Méta-déshumanisation : ce que je pense que l’on pense de moi

· 13 mars 2019
Qu'est-ce que la méta-déshumanisation ?

Déshumaniser consiste à attribuer à d’autres personnes des traits que nous considérons comme typiques des animaux et à leur refuser d’autres traits humains. En d’autres termes, déshumaniser, c’est considérer quelqu’un comme « moins humain et plus animal ». Cependant, les gens peuvent non seulement déshumaniser, mais aussi se sentir déshumanisés. C’est ce qu’on appelle la méta-déshumanisation. Ainsi, elle signifie donc penser que les autres ne nous voient pas comme des humains : ils nous considèrent comme inférieurs à la représentation que nous avons de la catégorie de personnes.

La méta-déshumanisation est une cognition, une croyance. Et c’est le «but», ce qui signifie qu’elle consiste à réfléchir sur ce que les autres pensent de nous.  C’est aussi imaginer que les autres pensent que nous partageons les traits d’un animal. Cette métacognition peut nous amener à développer des attitudes plus hostiles envers ceux que nous soupçonnons de penser du mal de nous.

méta-déshumanisation

Façons de comprendre la déshumanisation

On peut comprendre la déshumanisation au niveau collectif comme un processus psychologique qui dépouille les autres de leur identité de groupe. Elle les place en dehors des mœurs acceptées et met en évidence l’incongruité de leurs valeurs avec les nôtres. Ce processus facilite la violence contre le groupe déshumanisé. Deux modèles se dégagent de la théorie de la déshumanisation : celui de l’infrahumanisation et le double modèle de la déshumanisation.

Selon l’infrahumanisation, les individus nient les émotions des membres d’autres groupes, de sorte qu’ils ne peuvent pas être distingués des animaux. Donc, ceux qui déshumanisent attribuent une essence animale aux déshumanisés tout en maintenant dans leur conception une essence humaine pour les membres de leur groupe. Bien sur, les émotions qu’ils nient sont celles qui sont les plus humaines, c’est-à-dire les émotions secondaires telles que la honte et l’euphorie ; Cependant, ils ne se voient pas refuser celles qui sont primaires, telles que la peur et les émotions basiques, que nous partageons avec davantage d’animaux.

Conformément au double modèle de déshumanisation, il existe deux types de déshumanisation : l’animation et la mécanisation. D’un côté, en refusant les traits exclusivement humains qui nous distinguent des animaux. Par exemple, les aptitudes cognitives, le raffinement et la capacité à être civilisés nous animeront.

D’autre part, en refusant les traits caractéristiques de la nature humaine, nous mécaniserons.  En revanche, cela n’est pas nécessairement propre par rapport aux autres animaux, comme le sont par exemple la chaleur et l’émotion. D’autre part, les groupes qui se voient refuser ce qui les rend humains sont comparés aux animaux, tandis que ceux qui se voient refuser la nature humaine sont comparés à des objets inanimés tels que des robots ou des automates.

Types de déshumanisation

La déshumanisation peut également s’exprimer de deux manières différentes. Comme les préjugés, nous faisons face à une déshumanisation subtile et explicite. Ces formes subtiles nient certains traits, mais pas tous. Ils ne sont donc pas considérés comme complètement humains, mais ils ne sont pas non plus complètement comparés aux animaux. Par contre, la déshumanisation explicite consiste à considérer que les membres d’un groupe sont plus proches des animaux que des humains. Ceci en est une manifestation plus radicale.

L’une des différences entre ces deux formes de déshumanisation se trouve dans les conséquences. Il est évident qu’une forme de déshumanisation plus explicite a plus de conséquences négatives qu’une forme subtile. Cependant, les formes subtiles de celle-ci sont plus faciles à accepter et donc plus difficiles à éliminer. Par exemple, comparer une personne noire à un singe peut être mal vu. Or, considérer que ça sent mauvais peut devenir une idée qui passe plus facilement.

« Quoi de plus commode pour les classes dominantes que de diaboliser les gens du bas de l’échelle pour justifier les inégalités de la société ? »

-Owen Jones-

méta-déshumanisation

 

La méta-déshumanisation

Que se passe-t-il lorsque nous pensons que quelqu’un nous déshumanise ? Lorsque la méta-déshumanisation se produit, la réponse la plus évidente est la déshumanisation. Autrement dit, si nous pensons que quelqu’un nous déshumanise, il est très probable que nous adoptions la même attitude en réponse. Comme si c’était un cercle vicieux. Mais ce cercle vicieux ne s’arrête pas là. En effet, on a constaté que le sentiment de déshumanisation est lié à des réactions hostiles.

Ainsi, se sentir déshumanisé (méta-humanisation) par quelqu’un pousse à le déshumaniser en retour, ce qui conduit à développer des attitudes hostiles. Par attitudes hostiles, nous entendons agression, soutien des mesures punitives ou refus de partager. Par exemple, dans le cas des immigrés, le fait de penser qu’ils nous déshumanisent nous amènera à soutenir des lois empêchant leur entrée dans notre pays et à soutenir des mesures telles que la torture et la vengeance.

En conclusion, si quelqu’un nous refuse notre humanité, cela nous encouragera à lui refuser la sienne. Cela nous entraînera dans un cercle vicieux qui nous fera avoir des intentions hostiles envers l’autre. Aussi, l’autre aura également les mêmes attitudes envers nous. Il s’agit là du grand danger de la méta-humanisation : une hostilité mutuelle.

 

Kteily, N., & Bruneau, E. (2017). Backlash: The politics and real-world consequences of minority group dehumanization. Personality and Social Psychology Bulletin, 43(1), 87–104. doi: 10.1177/0146167216675334

Kteily, N., Bruneau, E., Waytz, A., & Cotterill, S. (2015). The ascent of man: Theoretical and empirical evidence for blatant dehumanization. Journal of Personality and Social Psychology, 109(5), 901–931. doi: 10.1037/pspp0000048