Mark Twain : biographie du « père » de la littérature nord-américaine

· 24 février 2019
Que savez-vous sur Mark Twain ?

William Faulkner a défini Mark Twain comme le « père » de la littérature américaine. Cependant, à cette époque, les journalistes voyaient Samuel Langhorne Clemens comme un philosophe, un intellectuel aux airs d’aventurier, à l’écriture acide et à l’ingéniosité magistrale capable de nous offrir des personnages inoubliables comme Tom Sawyer ou le meilleure ami de ce dernier, Huckleberry Finn.

Nous ne nous tromperions pas en disant que si le Royaume-Uni a eu Dickens, les Etats-Unis ont été illuminés par une figure similaire dans le champ de la littérature et du journalisme. Mark Twain avait la même maîtrise et la même originalité littéraire dans sa plume. Par ailleurs, il s’est toujours illustré par ses grands dons d’orateur et d’humoriste, faisant ainsi connaître une époque dorée à la culture américaine.

Ernest Hemingway en est même arrivé à dire que la littérature des Etats-Unis avait commencé et terminé avec lui. Il est évident que cette opinion est un peu exagérée. Il existe en effet d’autres grands noms comme Edgar Allan Poe, Nathaniel Hawthorne ou Herman Melville. Cependant, il y a quelque chose en Mark Twain qui a marqué la différence.

Personne n’a jamais aussi bien décrit le caractère social, les inégalités et n’a fait un tel portrait de la société américaine de l’époque. Son langage n’était pas raffiné, l’essence des écrivains de la côte est n’en émanait pas. Twain était un aventurier des terres du Missouri. Toute sa personne laissait voir la simplicité et la pureté des gens humbles de ces terres du sud. C’est là que l’on retrouvait le monde picaresque, l’esclavage, le besoin et la plus grande ingéniosité qui soit.

« L’homme ne peut pas se sentir à l’aise sans sa propre approbation. »

-Mark Twain-

Samuel, un aventurier du Mississipi

Mark Twain

Samuel Langhorne Clemens est né le 30 novembre 1835 dans le Missouri. Il a adopté le pseudonyme de Mark Twain à partir de 1862 pour écrire ses livres après avoir passé plusieurs années à travailler comme pilote de bateau à vapeur fluvial. Son enfance et toutes les expériences complexes qu’il a vécues dans sa première jeunesse ont marqué une grande partie de ses histoires et de son caractère ouvert, aventurier et critique.

Parmi les anecdotes qui ont le plus marqué sa vie, nous retrouvons le fait qu’il soit né juste au moment où la comète Halley se rapprochait de la Terre. Cependant, ce sont sûrement les besoins économiques de sa famille qui ont le plus déterminé ses premières années de vie. Il n’a pas pu terminer l’école et a du travailler très tôt dans une imprimerie avant d’être pilote fluvial.

Après l’éclatement de la Guerre Civile (1861-1865), Samuel a décidé d’abandonner son travail. Il est parti dans le Nevada pour chercher de l’or. Son frère avait été nommé secrétaire du gouverneur de cet état. Il n’a donc pas hésité à passer quelques années à découvrir ces terres.

Il a essayé d’y faire fortune (sans succès) et a cohabité avec des peuples mormons. Après cela, il a travaillé en tant que journaliste pour le Territorial Enterprise et, plus tard, a entamé d’autres voyages à travers l’Europe jusqu’au Proche Orient.

La naissance de Mark Twain

Mark Twain jeune

Samuel Langhorne Clemens est devenu Mark Twain après la publication d’une courte nouvelle : La Célèbre Grenouille sauteuse du comté de Calaveras. Le succès de cette oeuvre a marqué un avant et un après dans sa vie. Après cette reconnaissance littéraire, d’autres sont parues :

  • Le Voyage des innocents (1869)
  • Un vagabond à l’étranger (1882)
  • Le Prince et le Pauvre (1882)
  • Un Yankee à la cour du roi Arthur (1889)

Tous ces titres sont de simples exemples de la capacité créative et de l’originalité d’une figure qui se créait sa place dans la société culturelle américaine de l’époque. À ce moment, il s’était marié avec Olivia Langdon. Il avait perdu sa première fille, Susy, décédée d’une diphtérie à deux ans.

Cette perte le rapprocha énormément du monde infantile et juvénile. C’est en 1876 que son livre fétiche est paru : Tom Sawyer. Il a ensuite été suivi d’Huckleberry FinnCes deux trésors littéraires contenaient beaucoup plus que les simples aventures d’un enfant avant le début de la Guerre Civile.

Mark Twain a disséqué en détails (à travers un style comique et acide) cette essence de l’Amérique du Nord de l’époque, là où résidaient le racisme, la faim, les différences sociales et la cruauté humaine. Les histoires s’inscrivaient dans un monde géographique familier pour Samuel : les bords du Mississipi. Ceux-ci abritaient les personnages les plus variés et les créatures les plus ingénieuses qui soient…

La dérive personnelle et la reconnaissance

 

Mark Twain a été l’une des figures les plus engagées de l’époque en ce qui concerne les droits humains. Il a été un ferme partisan de l’abolitionnisme. Par ailleurs, il a défendu le besoin de justice et de respect vis-à-vis des autres communautés ethniques et de l’émancipation de la femme. Il a aussi réalisé l’un des discours les plus célèbres de l’époque pour réclamer le droit de vote des femmes. Mark Twain a toujours éveillé l’admiration de l’activiste politique sourde et aveugle Hellen Keller, qui s’est toujours inquiétée de son bien-être. Jusqu’au point de lui payer sa formation.

Le caractère aventurier et audacieux de Samuel L. Clemens ne l’a jamais abandonné. À la fin de sa vie, les difficultés économiques se sont accumulées ; il a fait de mauvais investissements et a survécu à grand-peine en donnant des conférences.

Ses dernières années ont été marquées par le chagrin. Il a perdu son épouse et ses enfants et dire adieu à ceux qu’il aimait enleva du brio et du génie à ses livres. Malgré tout, l’Université d’Oxford lui a remis le titre de docteur Honoris Causa pour récompenser tout son talent, son style et cet héritage littéraire dont nous profitons encore aujourd’hui.