Loading...
 

Modèle cognitivo-comportemental de Fine pour les troubles dissociatifs

Le modèle cognitivo-comportemental de Fine a été conçu spécifiquement pour le traitement des troubles dissociatifs et est basé sur le modèle BASK de Braun. Dans cet article, nous vous le présentons.

Dernière mise à jour : 01 octobre, 2021

Un trouble dissociatif implique une fragmentation ou une déconnexion mentale. Dans tout sujet normal et sain, il devrait y avoir une continuité entre les pensées. Mais aussi les souvenirs, les émotions, les actions et l’identité. Mais dans le trouble dissociatif, cette continuité est rompue. Il peut être traité grâce au modèle de Fine.

Les troubles dissociatifs apparaissent généralement en réaction à un traumatisme. Ils supposent un mécanisme de défense, une protection contre la grande douleur ressentie par la personne. Cela fait que les souvenirs pénibles sont tenus à distance et n’atteignent pas la conscience.

De cette façon, le patient évite d’avoir à affronter à nouveau – même sous forme de souvenirs, de cauchemars ou de pensée s- cette situation stressante. Le problème est que, évidemment, le sens de sa vie est désintégré.

Les symptômes peuvent aller des amnésies dissociatives, dans lesquelles la personne oublie totalement une partie de sa vie douloureuse comme si cela ne s’était pas produit, au développement de nouvelles identités séparées de l’identité d’origine.

Les troubles dissociatifs sont généralement de nature chronique, mais peuvent survenir par vagues, selon que le patient se trouve dans une période plus ou moins stressante.

S’agissant d’un trouble mental complexe, l’intervention n’est pas facile non plus. La tâche du thérapeute est de faire remonter à la surface tout ce qui est caché. À cette fin, le modèle cognitivo-comportemental de Fine a été développé. C’est un modèle intégratif qui satisfait aux exigences d’exploration et de stabilisation pour le traitement.

Objectifs et principes du modèle cognitivo-comportemental de Fine

Dans ce modèle, la sécurité, la prévisibilité et la cohérence sont privilégiées. C’est donc une thérapie bien structurée. Il existe deux manières d’expliquer les objectifs du traitement aux patients atteints d’un trouble dissociatif. Pour atteindre la congruence du but et de la motivation de différentes parties de l’esprit, et pour faire l’expérience de l’intégrité des événements et de la continuité de l’histoire au fil du temps, en utilisant le Braun modèle comme référence.

Le modèle de Braun, appelé BASK, indique que, dans un état non dissociatif, on vit des événements presque simultanément. Cette simultanéité se déroule selon quatre dimensions. Avoir connaissance de l’événement, associer des comportements à ces événements. Avoir des sensations et aussi des affects.

Chez les personnes atteintes de trouble dissociatif, certaines ou toutes ces interconnexions peuvent être rompues ou recombinées de manière fantaisiste.

Le but ultime du modèle cognitivo-comportemental de Fine est donc de reconnecter les quatre dimensions du modèle BASK pour chaque événement vécu. Leurs réalités multiples sont renégociées avec le patient et ils sont transférés d’une vie nécessairement décontextualisée à une vie qui s’intègre progressivement.

Les étapes du modèle

Le modèle cognitivo-comportemental de Fine est orienté vers l’intégration phasique, où la suppression initiale de la phase affective est suivie de sa dissolution. Il est composé de deux étapes bien différenciées :

  • Le stade de la suppression de l’affect

Il favorise la suppression initiale de l’affect dans la plupart des états de la personne. A un moment où l’affect est écrasant et ingérable.

Les stratégies cognitives utilisées aident le patient à se concentrer sur autre chose que l’affect. Dans cette phase, les personnalités commencent à être identifiées ou les différents états de soi deviennent connus. Une grande partie de la restructuration cognitive a lieu dans cette phase.

Le patient apprend également de nouvelles façons de traiter de vieux problèmes. A ce stade, le thérapeute introduit des interventions visant à renforcer le soi et des interventions hypnotiques sont réalisées visant la sécurité, la modulation de l’affect et la reconfiguration des différentes parties de la psyché.

Le patient apprend les règles explicites et implicites du traitement, vérifie les limites et se familiarise avec les conséquences des violations des limites.

  • Le stade de dissolution de l’affect

Une fois que le patient a commencé à désapprendre les anciens schémas et à réapprendre ceux actuellement plus adaptatifs, le thérapeute introduira le travail abréactif. Ce travail dilue l’intensité de l’affect sans modifier le contenu de l’expérience du patient.

Une approche successive est réalisée qui inclut la technique de désensibilisation systématique aux affects bouleversants, préférant les réactions fractionnaires aux réactions totales.

Le développement de la thérapie, ainsi séquencé, amène la majorité des patients atteints d’un trouble dissociatif à une intégration complète quel que soit le contenu de leurs expériences.

En plus de ces deux étapes, le patient peut apporter du matériel à sa thérapie. Vous pouvez apporter du matériel post-traumatique primaire et secondaire, des fantasmes et des confabulations à la session.

Le primaire constitue le travail réel avec les événements originaux qui ont bouleversé le patient. Le secondaire consiste à travailler avec ce qu’ils ont été forcés de voir, visuel ou auditif.

Le complot est très pertinent chez le patient atteint d’un trouble dissociatif, se sentant souvent comme un enfant contraint de trouver une explication pour répondre de manière satisfaisante à un agresseur ou à lui-même. Enfin, la fantaisie offre une évasion reconnaissante de la dure réalité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
Thérapie basée sur la mentalisation, en quoi consiste-t-elle ?

Savez-vous ce qu'est la thérapie basée sur la mentalisation, et en quoi elle consiste ? Nous vous l'expliquons à suivre.



  • Caballo, V (2007). Manual para el tratamiento cognitivo conductual de los trastornos psicológicos. SIGLO XXI. Vol. I