Mala et Edek, l'histoire d'un amour dans l'agonie

27 août, 2020
L'histoire d'amour de Mala et Edek n'a été rendue publique que plusieurs décennies plus tard. Ils étaient tous deux prisonniers dans le camp de concentration d'Auschwitz, d'où ils se sont échappés et ont ensuite connu un destin tragique.
 

L’histoire de Mala et Edek est une histoire d’amour qui est née, a grandi et est devenue éternelle en enfer : le camp de concentration d’Auschwitz. Leurs vies avaient été pratiquement oubliées, jusqu’à ce que la journaliste Francesca Paci décide de les sauver pour la mémoire d’aujourd’hui et de toujours. De là est né son livre Un amour à Auschwitz : Une histoire vraie (pas encore traduit en français).

Mala et Edek commençaient à peine à vivre quand ils ont été amenés, chacun à leur manière, dans le camp de concentration. Ils ont dû grandir seuls et par la force.

Ils n’ont pas vieilli ensemble, comme ils en rêvaient, mais ils sont devenus l’exemple même que l’amour est plus fort que toute atrocité et que ce sentiment donne de la valeur à tout.

On a retrouvé l’histoire de Mala et Edek grâce à tous ceux qui les ont connus dans le camp de concentration. Ces hommes et ces femmes ont également été inspirés par cet amour, malgré les circonstances déplorables dans lesquelles ils se sont trouvés. Cela prouve également que les grands amours sont capables de changer la vie de ceux qui les entourent.

“Et quand ma voix se taira dans la mort, mon chant se fera entendre à ton cœur plein de vie.”

-Rabindranath Tagore-

Deux bijoux en forme de coeur représentant l'amour de Mala et Edek.
 

Mala et Edek, deux prisonniers

Les protagonistes de cette histoire sont Mala Zimetbaum et Edward Galiński, que l’on appelait “Edek”. La première personne à arriver au camp de concentration d’Auschwitz a été Edek, alors qu’il n’avait que 16 ans. Jeune homme d’origine polonaise, lycéen, il a été arrêté lors d’une rafle nazie et envoyé à la prison de Tarnów.

Quelques mois plus tard, en juin 1940, il est envoyé au camp de concentration d’Auschwitz. Edek y est arrivé avec le premier groupe de prisonniers et a rapidement appris à s’adapter : “qui et ce que vous devez éviter et à quoi vous accrocher pour survivre”, disait-il.

Deux ans après son arrivéedans le camp de concentration, il a réussi à convaincre les officiers qu’il fallait ouvrir un atelier de serrurerie.

Son initiative et son dynamisme dans ce projet lui ont valu une certaine sympathie de la part des officiers, ce qui lui conféra une position privilégiée. Il profita de cette position pour amener à l’atelier les prisonniers les plus faibles, qui ne pouvaient tolérer de grands efforts physiques.

Un amour à Auschwitz

Mala Zimetbaum est née en Pologne, mais dès son plus jeune âge, elle a vécu en Belgique. Elle était une brillante étudiante, excellant principalement en mathématiques et en langues.

En 1942, elle est arrêtée à Anvers et déportée dans le camp de concentration. Comme elle connaissait cinq langues, les nazis en ont fait une traductrice et une messagère dès le début.

 

Mala avait également une position privilégiée et, comme Edek, elle en a profité pour aider les personnes dans le besoin. Mala et Edek se sont rencontrés lorsque ce dernier a été affecté à une équipe d’installateurs au camp de Birkenau.

C’est un de ces amours qui vient immédiatement. Ils commencèrent à se réunir en secret chaque fois qu’ils le pouvaient ; tout le monde dans le camp les appelait “Roméo et Juliette“.

L’amour a également donné naissance à un profond désir de liberté. Ils étaient conscients que le monde ne savait pas ce qui se passait dans les camps de concentration. Le couple a donc commencé à incuber l’idée de s’enfuir pour dénoncer la situation.

Ils voulaient aussi être ensemble pour toujours. Ainsi est né un plan qui semblait fou et c’est peut-être pour cette raison qu’il a fonctionné.

Mala et Edek à Auschwitz.

 

Une fin pas si heureuse

Le plan pour s’échapper était qu’Edek porterait un uniforme d’officier SS. Déguisé ainsi, il devait accompagner Mala jusqu’à la limite du camp.

Elle, pour sa part, serait déguisée en homme et porterait un gant de toilette sur la tête, pour cacher ses cheveux. Le piège consistait à faire croire que c’était un officier qui emmenait une prisonnière pour installer des toilettes.

 

Une fois à la porte d’entrée, tous deux ont montré les cartes de sortie qu’ils avaient obtenues. C’est difficile à croire, mais ils ont réussi à achever le plan le 24 juin 1944. C’est ainsi qu’ils ont obtenu leur liberté et ont presque atteint la frontière de la Pologne. Cependant, Mala s’est rendue dans un magasin et a essayé d’échanger une bague contre quelque chose à manger. Cela a éveillé les soupçons des commerçants, qui ont alerté la Gestapo.

Mala a été arrêtée, tandis qu’Edek la surveillait au loin. Les deux avaient promis d’être ensemble pour toujours, alors il s’est volontairement livré aux nazis lui aussi.

Tous deux ont été emmenés dans une zone de punition à Auschwitz. Ils ont été séparés et enfermés, mais ils ont réussi à s’envoyer des messages sur des bouts de papier. Edek lui a chanté des arias italiennes depuis sa cellule.

Edek a été emmené à la potence et avant l’exécution, il a essayé de se pendre lui-même à la corde, mais il n’a pas réussi. Avant de mourir, il a crié “Vive la Pologne !”.

Mala s’est ouvert les veines avant d’être exécutée, également sur la potence. Pour cet acte, elle a été condamnée à être brûlée vive. Cependant, les gardes ont eu pitié d’elle et l’ont laissée se vider de son sang avant qu’elle n’atteigne le crématorium. Mala et Edek sont morts le même jour, à une heure d’intervalle à peine.

 

 

Paci, F. (2017). Un amor en Auschwitz: una historia real. Aguilar.