Métamémoire : définition et renforcement

24 février, 2021
La métamémoire englobe les connaissances que nous avons de la mémoire et de son fonctionnement. Peut-elle être améliorée ? Sous quelle forme ? Comment ce phénomène est-il étudié ? Découvrons-le !

Qu’est-ce que la métamémoire ? Ce concept vous semble-t-il familier ? La mémoire est une compétence cognitive qui nous permet d’avoir une identité, d’apprendre, de préserver des souvenirs et de consolider ou de renforcer l’empreinte de ce qui a été appris.

Connaître en détail le fonctionnement de la mémoire peut nous aider à mieux conserver les informations, ainsi qu’à optimiser cette capacité. C’est précisément ce qu’est la métamémoire : la connaissance de sa propre mémoire.

Mais qu’est-ce que la méta-mémoire comprend d’autre ? Quel est le rapport avec les règles mémotechniques ? Comment ce phénomène est-il étudié ? Comment pouvons-nous l’améliorer ? Nous répondrons à tout cela dans un bref voyage à travers les connaissances de cette compétence intéressante qui nous permet d’être qui nous sommes.

“Nous sommes tous les morceaux de ce dont nous nous souvenons.”

-Cassandra Clare-

Informations sur la métamémoire.

Qu’est-ce que la métamémoire ?

La métamémoire est la connaissance que nous avons de notre propre mémoire. Plus précisément, et selon une étude de A. González (1997) publiée dans Psychology Studies, la métamémoire correspond à la connaissance et au contrôle que la personne elle-même possède sur le fonctionnement de sa mémoire.

Cela inclut également la connaissance des différentes phases de la mémoire. Ces phases sont au nombre de trois :

  • Codage
  • Espace de rangement
  • Récupération

Plus nous avons de métamémoire, plus nous en saurons sur la mémoire et, par conséquent, plus nous saurons comment l’améliorer et quelles sont ses limites. Ainsi, comme nous pouvons le voir, la métamémoire comprend non seulement la connaissance de la mémoire, mais aussi son contrôle et sa maîtrise.

Mémoire et métamémoire

La métamémoire implique la connaissance de sa propre mémoire, de la même manière que le métalangage constitue la connaissance de sa propre langue, par exemple. Pour améliorer la mémoire (ou pour en tirer le meilleur parti), nous pouvons recourir aux stratégies mnémotechniques.

Selon une étude de Campos & Ameijide (2014), les stratégies mnémotechniques n’influencent pas seulement la mémoire, mais aussi la méta-mémoire. Ainsi, celles-ci pourraient favoriser une meilleure mémoire, mais aussi une meilleure métamémoire (tout dépend du type de stratégies utilisées).

“Les stratégies mnémotechniques sont des aides mentales qui vous permettent de vous souvenir de différents types d’éléments et d’informations tels que de nouvelles formes de mots, noms, dates historiques, nombres, formules, diverses règles et listes.”

– Barcroft, J.-

Comment la renforcer ?

La métamémoire, comme la mémoire, peut être améliorée. De quelle forme ? Pour commencer, nous devons en savoir plus sur le fonctionnement de la mémoire. Cela comprend la connaissance du fonctionnement du cerveau à chaque étape du processus de mémoire.

Autrement dit, que se passe-t-il lorsque nous encodons la mémoire ? Et quand nous la stockons et la récupérons ? Quels changements se produisent dans le cerveau ? Comment les émotions influencent-elles tout cela ? (La relation entre les émotions et la mémoire est plus que prouvée). Il existe de nombreux livres intéressants sur le sujet.

Quant aux règles mnémotechniques, elles peuvent nous aider à valoriser ce processus cognitif. Plus on y travaille, plus on en saura, et plus il est possible d’améliorer la métamémoire.

L'étude de la métamémoire.

L’étude de la métamémoire

Dans leur livre “Metamemory: A Theoretical Framework and New Findings” (1990), Nelson et Narens expliquent que l’étude de la métamémoire comprend trois étapes principales. Ce sont les suivantes :

  • l’acquisition (avant l’apprentissage correct)
  • la rétention (le maintien des connaissances acquises antérieurement)
  • la récupération consciente et autonome des informations.

D’autre part, nous pouvons porter des jugements sur notre propre mémoire. C’est-à-dire sur le processus que la mémorisation implique. Les jugements métamnémoniques, selon les auteurs, peuvent être réalisés à quatre moments du processus d’apprentissage (imaginons que nous sommes confrontés à une tâche de mémorisation). Ce sont les suivants :

  • Avant le processus d’acquisition. Les éléments n’ont pas encore été appris. La personne prédit si l’apprentissage de la tâche en question sera plus ou moins facile (jugements sur la facilité d’apprentissage).
  • Pendant ou immédiatement après l’acquisition. Autrement dit, juste après l’acquisition de la mémoire, mais avant le test de récupération. Ici, la personne estime le niveau de connaissances qu’elle possède (jugement d’apprentissage).
  • Pendant le test. Au cours du test, on évalue le souvenir que l’on espère obtenir dans un test ultérieur au format identique ou similaire (le sentiment de savoir).
  • Après le souvenir. Ici, la personne doit exprimer le degré de confiance ou de sécurité avec lequel elle a donné chacune des réponses (jugement de confiance).

Ainsi, la métamémoire va au-delà de la simple connaissance de la mémoire. Si on va un peu plus loin, on constate qu’elle inclut la connaissance de toutes ses fonctions, de ses étapes et même dire des stratégies mnémotechniques pouvant être utiles. Connaître la métamémoire implique aussi de connaître les atouts et les limites de la mémoire.

“Se souvenir est facile pour ceux qui ont de la mémoire. Oublier est difficile pour ceux qui ont un cœur.”

-Gabriel Garcia Marquez-

  • Barcroft, J. Chapelle, A. (Ed.). (2012). The Encyclopedia of Applied Linguistics. p.3. Hoboken, Oxford, UK: Wiley-Blackwell
  • Campos, A., & Ameijide, L. (2014). Mnemotecnia de la palabra clave con dibujos y juicios metamnemónicos de personas mayores. Revista Iberoamericana de Psicología y Salud, 5(1), 23-38.
  • Flavell, J.H., Wellman, H.M. (1975). Metamemory. Minnesota University, Minneapolis.
  • González, A. (1997). Metamemoria y aprendizaje de textos. Estudios de Psicología, 58, 59-83.
  • Ruiz, M. (2008). Las caras de la memoria. Madrid: Pearson Educación S. A.