Mon partenaire n'arrête pas de jouer aux jeux vidéo : que puis-je faire ?

Que votre partenaire soit un "gamer" et aime passer du temps avec les jeux vidéo est normal. Le problème vient quand vous sentez qu'il vous néglige, qu'il vous ignore et que les heures que vous partagez ensemble sont consacrées à cette activité. Qu'est ce que tu peux faire?
Mon partenaire n'arrête pas de jouer aux jeux vidéo : que puis-je faire ?

Dernière mise à jour : 16 septembre, 2022

“Mon partenaire n’arrête pas de jouer aux jeux vidéo.” C’est une phrase que beaucoup de gens disent et qui cache souvent un problème plus grave qu’il n’y paraît au premier abord. Il est vrai que ces types de ressources (jeux vidéo) s’imposent comme des divertissements puissants et que dans certains cas, ils peuvent même apporter des bienfaits psychologiques.

De même, il y a un autre fait, il existe de nombreux couples dans lesquels les deux sont de vrais joueurs, c’est-à-dire passionnés de jeux vidéo et de consoles. Cependant, même dans ces circonstances, il y a toujours l’un des deux qui montre une prédilection plus intense pour passer du temps devant l’écran et avec quelques commandes en main. Discussions, divergences, reproches et même ultimatums.

La dynamique qui se produit au sein d’une relation lorsque quelqu’un passe la plupart de son temps dans une activité, négligeant l’être cher, fait des ravages. Ainsi, loin d’être le problème classique des couples millennials, c’est une réalité fréquemment appréciée et qui mérite d’être analysée.

Mon partenaire n’arrête pas de jouer aux jeux vidéo : que dois-je prendre en compte ?

S’il est vrai que lorsque quelqu’un exprime que son partenaire n’arrête pas de jouer à des jeux vidéo, nous visualisons instantanément un jeune homme avec une console, la vérité est que les femmes ont aussi cette même passion et intérêt.

Il y a un autre fait intéressant et c’est que le fait que quelqu’un se plaigne que son petit ami/petite amie ou son conjoint passe beaucoup de temps avec cette pratique n’est pas quelque chose qui est socialement perçu comme inquiétant.

Les gens ne manquent pas pour souligner que “ce serait pire s’il buvait de l’alcool” ou encore plus “au moins il est chez lui et pas ailleurs”. Ce ne sont pas des formules de réponse, ces expressions nuisent et n’aident pas. Ainsi, quelque chose que nous devons considérer, c’est que s’il y a quelque chose d’important dans une relation, c’est le temps qui est partagé en commun. Un moment de qualité et significatif, et non pas sur le même canapé où l’un d’eux est présent, mais absent.

Lorsque cette situation perdure dans le temps et qu’il n’y a pas de changement, la relation subit des fractures. Loin de minimiser l’impact que les jeux vidéo peuvent avoir sur une relation, c’est quelque chose qui demande plus d’intérêt et de compréhension. Examinons quelques faits dont nous devrions être conscients.

Comment vous sentez-vous lorsque votre partenaire passe trop de temps avec ce passe-temps ?

On peut passer un accord avec notre partenaire, comme consacrer un temps limité aux jeux vidéo pour que plus tard on puisse faire des choses ensemble : regarder une série, sortir dîner, parler…

Lorsque le même comportement se répète jour après jour et qu’il n’y a pas de changement, il est courant de vivre une série de réalités psycho-émotionnelles :

  • Vous vous sentez ignoré.
  • Vous vous demandez souvent s’il est plus important pour votre partenaire de passer du temps devant une console au lieu de faire sa vie avec vous.
  • Vous vous sentez mal apprécié et même mal aimé.
  • Vous attendez des modifications qui n’apparaissent pas.
  • Déception de voir que beaucoup de choses que vous avez prévues ne se réalisent pas : sortir dîner, aller au cinéma, regarder cette série que vous avez en attente…
  • Vous avez le sentiment que bien que votre partenaire soit à côté de vous sur le canapé, il vous a abandonné depuis longtemps.

