de substances et de drogues, à prévenir les complications pendant la grossesse, etc.

La thérapie fournit des stratégies psychologiques à la personne pour faire face à la souffrance. C’est aussi un canal de prévention important qui peut prévenir le développement de troubles mentaux périnatals. Identifier à l’avance les facteurs de risque et y donner suite. Mais surtout, la psychothérapie est la porte qui jette de l’espoir quand on croit qu’il n’y a pas d’autre issue.

“L’espoir est la vertu la plus indispensable et inhérente à la condition d’être vivant.”
-E. Erikson-

Cela pourrait vous intéresser ...
9 façons surprenantes pour les gens d’éviter leurs émotions
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
9 façons surprenantes pour les gens d’éviter leurs émotions

Les gens évitent leurs émotions de plusieurs manières et la plupart peuvent finir par être contre-productives. Analysons cela dans cet article.



  • Gaviria, S. (2006). Estrés prenatal, neurodesarrollo y psicopatología. Revista Colombiana de Psiquiatría, vol. XXXV (2) 210-224.
  • El Consejo General de la Psicología se suma a la celebración del Día de la Salud Mental Materna. (2019). Consejo General de la Psicología de España. Infocop Online.
  • Izquierdo, I. y Ximenez I. (2019). Introducción a la Psicología Perinatal. FOCAD. Consejo General de la Psicología de España. Trigésimo Novena edición abril-junio.