Mon partenaire n’arrête pas de jouer aux jeux vidéo : et s’il souffre d’une addiction ?

Quand on parle de dépendances, il est courant de penser à des substances comme les drogues. Or, le besoin compulsif de jouer à des jeux vidéo fait partie de ce que l’on appelle les addictions comportementales. Et cela devient de plus en plus courant.

De plus, des études telles que celles menées à l’Université de Londres nous montrent que s’il est vrai que jusqu’à il y a longtemps on n’y accordait pas beaucoup d’attention, nous sommes confrontés à un problème de santé mentale d’une grave importance.

Ainsi, lorsqu’une personne nous fait remarquer que son partenaire n’arrête pas de jouer à des jeux vidéo, nous devons évaluer si cette personne peut ou non sembler avoir un véritable problème d’addiction comportementale. Comment savoir ? Ce sont quelques dimensions auxquelles nous devrions prêter attention.

  • La personne semble plus heureuse de jouer à des jeux vidéo que de faire toute autre activité.
  • Vous avez cessé de socialiser ou de vous engager dans d’autres activités. Une grande partie du temps dont il dispose est consacrée à ce divertissement.
  • Négliger d’autres responsabilités : tâches ménagères, soins du couple, des enfants, des animaux domestiques, manger en jouant…
  • Jouer aussi la nuit.
  • Lorsqu’on lui demande d’arrêter de jouer et de passer du temps avec un partenaire ou de faire d’autres activités, il se met en colère.
  • La famille et les amis de la personne se plaignent également du temps passé à jouer aux jeux vidéo.
  • Il précise qu’il ne va jouer que quelques minutes ou une demi-heure et au final ce sont des heures.

Que pouvons-nous faire face à cette situation ?

Manque de contrôle sur le jeu, priorité absolue de cette activité, négligence des autres sphères de la vie personnelle… Tels sont les principaux indicateurs d’une addiction aux jeux vidéo. Par conséquent, si notre partenaire met en évidence cette réalité, il est important qu’il demande une aide psychologique.

Ce n’est pas seulement un comportement qui définit les adolescents entre 11 et 18 ans. Les addictions aux jeux vidéo touchent également la population adulte et ont un fort impact sur les relations familiales et de couple. Dans ces cas, les approches telles que la thérapie cognitivo-comportementale sont les plus appropriées.

D’un autre côté, si mon partenaire n’arrête pas de jouer aux jeux vidéo et me néglige, ce que je devrais faire, c’est lui parler et lui demander des changements. Parvenir à un accord sur les temps de jeu est essentiel. Le remplir, s’occuper de la relation et pouvoir mener une vie normale dans laquelle consacrer des heures à de nombreuses autres tâches en dehors d’un écran, est fondamental et élémentaire.

Ainsi, dans le cas où ces avances ne sont pas respectées et que la personne n’est pas disposée à montrer une quelconque amélioration, nous évaluerons la possibilité ou non de poursuivre cette relation. Ce sont sans aucun doute des situations qui se produisent avec une fréquence élevée et dont nous devons tenir compte.

Cela pourrait vous intéresser ...
Bienfaits psychologiques des jeux vidéo
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Bienfaits psychologiques des jeux vidéo

Savez-vous quels sont les principaux bienfaits psychologiques des jeux vidéo ? Si ce n'est pas encore le cas, nous vous les présentons.



  • Sarah M. Coyne, Laura A. Stockdale, Wayne Warburton, Douglas A. Gentile, Chongming Yang, Brett M. Merrill. Pathological video game symptoms from adolescence to emerging adulthood: A 6-year longitudinal study of trajectories, predictors, and outcomes.. Developmental Psychology, 2020; DOI: 10.1037/dev0000939
  • Pontes, Halley. (2018). Making the Case for Video Game Addiction: Does It Exist or Not?. 10.1007/978-3-319-95495-0_4.